Par­cours de soins : pour quoi, pour qui, comment ?

La FIV, un mo­dèle de prise en charge co­or­don­née

Nice-Matin (Cannes) - - Santé -

Le di­rec­teur ad­joint du Centre hos­pi­ta­lier Prin­cesse-Grace de Mo­na­co, Ma­lik Al­bert, se fé­li­cite que les pro­fes­sion­nels n’at­tendent pas les ré­gle­men­ta­tions pour prendre les de­vants. «On­se­rend compte que beau­coup d’ini­tia­tives re­montent du ter­rain. Le con­seil na­tio­nal de l’Ordre des mé­de­cins en a re­le­vé plus de mille ! Elles fonc­tionnent parce qu’elles ont été pen­sées en fonc­tion du ter­ri­toire et des par­ti­cu­la­ri­tés lo­cales. Fi­na­le­ment, chaque éta­blis­se­ment met en place des par­cours li­sibles, avec des in­di­ca­teurs... et une no­tion de dé­lais. Parce qu’un par­cours de soins maî­tri­sé c’est un par­cours de soins dans le­quel le pa­tient est pris en charge ra­pi­de­ment.» Cé­ci­lia Bre­neur, du con­seil dé­par­te­men­tal de l’Ordre des in­fir­miers, évoque l’exemple «des pla­te­formes ter­ri­to­riales d’ap­pui type CS (Centre de sou­tien san­té so­ciale, Ndlr) qui per­mettent aux in­fir­miers de se cor­don­ner en plu­ri­pro­fes­sion­nel et d’avoir tou­jours un mé­de­cin pour pou­voir gé­rer des pro­blé­ma­tiques ai­guës sur des par­cours com­pli­qués». Par­mi ces par­cours com­pli­qués, ceux des per­sonnes âgées. Le Dr Anne Le Né­chet, chef du pôle de gé­ron­to­lo­gie au CH d’An­ti­besJuan-les-Pins, a beau­coup tra­vaillé no­tam­ment sur leur pas­sage par les ur­gences. Pour re­des­si­ner des par­cours et des or­ga­ni­sa­tions plus adap­tés. « Lors de chaque pas­sage aux ur­gences, on éva­lue s’il était in­con­tour­nable, s’il n’au­rait pas été pré­fé­rable d’adres­ser à une consul­ta­tion mé­moire, fra­gi­li­té ou gé­ron­to­lo­gique ou en­core de pro­po­ser une hos­pi­ta­li­sa­tion di­recte.» S’il y a un do­maine dans le­quel une ini­tia­tive fonc­tionne par­ti­cu­liè­re­ment bien, c’est dans le champ de la PMA (Pro­créa­tion mé­di­ca­le­ment as­sis­tée). Le Dr Char­lotte Schu­ma­ker, gy­né­co­logue obs­té­tri­cienne, donne ain­si l’exemple de ce qu’elle pra­tique au sein de la cli­nique Saint-George : « le par­cours de FIV (fé­con­da­tion in vi­tro) peut pa­raître com­plexe et pé­nible. Nous avons beau­coup tra­vaillé à le sim­pli­fier. La prise en charge des pa­tientes s’ins­crit au­jourd’hui dans un ré­seau struc­tu­ré entre les Alpes-Ma­ri­times, le Var et la Corse avec en­vi­ron  cor­res­pon­dants. Ces der­niers orientent ces femmes vers l’un ou l’autre des  mé­de­cins ré­fé­rents.» Une fois en­trée dans le par­cours, la co­or­di­na­tion est op­ti­mi­sée : « Nous nous im­po­sons une ré­flexion mé­di­cale pour tous les dos­siers. Chaque couple re­çoit une in­for­ma­tion per­son­na­li­sée par le mé­de­cin res­pon­sable (cli­ni­cien ou bio­lo­giste) au la­bo­ra­toire de FIV.» Les pro­fes­sion­nels vont en­core plus loin : « Du­rant le par­cours, les pa­tients dis­posent de notre nu­mé­ro de té­lé­phone por­table afin qu’ils puissent nous joindre lors­qu’ils en ont be­soin (et ils n’en abusent pas du tout!). C’est sé­cu­ri­sant pour eux parce qu’ils savent qu’ils ont la pos­si­bi­li­té de nous contac­ter mais aus­si pour nous, soi­gnants, car on sait qu’en cas de pro­blème, ils vont nous ap­pe­ler et on ne le dé­cou­vri­ra pas  jours après. Tou­te­fois, ce­la n’est pas ca­dré ju­ri­di­que­ment.» Et pour faire face à un pro­blème im­pré­vu, «les ur­gen­tistes à SaintGeorge ont aus­si été for­més pour re­ce­voir les pa­tientes de FIV avec leurs spé­ci­fi­ci­tés.» Le Dr Ab­dolRe­za Baf­ghi, pra­ti­cien hos­pi­ta­lier au CHPG, re­marque : « L’exemple de la FIV, c’est l’exemple de rêve mais avec un biais im­por­tant : tous les mé­de­cins ne peuvent pas faire une FIV. L’ex­clu­si­vi­té de l’ac­ti­vi­té fait qu’on peut s’or­ga­ni­ser. C’est vers ça qu’il faut tendre. L’or­ga­ni­sa­tion du par­cours de soins doit être py­ra­mi­dale avec à la base les pa­tients, au mi­lieu les mé­de­cins trai­tants et au som­met les spé­cia­listes (qui de­vraient être mieux iden­ti­fiés).»

Dr Char­lotte Schu­ma­cker (St-George)

Dr Eric Fran­çois (On­co­logue CAL)

Dr Sac­co­ma­no (URPS mé­de­cins li­bé­raux PA­CA)

Her­vé Fer­rant (Hô­pi­tal pri­vé Les Sources)

Dr Di­dier D’Hondt (Cli­nique St-George)

Dr Anne Le Né­chet (CH An­tibes)

Mi­chel Cou­lomb (re­pré­sen­tant usa­gers)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.