Une classe in­com­pa­rable…

MX Magazine - - Story -

Les an­nées 2000 vont per­mettre à Ste­fan Everts d’en­trer à ja­mais dans la lé­gende. Cham­pion du monde 125 en 1991, triple cham­pion du monde 250 1995/96/97, le Belge va écrire une large page de son his­toire en si­gnant chez Ya­ma­ha Ri­nal­di au dé­but des an­nées 2000.

Ste­fan Everts fait bien évidemment par­tie des hommes qui ont mar­qué ce IIIE mil­lé­naire du MX. Dé­jà qua­druple cham­pion du monde dans les an­nées 1990, le Belge va re­trou­ver la flamme à par­tir de 2001 après deux sai­sons mar­quées par les bles­sures en GP 250 puis 500 cm3. Cette ré­sur­rec­tion va dé­bu­ter en 2001. Everts signe un deal avec Ya­ma­ha Ri­nal­di pour rou­ler en GP 500 cm3 et dé­bute alors la plus belle pé­riode de sa car­rière. Double cham­pion du monde de la ca­té­go­rie en 2001/2002 avec onze vic­toires à son ac­tif, Ste­fan de­vient dans la fou­lée le pre­mier cham­pion du monde MXGP en 2003 de­vant Smets et Pi­chon. Cette an­née­là, avec le for­mat de la manche unique, il se per­met même de prendre le Mon­dial 125 en cours de route à par­tir du qua­trième round. Vainqueur de huit GP au gui­don de la 250 YZ-F, Ste­fan échoue fi­na­le­ment à quinze pe­tits points de Steve Ra­mon. Le 14 sep­tembre à Er­née, pour la fi­nale du cham­pion­nat, le Belge re­lève le chal­lenge et rem­porte les trois GP 125/MXGP/650, une pre­mière mon­diale. Un an plus tard, le Mon­dial dé­bute dans son for­mat ac­tuel avec deux manches MX2 et deux autres MX1. Everts va alors en­chaî­ner trois sacres consé­cu­tifs pour at­teindre la barre des dix titres mon­diaux. Au to­tal, le Belge a rem­por­té 101 GP dans sa car­rière, dont 59 sur la pé­riode 2001/2006. Lors de cette der­nière sai­son, il n’est pas pas­sé loin du grand che­lem en ga­gnant 14 GP sur 15 et 27 manches sur 30! À l’heure d’au­jourd’hui, Ste­fan Everts est le plus grand pi­lote eu­ro­péen de tous les temps avec un pal­ma­rès en acier trem­pé. De lui on re­tien­dra aus­si son pi­lo­tage d’une flui­di­té ex­cep­tion­nelle, son sens de la tra­jec­toire, ses qualités de met­teur au point et sa fa­ci­li­té dans le sable. On n’ou­blie­ra pas non plus sa vic­toire face à James Ste- wart lors de la der­nière course de sa car­rière aux Na­tions 2006. Après avoir tra­vaillé de longues an­nées chez KTM Red Bull aux cô­tés de pi­lotes, dé­ve­lop­pé la 350 SX-F, le Belge a re­pris en main le team Su­zu­ki Ge­boers avant que l’usine ne dé­cide fin 2016 de ces­ser tout in­ves­tis­se­ment en GP. De­puis, Everts a re­pris d’autres ac­ti­vi­tés de coa­ching et suit de très près son fils Liam qui vient de si­gner un contrat avec Ka­té pour rou­ler en 85 cm3. Après Har­ry et Ste­fan, l’his­toire des Everts avec le cross mon­dial est sûrement loin d’être ter­mi­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.