Les his­toires d’eau d’Al­fa Ro­meo

De­puis près d’un siècle, les mo­teurs Al­fa Ro­meo font mer­veille non seule­ment sur route et sur piste mais aus­si sur l’eau, en pa­ral­lèle avec quelques mo­dèles lé­gen­daires de la marque mi­la­naise..

Neptune Yachting Moteur - - Vintage - Texte Gé­rald Gué­tat - Pho­tos Hen­ri Thi­bault et DR

Il est des pays qui sus­citent les pas­sions les plus conta­gieuses. L’Ita­lie est de ceux­là, à qui fut at­tri­bué le rouge comme cou­leur na­tio­nale sur les cir­cuits dès les an­nées 1920. Bien avant Fer­ra­ri, Al­fa Ro­meo a in­car­né l’ex­cel­lence mé­ca­nique, aus­si bien sur terre et dans les airs que sur l’eau. Après une belle ex­po­si­tion ré­tros­pec­tive sur les im­por­tantes ac­ti­vi­tés ci­viles et mi­li­taires aé­ro­nau­tiques d’Al­fa Ro­meo, le su­perbe mu­sée na­tio­nal de la firme si­tué à Arese, près de Mi­lan, pré­pare une ini­tia­tive si­mi­laire pour sa­luer des dé­cen­nies de vic­toires de la firme au trèfle vert (le Qua­dri­fo­glio) dans le do­maine mo­to­nau­tique.

Cham­pionne avec Fer­ra­ri

Une poi­gnée de col­lec­tion­neurs ita­liens et quelques fran­çais n’ont pas at­ten­du cette re­con­nais­sance pour en­tre­te­nir la flamme de l’en­thou­siasme pour les mo­teurs de la marque. Ils se re­trouvent chaque an­née à Co­lor­no, sur le grand fleuve my­thique du pays, le Pô, là où se sont af­fron­tés dès 1929, hy­dro­glis­seurs et hy­dro­planes dans la plus longue course en ligne du monde, la Pa­via-Ve­ne­zia. Al­fa Ro­meo y en­re­gistre deux grandes vic­toires consé­cu­tives en 1937 et 1938 avec des mo­teurs d’avion. La firme mi­la­naise compte par­mi les plus pres­ti­gieuses du monde, sur route et sur piste, grâce au ta­lent d’un cer­tain En­zo Fer­ra­ri qui

di­rige alors l’écu­rie de course of­fi­cielle. Avant la Se­conde Guerre mon­diale et dès l’im­mé­diat après­guerre, les ro­bustes six cy­lindres en ligne, puis huit cy­lindres en ligne des au­to­mo­biles Al­fa Ro­meo res­tent par­ti­cu­liè­re­ment pri­sés, y com­pris de quelques pi­lotes mo­to­nau­tiques à une époque où les membres de l’élite sautent vo­lon­tiers d’un cock­pit à l’autre. Mais il faut at­tendre le mi­lieu des an­nées 1950, en plein es­sor éco­no­mique de l’Ita­lie, pour que l’usine lance la Giu­liet­ta 1300 avec un for­mi­dable pe­tit quatre cy­lindres à double arbre à cames en tête. Pro-

duite en grande sé­rie, cette mé­ca­nique so­phis­ti­quée et puis­sante s’avère vite fa­cile à trans­for­mer en bête de course. Cette ini­tia­tive in­dus­trielle d’Al­fa Ro­meo fa­vo­rise donc gran­de­ment l’es­sor des sports mé­ca­niques dans le pays puis en Eu­rope pen­dant les deux dé­cen­nies sui­vantes, en­traî­nant éga­le­ment la réus­site de plu­sieurs pe­tits construc­teurs mo­to­nau­tiques dans son sillage.

La pe­tite fian­cée de l’Ita­lie

Ain­si, dès 1960, le chan­tier mi­la­nais San Mar­co pré­sente la «Giu­liet­ta del Mare» avec l’ac­cord du fa­bri­cant au­to­mo­bile. Le nom de Giu­liet­ta est alors dans tous les es­prits au point de voir ce mo­dèle de voi­ture sur­nom­mé «la pe­tite fian­cée de l’Ita­lie». Les pu­bli­ci­taires jouent ha­bi­le­ment sur l’évo­ca­tion de la pas­sion amou­reuse dans la pièce de Sha­kes­peare alors que Ro­meo (Ni­co­la de son pré­nom) a créé la marque en 1915 en ac­co­lant sim­ple­ment son nom à ce­lui de la so­cié­té Ano­ni­ma Lom­bar­da Fa­bri­ca Au­to­mo­bi­li (AL­FA). On ne compte plus les vic­toires et les re­cords du quatre cy­lindres 1300 de la Giu­liet­ta dans les an­nées 1960, mon­té dans des ra­cers

« trois points », en ver­sion de base pré­pa­rée par des of­fi­cines de sorciers, ou tra­vaillé spé­cia­le­ment par Au­to­del­ta, l’écu­rie of­fi­cielle de l’usine. Dans le même temps, Al­fa Ro­meo est pré­sent dans les ca­té­go­ries de course de cy­lin­drée su­pé­rieure. Le mo­teur 6 cy­lindres en ligne de la pres­ti­gieuse « 2600 » pro­duite en cou­pé, spi­der et ber­line fait aus­si les beaux jours des pi­lotes de ra­cers qui doivent ce­pen­dant l’adap­ter à la ré­gle­men­ta­tion in­ter­na­tio­nale mo­to­nau­tique en ré­dui­sant sa cy­lin­drée pour en­trer dans la ca­té­go­rie 2500. Là en­core, les chan­tiers comme Cel­li, Mo­li­na­ri ou Lu­ci­ni ac­cu­mulent les plus grands suc­cès au pal­ma­rès avec des titres de cham­pion d’Eu-

rope et du monde. Après la 2600 six cy­lindres en ligne, Al­fa Ro­meo se lance dans un pro­jet de voi­ture de sport en­core plus haut de gamme avec le cou­pé deux portes Mon­treal car­ros­sé par Ber­tone et pré­sen­té en 1970. Il est do­té d’un nou­veau mo­teur V8 de 2,6 litres. Cette mé­ca­nique so­phis­ti­quée est di­rec­te­ment is­sue du cham­pion­nat du monde des Sport-Pro­to­type où Al­fa Ro­meo dé­fie Porsche et Fer­ra­ri avec sa lé­gen­daire « 33 ».

