Da­vid Cas­te­ra

Moto Verte - - Opinion -

Or­ga­ni­sa­teur Ral­lye du Ma­roc et co­pi­lote de Sté­phane Pe­te­rhan­sel

« Tout le monde me parle de l’époque de Pe­ter, Despres, Co­ma… Et à ces époques, ils étaient deux, trois, maxi­mum quatre à rou­ler très vite. Ils ar­ri­vaient fa­ci­le­ment à se neu­tra­li­ser et n’avaient pas be­soin de rou­ler vite tous les jours. Au­jourd’hui, on a de­vant sept, huit pi­lotes qui vont très vite. Quand tu lâches un jour, tu en as deux qui vont pé­ter les plombs et qui vont rou­ler très vite même s’il s’agit d’une étape dan­ge­reuse. Au­jourd’hui, la pro­blé­ma­tique est là, avec le risque du ral­lye-raid qui existe et qu’on n’en­lè­ve­ra ja­mais. Avec ceux qui veulent es­sayer de suivre der­rière, ça fait une ving­taine de pi­lotes pour les­quels il faut amé­lio­rer la sé­cu­ri­té. Pour ra­len­tir le rythme, la na­vi­ga­tion est une so­lu­tion. Plus il y en au­ra, moins ils iront vite, plus il fau­dra lire, s’ap­pli­quer, etc. Et au­jourd’hui glo­ba­le­ment, je ne suis pas cer­tain qu’il y ait beau­coup de na­vi­ga­tion sur les rallyes. C’est l’âme pure du ral­lye-raid et on la perd. Après il y a plein de su­jets en dis­cus­sion, re­mettre des chambres à air et en­le­ver les mousses, li­mi­ter la mé­ca­nique le soir pour les obli­ger à éco­no­mi­ser leur mo­to, re­mettre le road-book le ma­tin… Tout ça c’est un vrai tra­vail de fond, il faut mettre tous les ac­teurs au­tour d’une table pour une prise de conscience gé­né­rale et que ce soit vo­té par tout le monde. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.