«Pas plus de pres­sion »

Nice-Matin (Cannes) - - Sports - RO­MAIN LARONCHE

Dire que Lu­cas Pouille est at­ten­du cette an­née est un eu­phé­misme. Il y a un an, le Nor­diste créait la sur­prise en s’in­vi­tant jus­qu’en de­mi-fi­nale, où il fi­nis­sait par cé­der contre l’Es­pa­gnol Al­bert Ra­mosVi­no­las (6-3, 5-7, 6-1). De­puis son ex­ploit mo­né­gasque, le na­tif de Grande-Synthe a confir­mé. A 24 ans, il est dé­sor­mais nu­mé­ro 1 tri­co­lore, a fait son in­té­gra­tion dans le “top 10” et est de­ve­nu le pa­tron de l’équipe de France en Coupe Da­vis. Un nou­veau sta­tut et des at­tentes gran­dis­santes, d’au­tant plus ren­for­cées que JoWil­fried Tson­ga (ge­nou) et Gaël Mon­fils (dos) ont dû re­non­cer à Monte-Car­lo. « J’ai gran­di de­puis l’an­née der­nière. Je pense et j’es­père être un meilleur joueur au­jourd’hui, as­sume plei­ne­ment la tête de sé­rie 7 du tour­noi. Je suis dans le même état d’es­prit que l’an­née der­nière, quand je n’étais pas nu­mé­ro 1 fran­çais. Je ne sens pas plus de pres­sion non plus et j’ai la même mo­ti­va­tion. Je suis en confiance. J’ai pu ana­ly­ser ce qui s’est pas­sé. Je gère mieux les jours et les heures avant les matchs. Je me sens mieux ». Cette fa­meuse ges­tion du Pouille ver­sion 2018, c’est sur­tout une pla­ni­fi­ca­tion des tour­nois dé­sor­mais plus al­lé­gée. Exit l’en­chaî­ne­ment et la course aux points. Le qua­li­ta­tif a ba­layé le quan­ti­ta­tif. De­puis sa dé­faite dès son en­trée à In­dian Wells (contre l’In­dien Bham­bri) dé­but mars, l’élève d’Em­ma­nuel Planque a dé­ci­dé de cou­per avec la com­pé­ti­tion pour pri­vi­lé­gier une vé­ri­table pré­pa­ra­tion sur terre bat­tue. Ce­la a payé quelques se­maines plus tard en quart de fi­nale de la Coupe Da­vis, où l’homme de base de Noah a ap­por­té ses deux points en Ita­lie, grâce à des suc­cès pro­bants contre Sep­pi et Fo­gni­ni.

« La Coupe Da­vis, la pré­pa­ra­tion idéale »

« J’ai eu deux bons matchs sur terre bat­tue grâce à la Coupe Da­vis, c’était la pré­pa­ra­tion idéale ». Pouille est en­suite al­lé par­faire ses au­to­ma­tismes sur l’ocre des courts de la Mou­ra­to­glou Aca­de­my à So­phia An­ti­po­lis pen­dant 15 jours. Une re­cette qui pour­rait lui ame­ner son lot de bon­heur cette se­maine, à en croire Paul-Hen­ri Ma­thieu, con­sul­tant pour Ca­nal + en Prin­ci­pau­té. « Il a eu la sa­gesse de cou­per après In­dian Wells pour pou­voir se re­po­ser un peu et re­prendre l’en­traî­ne­ment le plus ra­pi­de­ment pos­sible sur cette sur­face. Il a com­pris qu’il avait be­soin de ça pour être prêt pour les grands ren­dez-vous. Ça a por­té ses fruits en Coupe Da­vis, et on sait qu’il est très mo­ti­vé pour cette sai­son de terre bat­tue. J’es­père qu’il ré­édi­te­ra son ex­ploit de l’an der­nier, voire mieux ». Lorsque l’on re­garde au-de­là de son match du jour contre Mi­scha Zve­rev (55e mon­dial, qu’il af­fronte pour la pre­mière fois), on n’est pas loin de pen­ser que la par­tie de ta­bleau du meilleur es­poir tri­co­lore - sans Na­dal, Djo­ko­vic ou Thiem - est “dé­ga­gée”. « Il faut se mé­fier, coupe Ma­thieu. Au 2e tour, il dev­rait jouer contre Gas­quet ou Sch­wartz­man, des gars pé­nibles sur cette sur­face. Ce se­ra un très bon pre­mier test ». Un test, plus qu’une fi­na­li­té, car le pu­blic du court Rai­nier III es­père bien le re­trou­ver ce week-end.

(Pho­tos Jean-Fran­çois Ot­to­nel­lo)

L’en­traî­ne­ment ma­ti­nal de Lu­cas Pouille a été par­ti­cu­liè­re­ment sui­vi hier. Place aux choses sé­rieuses au­jourd’hui face à Mi­scha Zve­rev.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.