Ber­nard Da­vid prend la mouche

Nice-Matin (Cannes) - - Cannes - Grasse -

Ber­nard Da­vid, lors du der­nier conseil mu­ni­ci­pal de Man­de­lieu, a été mis en cause par l’un des élus de la ma­jo­ri­té. C’est une réa­li­té et ce­la d’ailleurs a été re­tra­cé dans nos co­lonnes (notre édi­tion du  avril) à tra­vers le compte ren­du que nous avons fait de cette séance. En l’es­pèce, c’est Pa­trick La­fargue qui lui a taillé un pe­tit cos­tard, sans le nom­mer, mais en fai­sant en sorte tout de même que tout le monde puisse le re­con­naître. S’adres­sant à l’op­po­sant Jean-Va­lé­ry De­sens, il avait ain­si dé­cla­ré : « Vous, dans votre pro­gramme de , vous avez re­pris deux pro­po­si­tions d’un can­di­dat bat­tu sè­che­ment aux élec­tions mu­ni­ci­pales de . » Ber­nard Da­vid nous en­voie donc ce pe­tit mot doux à l’at­ten­tion de son dé­trac­teur : « Je vou­drais juste rap­pe­ler à Mon­sieur La­fargue que si, ef­fec­ti­ve­ment, j’ai été bat­tu en  avec un score as­sez flat­teur pour un can­di­dat sans in­ves­ti­ture (  voix et ,%) il n’a pas ou­blié je l’es­père la dé­cu­lot­tée qu’il a prise lors des élec­tions lé­gis­la­tives de  en tant que can­di­dat UDF avec  voix et un score de ,% sur la ville de Man­de­lieu La Na­poule. « Mon­sieur La­fargue qui a com­bat­tu Hen­ri Le­roy pen­dant  ans (- ) a très cer­tai­ne­ment cette mé­moire sé­lec­tive par­ti­cu­lière aux hommes po­li­tiques. Je sou­hai­tais juste, d’une ma­nière très ami­cale, lui rap­pe­ler son piètre score de  au cas où ef­fec­ti­ve­ment il l’au­rait ou­blié ! » Et ça, c’est la ré­ponse du ber­ger à la ber­gère.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.