Re­tour vers le fu­tur?

MX Magazine - - Essai -

125 RX? Com­pre­nez la fu­sion entre une 250 CRF et une 125 SX qui a don­né lieu à ce beau pro­jet réa­li­sé par Oli­vier Ni­vart. Avec le mo­teur d’une 125 KTM et le cadre d’un 250 Hon­da, on réunit sur le pa­pier ce qu’il se fait de mieux pour don­ner un pro­to­type proche de la per­fec­tion pour un 125 2-temps. On a vé­ri­fié !

17 août 2018, Saint-jean-d’an­gé­ly. La tra­di­tion­nelle Coupe des Ré­gions réunis les meilleurs pi­lotes de chaque ligue sur l’une des plus belles pistes de France. Der­rière la grille, le pu­blic re­marque ra­pi­de­ment une 125 Hon­da qui se dé­marque d’une jungle de KTM, HVA et autres Ya­ma­ha. Cette pré­sence in­trigue et l’on pense même re­con­naître un mo­teur KTM lo­gé dans la par­tie-cycle. Un concept sor­ti tout droit de l’ima­gi­na­tion d’oli­vier Ni­vard, ex-bon pi­lote Pi­card dans les an­nées 1990/ 2000, qui s’est re­trou­vé en chaise rou­lante à la suite d’un ac­ci­dent en 2001. Oli­vier n’en est pas à son coup d’es­sai puis­qu’il avait réa­li­sé une ma­gni­fique Hon­da 125 CR « Lam­son » re­pli­ca de 1996 que nous avions es­sayée en 2016. Fi- dèle à sa convic­tion que la course à l’ar­me­ment n’est pas né­ces­saire pour se faire plai­sir et per­for­mer en piste, Oli­vier avait, à l’ori­gine, res­tau­ré une autre 125 Hon­da CR mais de 2004 celle-ci. C’est son ami et aco­lyte de tou­jours Oli­vier De Clercq (cham­pion de France Na­tio­nal 125 en 93) qui, tout comme pour la 125 « Lam­son », étren­nait cette mo­to sur les cir­cuits. Mal­gré tous les ef­forts dé­ployés sur le mou­lin rouge, il n’ar­ri­vait pas à éga­ler la ré­fé­rence qu’est ce­lui de la 125 KTM. Oli­vier De Clercq a alors pro-

« Je peux en­core faire de belles choses et j’en suis fier. »

Oli­vier Ni­vard

po­sé en ri­go­lant de conser­ver le cadre de la Hon­da en y met­tant un mo­teur KTM…

15 jours de tra­vail

Ni une ni deux, l’idée a ger­mé dans la tête d’oli­vier : « Je me suis lan­cé à la re­cherche d’un mo­teur et Thi­bault de chez TRP m’a trou­vé ce qu’il fal­lait, rap­porte Oli­vier. On a dé­go­té un mil­lé­sime 2017 avec cinq heures pour 1 300 eu­ros seule­ment. On a en­suite ré­flé­chi à com­ment le lo­ger dans le cadre de la Hon­da. L’ob­jec­tif était de par­ti­ci­per à la fi­nale du cham­pion­nat de France 125 Na­tio­nal à Ayen en juin. » Le pro­jet dé­marre un mois avant le jour J, ce qui laisse peu de temps à l’équipe pour as­sem­bler le pro­to bap­ti­sé 125 RX par Oli­vier, as­so­cia­tion entre 125 CR et 125 SX. En tra­vaillant chaque soir du­rant deux se­maines, l’équipe d’amis s’at­tache dans un pre­mier temps à faire pas­ser le mo­teur au­tri­chien dans le bras os­cil­lant de la Hon­da. Il faut meuler ce der­nier et le ren­for­cer. Vient en­suite l’étape de cou­per les pattes de fixa­tion du mou­lin pour en créer de nou­velles pour ali­gner le tout dans le cadre de la Hon­da 2004. C’est le frère d’oli­vier De Clercq, Frantz, sou­deur de pro­fes­sion, qui s’oc­cupe de les réa­li­ser et de les sou­der au mo­teur. « On a usi­né la boîte à cla­pet orien­tée à 45 de­grés de la CR pour la re­mettre sur le mo­teur KTM. La pipe d’ad­mis­sion n’est pas du tout pa­reille et fai­sait ta­per la boîte à air sur l’amor­tis­seur, ex­plique Oli­vier. On a éga­le­ment dû chauf­fer la boîte à air pour chan­ger son angle afin qu’elle s’em­boîte dans le car­bu­ra­teur. » Tout est une his­toire d’ajus­te­ment, comme pour les ra­dia­teurs sur­éle­vés et les nou­velles pattes de fixa­tion pour l’échap­pe­ment. Le pro­jet prend peu à peu forme. Il ne reste plus que quelques rac­cords comme le pas­sage spé­cial pour le câble hy­drau­lique plus gros que le tra­di­tion­nel ou en­core l’ajus­te­ment du kick pour lui évi­ter de tou­cher le cadre. Le mo­teur n’est pas ou­blié, loin de là, puis­qu’il est en­voyé dans les ate­liers TRP de Thi­bault Roui­ler (voir en­ca­dré). Pe­tite anec­dote à ce pro­pos, Oli­vier a dé­cou­vert que le car­bu Mi­ku­ni TMX 38 de la Hon­da 2004 est exac­te­ment le même que ce­lui de la KTM 125 SX 2018. Les ré­glages ont donc été fa­ciles à trou­ver. Oli­vier a énor­mé­ment ap­pris sur le site Fo­rum 2temps qui ras­semble d’an­ciens mé­ca­ni­ciens et in­gé­nieur mo­teur de Grand Prix vi­tesse 2-temps. « C’est une mine d’or d’in­for­ma­tions qui per­met de trou­ver des as­tuces sur le mo­teur. Avec une bou­gie et un an­ti­pa­ra­site NGK, on a

