Les pros du tou­risme azu­réen in­quiets

Leurs re­tom­bées sont li­mi­tées pour l’heure se­lon les pro­fes­sion­nels. Mais les hô­te­liers ne cachent pas leur in­quié­tude à l’ap­proche des grands évé­ne­ments, comme le Grand Prix et le Fes­ti­val du film

Nice-Matin (Cannes) - - La Une - STÉ­PHA­NIE GASIGLIA sga­si­glia@ni­ce­ma­tin.fr

La grève, au mode in­édit, de la SNCF, cou­plée à des mou­ve­ments chez Air France a-telle un im­pact sur le tou­risme azu­réen ? «Mieux vaut pré­ve­nir que gué­rir », af­fiche le Co­mi­té ré­gio­nal du tou­risme qui cherche à an­ti­ci­per [lire ci-des­sous]. Les hô­te­liers du dé­par­te­ment ont-ils du sou­ci à se faire ? Mi­chel Tschann, pro­prié­taire de l’hô­tel Splen­did and Spa, un quatre étoiles de Nice ré­pond : «Oui et non ». «Non» , parce que, pour l’ins­tant, as­sure le pro­fes­sion­nel, éga­le­ment pré­sident ho­no­raire du syn­di­cat des hô­te­liers de Nice-Côte d’Azur, « les ar­ri­vées de clients ne sont pas trop im­pac­tées ». Dans son hô­tel, «peu de clients sont ve­nus en train». Et heu­reu­se­ment, dit-il. «Air France n’est pas la seule com­pa­gnie à l’aé­ro­port Nice-Côte d’Azur ». Alors, bien sûr, il a bien eu une an­nu­la­tion... Celle d’un groupe de quinze Chi­nois. Mi­chel Tschann ex­plique : « Ils de­vaient en­suite al­ler sur Pa­ris en train, ils ont pré­fé­ré an­nu­ler. » Im­pact concret li­mi­té, pour le mo­ment, se­lon le pro­fes­sion­nel qui ajoute : « En re­vanche, il y a une in­quié­tude sur les grands évé­ne­ments à ve­nir sur la Côte d’Azur comme le Grand Prix de Mo­na­co. Là, s’il n’y a pas de train, c’est la ca­tas­trophe. » Et puis, bien sûr, il pense à la ré­pu­ta­tion de la France. « Les étran­gers se disent qu’on est un pays tou­jours en grève ; ça peut être dis­sua­sif pour les tou­ristes, ça peut frei­ner les or­ga­ni­sa­teurs de sé­mi­naires et de congrès aus­si. » Ce se­ra, se­lon lui, le plus gros im­pact mais im­pos­sible à vé­ri­ta­ble­ment chif­frer. À Cannes, Mi­chel Che­vil­lon, le pa­tron des hô­te­liers, est d’ac­cord. « C’est an­xio­gène pour la clien­tèle étran­gère. Les grèves, ce qui se passe à Notre-Dame-desLandes aus­si. Tout ça a un ef­fet né­ga­tif sur le tou­risme en France et donc sur la Côte d’Azur », pré­cise le pré­sident du Syn­di­cat des hô­te­liers de Cannes et du bas­sin can­nois. Ce­pen­dant, se­lon lui, les mou­ve­ments so­ciaux ont dé­jà des ré­per­cus­sions sur la fré­quen­ta­tion, alors même que les va­cances pa­ri­siennes ont com­men­cé. « Ce n’est pas tant les an­nu­la­tions que l’on peut dé­plo­rer, mais plu­tôt les non-ré­ser­va­tions. On n’est pas du tout dans le flux nor­mal pour la pé­riode », as­sure Mi­chel Che­vil­lon. Qui craint pour ce week-end pro­chain et le « su­per-évé­ne­ment can­nois », la Red Bull Air Race ! Pour le Fes­ti­val du film, «on ne s’in­quiète pas en­core vrai­ment... mais on ne peut pas dire que l’on soit se­reins », lance-t-il. Puis, il laisse sa cas­quette de pa­tron de syn­di­cat et parle en tant que di­rec­teur gé­né­ral du Grand Hô­tel Mer­cure Croi­sette Beach. Il an­nonce pour son éta­blis­se­ment « un taux d’oc­cu­pa­tion en de­çà de 10 points par rap­port à l’an der­nier ». Dans le Men­ton­nais, même son de cloche ! « À ce jour, nous su­bis­sons d’im­por­tantes an­nu­la­tions dues à la grève mais aus­si à cause de la mau­vaise mé­téo », af­firme Ma­thieu Mes­si­na le pré­sident du syn­di­cat des hô­te­liers. « De l’ordre de 10 % d’an­nu­la­tion », se­lon lui. Il peut dé­jà as­su­rer : « Ce mois d’avril se­ra moins bon que l’an der­nier. »

 mil­lions de pertes au ni­veau na­tio­nal se­lon l’UMIH

À Ville­neuve-Lou­bet, dans ce cam­ping ou­vert à l’an­née, à l’ac­cueil, on peste dé­jà. « Les grèves et le temps ! C’est pas comme ça qu’on va rem­plir avant l’été. Je suis qua­si­ment vide jus­qu’à la fin avril, du ja­mais vu », ex­plose une dame à l’ac­cueil, avant de rac­cro­cher en di­sant : « Ne don­nez pas le nom du cam­ping, ça va nous faire de la mau­vaise pub. » Alors grèves et cli­mat vont-ils mettre un coup d’ar­rêt à la bonne dy­na­mique du tou­risme azu­réen ? Au ni­veau na­tio­nal, l’Union des mé­tiers et de l’in­dus­trie de l’hô­tel­le­rie éva­lue les pertes du sec­teur hô­te­lier à 150 mil­lions d’eu­ros rien que pour le mois d’avril... De leur cô­té, les che­mi­nots ont pré­vu de conti­nuer le com­bat jus­qu’au 28 juin contre la ré­forme de la SNCF vou­lue par le Pré­sident Ma­cron. Mode opé­ra­toire : deux jours de per­tur­ba­tions sur les rails, trois jours de ré­pit... Pro­chain mou­ve­ment de­main et jeudi. Chez Air France, l’in­ter­syn­di­cale a main­te­nu ses pro­chains ap­pels à la grève – au­jourd’hui et mercredi – même si les né­go­cia­tions avec la di­rec­tion ont re­pris hier.

Les hô­te­liers, les pro­fes­sion­nels du tou­risme se­ront-ils im­pac­tés par les mou­ve­ments so­ciaux, à la SNCF, no­tam­ment ? (Pho­to Franck Fer­nandes)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.