Bande des­si­née

Zei­na Abi­ra­ched et Ma­thias Énard, Cas­ter­man, Pa­ris, 2018, 344 p.

Moyen-Orient - - HISTOIRE - G. F.

Quand deux grands connais­seurs et amou­reux du Pro­cheo­rient se ren­contrent, ce­la ne peut don­ner qu’une oeuvre ma­gni­fique. L’écri­vain fran­çais Ma­thias Énard et la des­si­na­trice li­ba­naise Zei­na Abi­ra­ched, tous deux re­con­nus pour leurs tra­vaux, ont croi­sé trois his­toires pour en faire une seule : celle de l’af­gha­nis­tan des an­nées 1930, celle de la guerre à Alep, celle des ré­fu­giés sy­riens à Ber­lin. Là, des liens amou­reux se tissent, se construisent au-de­là des souf­frances. Avec son trait qui est le sien, en noir et blanc, Zei­na Abi­ra­ched ac­com­pagne l’éru­di­tion d’un Ma­thias Énard jouant avec les époques, l’as­tro­no­mie ; de quoi ame­ner le lec­teur à une ré­flexion es­sen­tielle sur son temps, sur l’im­por­tance des sen­ti­ments. Re­te­nons par exemple ce dia­logue : « Je suis fa­ti­guée. Je me noie », « Je te re­tiens. Je suis là », pro­non­cé après avoir bro­dé un poème d’amour sur la Lune. Une hu­ma­ni­té rare et qui fait du bien !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.