Lo­ren­zo chez Su­zu­ki, loin de la coupe aux lèvres

Moto Revue - - Mag / Grand Prix D’espagne -

Jorge Lo­ren­zo a peut-être pris langue mais son re­tour dans le gi­ron d’un construc­teur ja­po­nais est en­core loin d’être ac­té. Et ce, même si le pas­sage de l’Es­pa­gnol chez Su­zu­ki pour­rait s’ac­com­pa­gner de l’ar­ri­vée de Mons­ter en tant que spon­sor titre dans l’équipe de Da­vide Bri­vio (ci-contre). Ce der­nier, pas né de la der­nière pluie, sait que le re­cru­te­ment de Lo­ren­zo n’est pas sans risque. En­ga­ger Lo­ren­zo, c’est s’as­su­rer la di­vi­sion du ga­rage alors que l’équipe Su­zu­ki est cer­tai­ne­ment au­jourd’hui la struc­ture of­fi­cielle la plus convi­viale et la plus fa­mi­liale du pad­dock. Pour être prêt à un tel schisme, Bri­vio doit être convain­cu que l’Es­pa­gnol peut ga­gner avec la GSX-RR. « Il n’est pas cer­tain, pour l’ins­tant,que notre mo­to soit prête l’an pro­chain pour jouer le titre » , glisse le team ma­na­ger ita­lien. Et puis con­trai­re­ment à Ros­si, qui était re­ve­nu chez Ya­ma­ha par la pe­tite porte après son échec chez Du­ca­ti, Lo­ren­zo en­tend ar­ri­ver chez Su­zu­ki en sau­veur. « Jorge n’a pas d’hu­mi­li­té et il peut être toxique » , su­surre-t-on dans l’équipe ja­po­naise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.