Maxime Des­prey

Moto Verte - - Tétines -

Un mal pour un bien.

Au­teur d’un beau dé­but de sai­son en MXGP, Maxime Des­prey s’est bles­sé à l’heure Sans des si­gna­tures de contrats. pi­lote pro­po­si­tion sé­rieuse, le Hon­da Ka­wa­sa­ki va re­trou­ver de sable pour at­ta­quer la sai­son l’an pro­chain. et le cham­pion­nat de France Tu as dis­pa­ru des grilles de GP. Que s’est-il pas­sé ?

« Je me suis fait mal à la che­ville lors de la fi­nale du cham­pion­nat de Hol­lande. Je pen­sais que c’était une simple en­torse mais j’avais une frac­ture de la mal­léole avec un li­ga­ment bien abî­mé. Heu­reu­se­ment, je n’ai pas à être opé­ré. Je suis res­té trois se­maines au re­pos. J’ai re­pris le vé­lo et la mo­to fin août. »

Après tes bons ré­sul­tats en dé­but de sai­son, tu as sem­blé mar­quer le pas. Comment l’ex­pliques-tu ?

« Je ne sais pas trop comment l’ex­pli­quer. J’ai fait une mau­vaise course en Rus­sie et ce fut com­pli­qué par la suite. À ce mo­ment-là, on se pose vite des ques­tions. Au ni­veau de l’en­traî­ne­ment, je conti­nuais à tra­vailler dur, mais le jour des courses, je fai­sais des er­reurs. Il y avait tou­jours quelque chose qui n’al­lait pas. J’avais l’im­pres­sion de bien rou­ler, mais c’était moins na­tu­rel. On entre dans un mau­vais cercle et ce n’est ja­mais très bon. C’était aus­si les pre­mières se­maines de la pé­riode des trans­ferts. Il fal­lait être per­for­mant et je me suis peut-être trop mis la pres­sion. »

Tu fai­sais par­tie des meilleurs pi­lotes pri­vés. Il n’y avait au­cun es­poir de trou­ver une so­lu­tion pour conti­nuer l’an pro­chain ?

« Au mo­ment où je dis­cu­tais des contrats pour 2019, je ne pou­vais pas en­core avoir de ré­ponses concrètes de la part des teams. Peut-être que si j’avais eu les ré­sul­tats du dé­but de sai­son à ce mo­ment-là, la si­tua­tion au­rait été dif­fé­rente. Je pou­vais peut-être avoir quelque chose en fin d’an­née, mais je n’étais sûr de rien et en­core moins des condi­tions. J’ai bien ré­flé­chi et j’ai pré­fé­ré as­su­rer mon ave­nir en si­gnant avec Hon­da SR. »

Quel sen­ti­ment t’anime en fer­mant les portes du cham­pion­nat du monde.

« Au dé­but, c’était dur à ac­cep­ter car je re­grette de ne pas avoir fait les mêmes ré­sul­tats qu’en dé­but de sai­son du­rant cette pé­riode de dis­cus­sion. Je sa­vais que j’en étais ca­pable, mais il y a tel­le­ment de pi­lotes que si l’on ne ré­pond pas pré­sent, c’est com­pli­qué. Le team n’a pas pu me pro­po­ser de contrat à temps car il n’avait pas connais­sance du bud­get 2019 chez Ka­wa. Il a fal­lu être réa­liste. C’est un mal pour un bien car j’ai trou­vé un beau pro­jet qui m’a sé­duit avec Josse et Hon­da SR. Je fe­rai aus­si quelques GP l’an­née pro­chaine. »

Tu vas re­trou­ver les dif­fé­rents cham­pion­nats de France l’an pro­chain, quels se­ront tes ob­jec­tifs?

« Je vais faire tout le cham­pion­nat de France des Sables pour prendre mes marques et ap­prendre afin d’être per­for­mant au Tou­quet. En mo­to­cross Élite, j’es­père jouer la gagne et en­suite, je fe­rai la Pro Hexis Su­per­cross sans ob­jec­tif. Ça se­ra sym­pa de re­faire du SX. »

Avec deux manches 12e dans le sable de Val­kens­waard, tu te sens prêt on ima­gine ?

« Oui je pense. Dans le sable, j’ar­rive à me faire plai­sir. Après, c’est une dis­ci­pline dif­fé­rente, il y a d’autres pa­ra­mètres qui entrent en compte car c’est plus de l’en­du­rance. Ça m’en­chante et j’ai hâte de com­men­cer. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.