48 heures qui ont tout change

MX Magazine - - Sport Tom Vialle Chez Ktm Redbull -

Tom Vialle a cou­ru toute la sai­son Eu­rope et Élite avec une aide d’hus­q­var­na France et de l’usine. Après une belle sai­son, l’op­por­tu­ni­té de faire les trois der­nières courses d’eu­rope ain­si que la sai­son 2019 en Mon­dial dans le team LRT de Ju­lien Lie­ber se pré­sente. La fa­mille re­fuse plu­sieurs offres de dif­fé­rentes marques, ayant un ave­nir as­su­ré chez LRT. À As­sen, Tom Vialle réa­lise un gros week-end en se bat­tant pour la vic­toire avec le jeune Jett La­wrence. Pour au­tant, le mo­ral n’est pas au beau fixe car le team LRT an­nonce qu’il ne re­par­ti­ra pas en 2019. Pe­tit mo­ment de pa­nique puisque tous les gui­dons sont dé­jà si­gnés et les pos­si­bi­li­tés res­tantes sont faibles, voire in­exis­tantes. Alors que la fa­mille plu­tôt in­quiète s’ap­prête à quit­ter le cir­cuit, Fred re­çoit un ap­pel de Ro­bert Jo­nass, res­pon­sable du tout-ter­rain chez KTM, qui l’in­vite sous leur auvent. Conscient de la si­tua­tion, l’usine ras­sure Tom en lui di­sant qu’une so­lu­tion est en­vi­sa­gée. Le mar­di sui­vant, ils sont in­vi­tés à mon­ter en Bel­gique pour faire deux jour­nées de test mo­to (terre/sable) et phy­sique aux cô­tés de Joël Smets. Le team LRT a eu la gen­tillesse de lais­ser une mo­to à Tom pour ef­fec­tuer ce test. C’est du­rant ces deux jours qu’ils sont in­for­més que deux autres pi­lotes (Brian Mo­reau et un Aus­tra­lien) sont sur les rangs pour in­té­grer la struc­ture of­fi­cielle. Le 20 sep­tembre, Tom ne sait tou­jours pas ce qu’il fe­ra en 2019. Lun­di 8 oc­tobre, Die­go Clé­ment, res­pon­sable de la com­pé­ti­tion chez Hus­q­var­na, an­nonce la nou­velle à Fred Vialle. Tom se­ra pi­lote of­fi­ciel KTM en 2019 avec un contrat de deux ans re­nou­ve­lable sur cinq ans, sans sa­laire, mais avec de grosses primes de top 5 et les frais rem­bour­sés.

KTM LRT en fin de sai­son, il al­lait dé­jà s’en­traî­ner seul, ex­plique Fred. Je n’étais pas dans les pit-lanes. Cette an­née, c’est Na­than, son frère, qui le pan­neau­tait. Mon but est de rendre mon fils au­to­nome. Quand Tom fe­ra les GP et ga­gne­ra sa vie, j’irai sur quelques courses et c’est tout. Je l’af­firme, ce n’est pas mon kiff d’al­ler sur les épreuves, je le fais pour lui. Ce qui va man­quer, c’est juste l’or­ga­ni­sa­tion mé­ca­nique et ne pas pré­pa­rer la mo­to, mais c’est tout. » Bar­ba­ra a le même avis que son ma­ri : « Tom a tou­jours pris ses dé­ci­sions seul. Les gens ont ten­dance à dire que ça va être dur pour Fred de prendre de la dis­tance mais pas du tout puis­qu’on fonc­tionne dé­jà comme ça de­puis quelques mois. » Tous ces élé­ments sont évi­dem­ment no­ti­fiés noir sur blanc sur le contrat de 35 pages dont le der­nier exem­plaire

est à si­gner ce ma­tin même. Une der­nière griffe pour Tom qui scelle dé­fi­ni­ti­ve­ment l’al­liance entre l’usine et leur fu­tur cham­pion. Elle porte sur deux sai­sons re­con­duc­tibles sur cinq an­nées en fonc­tion des ré­sul­tats. Pour sa pre­mière an­née, KTM a mis pour ob­jec­tif à Tom de rou­ler sans pres­sion et de ne pas se bles­ser pour être prêt en 2020. « Ils croient à son évo­lu­tion et à son po­ten­tiel de de­ve­nir cham­pion du monde un jour. Le seul truc qui peut te faire éjec­ter du cir­cuit KTM, c’est de mal te com­por­ter dans la vie de tous les jours et sur les cir­cuits » pré­cise Fred.

Le tra­vail avant tout

Dans le ca­mion qui nous em­mène au cir­cuit, au­cun signe d’in­quié­tude sur le vi­sage de Tom qui va, pour la pre­mière fois, dé­mar­rer la 250 SX-F fac­to­ry tant convoi­tée dans le pad­dock. C’est l’oc­ca­sion de par­ler des pro­chaines échéances. « Je vais pas­ser un hi­ver à bien pro­gres­ser sur la mo­to et sur le plan phy­sique. Je veux ar­ri­ver l’an­née pro­chaine avec plus d’as­su­rance et plus de vi­tesse pour don­ner le meilleur de moi-même sur chaque course. J’ai en­core une marge de pro­gres­sion dans la terre et dans le sable. » Il est en­core trop tôt pour évoquer des ob­jec­tifs concrets sur cette pre­mière sai­son. « Je n’ai ja­mais fait de GP donc je ne sais pas du tout où me si­tuer. Rou­ler avec les meilleurs pi­lotes du monde ne me fait pas peur. C’est mo­ti­vant au contraire de se me­su­rer à ce qui se fait de mieux et tout don­ner pour es­sayer de les battre. » Les pre­miers grands ren­dez-vous ar­ri­ve­ront vite avec les courses de pré­pa­ra­tion pré­vues soit en Ita­lie soit en An­gle­terre. Sur le par­king du cir­cuit néer­lan­dais, le so­leil fait son ef­fet et Fred re­grette de ne pas avoir em­por­té un short tant les tem­pé­ra­tures sont es­ti­vales en cette fin no­vembre. Plu­tôt sur­pre­nante cette ac­cli­ma­ta­tion en Bel­gique pour la fa­mille ori­gi­naire d’avi­gnon. L’ar­ri­vée des ca­mions of­fi­ciels KTM et WP écourte le dé­bat mé­téo­ro­lo­gique. Tout va alors très vite avec la dé­cou­verte des te­nues et pro­tec­tions Al­pi­nes­tars, la prise d’in­for­ma­tions pour de fu­turs ajus­te­ments sur me­sure, un ra­pide ré­glage du gui­don et des le­viers. Tom en­clenche la pre­mière et se di­rige vers la piste sous l’oeil ému de Fred. Tous les quatre ou cinq tours, le jeune es­poir fran­çais re­vient au ca­mion don­ner ses im­pres­sions en an­glais et en fran­çais. Après deux mois qua­si­ment sans rou­lage, le corps est un peu rouillé et notre jeune pi­lote se li­bère au fur et à me­sure de

Tom achève sa der­nière ses­sion au so­leil cou­chant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.