ga­gné 0,8 che­val par exemple. » Deux se­maines avant la fi­nale du 125 Na­tio­nal, la mo­to est prête. Elle se qua­li­fie­ra aux mains d’oli­vier De Clercq. Avec l’achat de la 125 CR de 2004 à 1 300 eu­ros et du mo­teur KTM à 1 600 eu­ros, le pro­jet to­tal au­ra coû­té en­vi­ron 6 500 eu­ros. « Avec un peu de tra­vail et de la mo­ti­va­tion, on a qua­si­ment une mo­to de GP pour moins cher qu’une neuve », constate Oli­vier Ni­vart. Il est temps de dé­cou­vrir cette 125 RX et, coup de chance, le cir­cuit de Lan­dri­court nous a ou­vert ses portes en cette mi-no­vembre sous un so­leil ra­dieux et une piste pré­pa­rée aux pe­tits oi­gnons. Que de­man­der de plus en voyant sor­tir la mo­to du ca­mion TRP sous sa nou­velle robe. On pour­rait presque croire à un pro­to­type Hon­da pour une fu­ture 125 CR 2019 tant la fi­ni­tion est ap­pré­ciable. Oli­vier re­garde son bé­bé avec émo­tion : « De toutes celles que j’ai re­faites, c’est ma pré­fé­rée. J’ai ache­té un amor­tis­seur usine Sho­wa mais on n’a pas eu le temps de le re­con­di­tion­ner. Ça au­rait été la ce­rise sur le gâ­teau. »

Ma­riage réus­si

Peu im­porte, je pren­drais bien une part de ce sur­pre­nant gâ­teau pour en ap­pré­cier les sa­veurs. En la des­cen­dant du tré­pied, elle pa­raît plus lourde qu’une 125 KTM mais cette im­pres­sion s’en­vole ra­pi­de­ment sur les pre­miers vi­rages. On dé­couvre une belle ma­nia­bi­li­té, no­tam­ment dans les épingles où elle se fau­file sans for­cer. Est-elle plus ma­niable qu’une 125 KTM? Il fau­drait les deux mo­dèles pour com­pa­rer. On re­trouve en re­vanche la si­gna­ture du châs­sis Hon­da, sain, confor­table, qui met en confiance dès les pre­miers mètres. On est comme à la mai­son avec un poste de pi­lo­tage neutre. Cette pre­mière part du gâ­teau met en ap­pé­tit, d’au­tant plus que le meilleur ar­rive. Le mo­teur est clai­re­ment la pe­tite note su­crée qui em­bel­lit le tout. Ce­lui­ci est un exemple de puis­sance et de pro­gres­si­vi­té dès l’ou­ver­ture des gaz. C’est simple, on di­rait un mo­teur de 150 KTM avec le­quel on peut se per­mettre de prendre des vi­rages en 3 et res­sor­tir fa­ci­le­ment avec un coup d’em­brayage. « On n’a pas es­sayé de ga­gner de la puis­sance à tout prix, mais de trou­ver une belle courbe ho­mo­gène avec plus de force en bas », ex­plique Oli­vier. Ré­sul­tat très sa­tis­fai­sant qui fait de ce 125 RX une vraie mo­to com­pé­ti­tive face aux ma­chines ac­tuelles. Oli­vier re­trouve goût à re­ve­nir sur les cir­cuits après son ac­ci­dent en réa­li­sant ce genre de pro­jet. « Sans mes amis et les par­te­naires qui ont ren­du le pro­jet pos­sible, je se­rais res­té chez moi sans pou­voir rien faire, ra­conte Oli­vier. C’est une vic­toire sur mon ac­ci­dent, je me sens vi­vant et heu­reux. Avec ce que j’ai réa­li­sé, ça change le re­gard des gens sur mon han­di­cap. Je peux en­core faire des belles choses et j’en suis fier. » Oli­vier au­ra de quoi être fier puisque l’an pro­chain, sa mo­to se­ra ali­gnée au dé­part du cham­pion­nat de France Na­tio­nal 125 avec à son gui­don un cer­tain Ni­co­las Cot­te­net, an­cien pi­lote Pi­card de GP 500 dans les an­nées 2000 et triple cham­pion de France Na­tio­nal. « L’ob­jec­tif se­ra de faire dans les 10. J’aime ne pas faire rou­ler la même mo­to que tout le monde et mon­trer que le châs­sis Hon­da, même s’il a 15 ans, fait par­tie des meilleurs du monde », con­clut Oli­vier Ni­vard. On ne man­que­ra pas de suivre la pe­tite guêpe rouge avec son coeur explosif l’an pro­chain, soyez-en sûrs. ■

Tra­vail soi­gné et belle robe pour cette as­so­cia­tion entre une 250 CRF et une 125 SX.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.