Ya­ma­ha dans l’im­passe

Moto Revue - - L’actu du MotoGP -

Un peu comme des otages, les pi­lotes de la marque égrènent dé­sor­mais les jours et les courses qui s’écoulent de­puis leur der­nière vic­toire. C’était en juin 2017 aux Pays-Bas. Ce­la fait donc vingt-deux Grands Prix que la M1 n’a plus ga­gné. Une sé­quence aus­si longue que celle que Ya­ma­ha avait connue il y a vingt ans, à che­val sur les sai­sons 1997-1998. En­core un week-end sans vic­toire et l’usine d’Iwa­ta fê­te­ra sa plus longue di­sette de­puis son re­tour en classe reine en 1973. De­puis deux ans, Ros­si et Viñales se plaignent d’une moto qui manque de mo­tri­ci­té. Les in­gé­nieurs ja­po­nais ont mo­di­fié à de mul­tiples re­prises leur par­tie-cycle pour fi­na­le­ment re­ve­nir à une ver­sion proche de celle que Ros­si et Lo­ren­zo uti­li­saient en 2015. L’équipe de Lin Jar­vis a par ailleurs re­cru­té un élec­tro­ni­cien ré­pu­té pour faire évo­luer la ges­tion de son mo­teur. Ros­si et Viñales s’ac­cordent pour dire qu’il y a un pe­tit mieux. Mais de toute évi­dence, ce­la ne suf­fi­ra pas à com­bler le re­tard qu’af­fiche au­jourd’hui la M1 sur la Hon­da RC213V et plus en­core sur la Du­ca­ti Des­mo­se­di­ci. En 2013, Ma­sao Fu­ru­sa­wa, l’an­cien grand pa­tron du R&D, avait pré­ve­nu ses suc­ces­seurs qu’ils iraient dans le mur s’ils ne dé­ve­lop­paient pas un nou­veau pro­jet, le mo­teur uti­li­sé au­jourd’hui par Ros­si et Viñales da­tant de 2004, an­née de l’ar­ri­vée de Va­len­ti­no chez Ya­ma­ha. Face aux V4 de la concur­rence, le quatre-cy­lindres en ligne de la M1 est en bout de course. Au-de­là de l’ar­chi­tec­ture, il y au­rait cer­tai­ne­ment des choses à mo­di­fier dans sa concep­tion pour le rendre plus per­for­mant. C’est en tout cas ce que cer­tains avancent en in­terne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.