Un coeur de grande spor­tive

Trans­for­mé en ver­sion 2500, l’im­pres­sion­nant V8 Mon­treal à double arbre à cames en tête est mon­té avec suc­cès dans quelques ra­cers alors que la com­pé­ti­tion mo­to­nau­tique in board sur plan d’eau pro­té­gé com­mence son inexorable dé­clin. Après plu­sieurs chan­ge­ments de cy­lin­drée pour main­te­nir à flot un sport ama­teur me­na­cé, la Fé­dé­ra­tion ita­lienne par­vient à conser­ver long­temps une ca­té­go­rie de ra­cer trois points à mo­teur de 2 litres de cy­lin­drée, sanc­tion­née par un cham­pion­nat na­tio­nal. Et pour clore cet âge d’or com­men­cé dans les an­nées 1950, c’est sym­bo­li­que­ment un 4 cy­lindres Al­fa Ro­meo qui rem­porte l’ul­time cham­pion­nat d’Ita­lie en 1995 avec Mas­si­mo Sac­ca­ni sur une coque Lu­ci­ni construite près du lac de Côme.

RE­MER­CIE­MENTS

à Hen­ry-Jacques Pe­ch­di­mald­jian du Cercle du mo­to­nau­tisme clas­sique et à Pao­lo Can­to­ni de l’« Al­fa Club Par­ma ».

Sur le fleuve Pô, ce ra­cer de 1971, do­té du V8 Al­fa Ro­meo de la Mon­treal, fonce en po­si­tion par­faite de sa ca­rène « trois points ». 94

Le par­tage des mêmes mé­ca­niques spor­tives Al­fa Ro­meo entre ba­teaux et au­to­mo­biles a connu son âge d’or des an­nées 1950 à 1980. 95

Chaque an­née, quelques col­lec­tion­neurs fran­çais lancent leurs mo­teurs Al­fa Ro­meo sur les eaux de la lé­gen­daire course Pa­viaVe­ne­zia.

On peut sau­ter d’un cock­pit à l’autre sans se pas­ser du vrom­bis­se­ment d’un mo­teur Al­fa Ro­meo, tou­jours aus­si vif à mon­ter en ré­gime.

Pour ten­ter de battre le re­cord du monde en 1954, Lau­ra III re­çut deux 8 cy­lindres Al­fet­ta 159 de For­mule 1, confiés par Al­fa Ro­meo.

Dès les an­nées 1930, Al­fa Ro­meo a tou­jours pris en consi­dé­ra­tion l’im­por­tance du mar­ché mo­to­nau­tique, en plai­sance ou en course.

Avec la sé­dui­sante Giu­liet­ta 1300 sor­tie en 1954 en cou­pé puis ber­line, Al­fa Ro­meo connaît un grand suc­cès grâce à son mo­teur DACT.

La Giu­liet­ta 1300 a ra­pi­de­ment don­né nais­sance à plu­sieurs gé­né­ra­tions de ra­cers vic­to­rieux en cham­pion­nats jus­qu’aux an­nées 1970. Le mo­teur Al­fa Ro­meo 4 cy­lindres 1300 de 90 ch dé­livre son couple à haut ré­gime pour do­mi­ner la ré­sis­tance de l’élé­ment li­quide.

Le V8 Mon­treal 2,6 l. de 1970 est is­su du mo­teur Al­fa Ro­meo de la 33 SportP­ro­to­type et va rem­por­ter le cham­pion­nat du monde sur l’eau.

Comme en mo­no­place, le pi­lote «écoute» le compte-tours et sur­veille sur­tout la tem­pé­ra­ture de l’eau de re­froi­dis­se­ment, qui est éco­pée sur le plan d’eau.

Pour Al­fa Ro­meo, au­to­mo­bile, nau­tisme et aé­ro­nau­tique furent très liés. Ici, l’hy­dro­glis­seur vain­queur de Pa­via-Ve­ne­zia en 1937 et 1938.

Le trèfle à quatre feuilles porte chance à Al­fa Ro­meo de­puis 1923 et dis­tingue les mo­dèles les plus spor­tifs de­puis les an­nées 1960.

Lan­cé en 1961, le Spi­der 2600 car­ros­sé par Tou­ring re­pré­sen­tait le som­met de la gamme Al­fa Ro­meo avec son 6 cy­lindres en ligne puis­sant et endurant, qui va vite conqué­rir de nom­breux titres en cham­pion­nats mo­to­nau­tiques na­tio­naux et in­ter­na­tio­naux.

Entre les an­nées 1930 et 1950, quelques grands pi­lotes de For­mule 1 Al­fa Ro­meo ont aus­si pi­lo­té des ba­teaux mo­to­ri­sés par l’usine.

A chaque gé­né­ra­tion d’Al­fa Ro­meo, est ap­pa­ru son équi­valent nau­tique. De gauche à droite : la Giu­liet­ta, la Mon­treal et le Spi­der 2600.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.