An­tibes : quel vi­sage ce soir contre Cho­let ?

Tan­tôt conqué­rants, tan­tôt hé­si­tants, les Sharks na­viguent entre ob­jec­tif de main­tien et rêves de playoffs. Si bien qu’on ne sait plus trop quoi en at­tendre…

Nice-Matin (Antibes / Juan-les-Pins) - - La Une - VI­VIEN SEILLER

Il est de ces sai­sons à la tra­jec­toire illi­sible. Ce genre d’exer­cice où la lec­ture du scé­na­rio re­lève presque de l’ex­ploit. C’est à croire que ces Sharks ver­sion 2017-2018 se sont faits spé­cia­listes du chan­ge­ment de tra­jec­toire. Un coup à gauche, un coup à droite. Les An­ti­bois sont de­ve­nus maîtres dans l’art du contre­pied. Le pro­blème, c’est qu’il en de­vient dif­fi­cile de cer­ner le vé­ri­table ni­veau de cette équipe adepte des ré­sul­tats mi-chaud mi-froid. Pour­tant, la cas­cade de bles­sures semble avoir lais­sé en paix l’AzurA­re­na de­puis quelques se­maines. « On s’est beau­coup re­po­sé sur les épaules de Je­rel [Blas­sin­game] pen­dant un cer­tain temps et on est en train de se ca­ri­ca­tu­rer en ne jouant plus que cer­taines ac­tions, dé­ve­loppe Ju­lien Es­pi­no­sa. Ona joué cer­tains matchs sur cette op­tion de sé­cu­ri­té et après on s’est en­fer­mé de­dans. À nous de re­don­ner de l’al­ter­nance à nos sé­quences of­fen­sives pour pou­voir créer un rythme sur qua­rante mi­nutes. »

Re­tour du col­lec­tif ?

Mais pour y ar­ri­ver le ca­pi­taine Je­rel doit trou­ver des lieu­te­nants ca­pables de prendre le re­lais. Pas tou­jours évident. « S’il n’est pas dans un bon jour, on n’est pas bien. Il faut qu’il mette notre at­taque en mou­ve­ment pour avoir d’autres sources de dan­ger. Ty­ler Har­vey, Max Kou­guère et Vee San­ford de­vraient être des dan­gers. Sur les der­niers matchs, ils sont juste des gens qui at­tendent dans leur fau­teuil pour prendre un tir ou­vert. » Pi­quant, le coach connaît le po­ten­tiel et les li­mites du groupe qu’il a sous la main. Ce soir à do­mi­cile (20h30), Es­pi­no­sa at­tend une ré­ac­tion des siens pour prendre le meilleur sur un concur­rent di­rect plon­gé dans une mau­vaise passe. « Il y a de l’éner­gie, de l’en­vie et du com­bat mais il faut qu’on pro­duise un jeu col­lec­tif de meilleur ni­veau que sur les deux der­niers matchs. On joue en at­taque comme des fei­gnants. Je pense que les joueurs en sont conscients. On a fait pas mal de vi­déo et on a es­sayé de leur dé­mon­trer pour­quoi il fal­lait faire ces ef­forts-là. » Très pro­ba­ble­ment pour ar­rê­ter de prendre un peu tout le monde à contre-pied...

An­tibes dé­pend bien trop sou­vent des per­for­mances de son me­neur Je­rel Blas­sin­game. (Pho­to Eric Ot­ti­no)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.