Des­ti­na­tion Mar­ti­nique

Le spé­cia­liste fran­çais du ca­ta­ma­ran a convié une ving­taine de pro­prié­taires à un week-end de ba­lades et de ré­gates bon en­fant dans le sud de la Mar­ti­nique. Nep­tune était à bord d‘un MY37, le seul et unique ca­ta­ma­ran à mo­teur de la flot­tille. On s’est rég

Neptune Yachting Moteur - - Sommaire - Texte Mi­chel Lui­zet - Pho­tos Vir­gi­nie Pe­la­gal­li

Cher­chez l’in­trus ! Au mi­lieu d’une flot­tille d’une ving­taine de ca­ta­ma­rans Foun­taine Pa­jot, notre MY 37 fait un peu fi­gure de tru­blion. Et pour cause. C’est l’unique mo­to­ryacht de ce hui­tième ras­sem­ble­ment de pro­prié­taires or­ga­ni­sé par la marque ro­che­laise. A la mi-mai, les équi­pages en pro­ve­nance d’une de­mi­dou­zaine de pays se sont don­né ren­dez-vous à la ma­ri­na du Ma­rin en Mar­ti­nique pour trois jours de fes­ti­vi­tés le long de la côte sud. Au pro­gramme, ré­gates et par­cours cô­tier, mouillage de rêve aux anses d’Ar­let, spec­tacle folk­lo­rique, dî­ner de ga­la et l’in­évi­table dé­gus­ta­tion de vieux rhums à l’ha­bi­ta­tion Clé­ment.

Des mouillages d’ex­cep­tion

Pour les mo­to­nautes que nous sommes, le team de Foun­taine Pa­jot avait mis à notre dis­po­si­tion, avec la com­pli­ci­té de Dream Yacht Char­ter, ce fa­meux MY 37, his­toire de rap­pe­ler que le chan­tier dé­ve­loppe aus­si de­puis plus de 20 ans une gamme de ca­ta­ma­rans à mo­teur de pres­tige. Ras­su­rez­vous, l’équi­page du MY 37 ne s’est pas mê­lé aux confron­ta­tions vé­liques qui se sont dé­rou­lées pen­dant le week-end. Le ba­teau de Nep­tune est res­té sa­ge­ment à l’écart, as­sis­tant tou­te­fois aux dé­parts et aux ar­ri­vées sou­vent très dis­pu­tés. Nous avons pro­fi­té de notre temps libre pour ca­bo­ter entre la pointe des Sa­lines et les anses d’Ar­let. C’est l’avan­tage de la na­vi­ga­tion à mo­teur. Pas de bords à ti­rer ni de voi­lures à ré­duire si le vent for­cit. Nous sor­tons du Cul-de-Sac du Ma­rin. Cette im­mense baie en forme de gou­let consti­tue un re­fuge na­tu­rel d’ex­cel­lence pour de nom­breux ba­teaux globe-trot­ters. C’est aus­si le qua­si ter­mi­nus pour ur les plai­san­ciers sans le sou. On ap­prend vite, en lon­geant la baie à re­pé­rer, les voi­liers au moui­luillage, qui ne sont plus lus vrai­ment en état de e re­prendre r. la mer. Le Ma­rin de­meure re mal­gré tout la base se de dé­part idéale pour r dé­cou­vrir l’arc ca­ri­béen. éen. «Sainte-Lu­cie est droit de­vant, 20 milles plus au sud, pré­cise Mat­thieu, notre skip­per pper d’un week-end. C’est ’est la moi­tié de la dis­tance tance Mar­seille-Tou­lon par ar la mer ! Sainte-Lu­cie, c’est la porte d’en­trée des Gre­na­dines et ses plages ma­giques. La plu­part des char­ters rs quit­tant Le Ma­rin

136 Pe­tite Anse d’Ar­let, son pon­ton en bois, ses mai­sons co­lo­rées, son église tour­née vers la mer... C’est le mouillage le plus em­blé­ma­tique de la Mar­ti­nique.

Pré­pa­ra­tion du dé­jeu­ner à bord du MY 37. La cui­sine tout en lon­gueur est lar­ge­ment ou­verte sur le cock­pit.

Ré­gate cô­tière pour la quin­zaine de pro­prié­taires de voi­liers en di­rec­tion de la pointe des Sa­lines, au sud de l’île.

Le team Foun­taine Pa­jot au grand com­plet au­tour de la pré­si­dente du groupe, Claire Foun­taine, et du di­rec­teur gé­né­ral, Nicolas Gar­dies (po­lo rouge).

Cul­ture et folk­lore re mar­ti­ni­quais ont re­trou­vé de la vi­ta­li­té ces der­nières an­nées s grâce au dé­ve­lop­pep­pe­ment des écoles de danse tra­di­tion­nelles. nelles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.