At­teinte d’un can­cer, est-elle vic­time d’une er­reur mé­di­cale? Cagnes.

La­ti­fa La­bi­di ha­bite à À 45 ans, elle mène un double com­bat. L’un contre un can­cer du sein et l’autre, ju­ri­dique. Elle vient de lan­cer une pro­cé­dure à l’en­contre de deux pra­ti­ciens

Nice-Matin (Cannes) - - Côte D’azur -

Elle ouvre la porte de son ap­par­te­ment à Cagnes-sur-Mer. La­ti­fa La­bi­di tente de gar­der le sou­rire. Pour­tant, ce qu’elle vit est «un en­fer» . À 45 ans, cette mère de fa­mille souffre d’un can­cer du sein. Elle a com­men­cé son trai­te­ment de chi­mio­thé­ra­pie il y a quelques se­maines. La ma­la­die a frap­pé à la porte de cette res­pon­sable ad­mi­nis­tra­tive dans un contexte ex­trê­me­ment com­plexe. Pour elle, elle est vic­time d’« une er­reur mé­di­cale très grave ». Cette Ca­gnoise ra­conte son his­toire.

Son té­moi­gnage

« L’an­née der­nière, en avril 2017, j’avais une boule au ni­veau du sein gauche. Je suis de na­ture très at­ten­tive : au moindre truc, je vais voir un spé­cia­liste que ce soit pour mes en­fants ou pour moi». Alors, La­ti­fa La­bi­di prend ren­dez-vous avec un gy­né­co­logue ré­pu­té qui exerce de­puis plus de 25 ans. Le pra­ti­cien de 71 ans la re­çoit en consul­ta­tion [lire ci-des­sous]. « Il me pres­crit une écho­gra­phie et une mam­mo­gra­phie. Je vais donc voir un ra­dio­logue en mai [lire ci­des­sous]. Les ré­sul­tats tombent et mon gy­né­co me dit qu’il n’y a rien de sus­pect. Il m’ex­plique qu’il s’agit de kystes. Alors, je suis plu­tôt ras­su­rée. Sauf qu’en août, je prends de nou­veau ren­dez­vous en rai­son de très fortes dou­leurs, tou­jours au sein gauche. Je re­fais une mam­mo­gra­phie. Je re­viens au ca­bi­net de mon gy­né­co­logue avec le compte ren­du. Il me dit qu’il s’agit de la pré­mé­no­pause, qu’il n’y a rien d’alar­mant. Je conti­nue ma vie. Mais, ré­gu­liè­re­ment, mon sein se met­tait à en­fler. Je re­prends ren­dez-vous. Le gy­né­co me ré­pète :“c’est les hormones”. Il re­donne une or­don­nance pour une nou­velle ma­mo­gra­phie pour me ras­su­rer. On me parle d’un fi­brome (1) .» La­ti­fa La­bi­di sort de ses dos­siers, une feuille sur la­quelle est ins­crite une de­mande de son pra­ti­cien. Il y est écrit : pour une «consul­ta­tion chi­rur­gi­cale gy­né­co­lo­gie ». La pa­tience ex­plique : « Le gy­né­co­logue m’a pres­crit une consul­ta­tion pour avoir un autre avis mé­di­cal. » Sur ce point, son gy­né­co­logue dé­clare pour­tant que cette de­mande est faite «en on­co­lo­gie chi­rur­gi­cale, au­tre­ment dit, ex­plique-t-il, j’ai de­man­dé l’avis d’un can­cé­ro­logue chi­rur­gien ». La­ti­fa La­bi­di pour­suit, « mon gy­né­co­logue a de­man­dé l’avis d’un mé­de­cin à Cannes. Pour des rai­sons pra­tiques, j’ai pré­fé­ré me rendre près de chez moi, à la cli­nique Saint-Jean. Lors de mon pre­mier ren­dez-vous, je n’avais pas mon dos­sier avec moi. J’ai pré­sen­té mon cas : que l’on m’avait diag­nos­ti­qué un fi­brome. Le pra­ti­cien de la cli­nique Saint-Jean, au tou­cher m’a dit : “A 99%, ce n’est pas un fi­brome. Re­ve­nez avec toutes les ana­lyses pour que l’on re­garde ça de plus près”, tout en me di­sant que c’était urgent. Quelques jours plus tard, je me suis ren­due dans le ca­bi­net du doc­teur Jean-Fran­çois Ma­rie de la cli­nique SaintJean avec les cli­chés réa­li­sés pré­cé­dem­ment. “Ma­dame La­bi­di, ça ne me plaît pas du tout ce que je vois là. Pour être cer­tain, nous al­lons re­faire une mam­mo­gra­phie et une écho­gra­phie”, m’a-t-il dit. Les ré­sul­tats sont tom­bés. Doc­teur Ma­rie m’a confié : “C’est ce que je crai­gnais... Nous al­lons faire une biop­sie. Il faut s’at­tendre à quelque chose de plus lourd.” évident que la prise en charge de­vait se faire ur­gem­ment. »

Les dé­marches

La­ti­fa La­bi­di a d’abord écrit aux deux pra­ti­ciens qui l’ont sui­vie en pre­mier. « Je vou­lais

«Dé­sor­mais, j’ai un risque de mas­tec­to­mie, on risque de m’en­le­ver un sein », ex­plique la Ca­gnoise. Pour les pra­ti­ciens mis en cause : ce dos­sier est un cas par­ti­cu­lier. (Pho­to Eric Ot­ti­no)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.