Un Triumph pour le Bol d’Ar­gent

Avec 70 équi­pages au dé­part du 15e Bol d’Ar­gent, l’opus 7 de son ère mo­derne en­ta­mée en 2012 au­ra été un suc­cès. Comme l’an pas­sé, et comme l’an­née d’avant, c’est l’équi­page CailletBes­nard qui s’im­pose au gui­don de sa Triumph Street Triple RS 765.

Moto Revue - - Sport Bol D’argent -

Dis­pu­té en le­ver de ri­deau du Bol d’Or, le Bol d’Ar­gent pro­pose un uni­vers dif­fé­rent. Dé­jà par le type des mo­tos en­ga­gées. Aux hy­per­spor­tives du Bol d’Or, le Bol d’Ar­gent ré­pond par des road­sters de moyenne cy­lin­drée. Des mo­tos plus ac­ces­sibles, tant fi­nan­ciè­re­ment que dy­na­mi­que­ment, une in­fra­struc­ture de team plus lé­gère et sur­tout, des pi­lotes aux par­cours di­vers, et aux en­vies dif­fé­rentes. Le Bol d’Ar­gent, c’est une sorte de jo­lie au­berge es­pa­gnole où cha­cun trouve ce qu’il vient cher­cher. Des gent­le­men-ri­ders, des jeunes mo­ti­vés, des bris­cards aguer­ris aux joutes de road­sters, des an­ciens pi­lotes qui re­viennent aux af­faires le temps de ces trois heures de course, etc. Parce que l’une des par­ti­cu­la­ri­tés du Bol d’Ar­gent, c’est aus­si son for­mat d’en­du­rance/sprint. Trois heures de course qui li­mitent les contraintes au strict né­ces­saire : trois re­lais im­po­sés au mi­ni­mum pour l’équi­page de deux pi­lotes. Pour le reste, c’est fi­gures libres. Dans cet exer­cice par­ti­cu­lier, la paire Fré­dé­ric Bes­nard et Maxime Caillet a fait preuve, cette an­née en­core, d’une jo­lie maes­tria. Si l’an pas­sé, ils s’étaient im­po­sés au terme des trois heures de course avec seule­ment 0,2 se­conde d’avance sur la MV Agus­ta du team Ul­team Bike, cette fois, la Triumph Maxxess l’em­porte avec un tour d’avance sur le se­cond, pro­fi­tant des dé­boires des MV Agus­ta et no­tam­ment de la chute de leur meilleur ad­ver­saire – en­core une fois Ul­team Bike –, au cap de la mi-course. Re­dou­tables de ré­gu­la­ri­té au gui­don de leur 765 RS, les Au­ver­gnats s’im­posent pour la troi­sième fois d’af­fi­lée sur le cir­cuit Paul-Ri­card. La pre­mière, c’était avec une Ya­ma­ha MT-09, les se­conde et troi­sième avec une Triumph. Le construc­teur bri­tan­nique au­ra sur­vo­lé cette cin­quième édi­tion en s’of­frant les cinq pre­mières places. Jo­li coup. Mais la concur­rence s’or­ga­nise, et se mo­bi­lise ! Avec sept construc­teurs re­pré­sen­tés, le Bol d’Ar­gent joue aus­si sur cette di­ver­si­té pour sé­duire. Ils étaient 70 équi­pages en­ga­gés au dé­part de cette com­pé­ti­tion, on pa­rie qu’ils ne se­ront pas moins nom­breux l’an­née pro­chaine. n

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.