Un au­to­bus nom­mé dé­sir

In­ter­view Après avoir joué avec Flo­rence Fo­res­ti L’Abri­bus, l’au­teur et co­mé­dien Phi­lippe El­no re­vient sur scène avec sa dé­li­cieuse pièce. Au théâtre Le Tri­bu­nal dès mer­cre­di soir

Nice-Matin (Cannes) - - Antibes - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR MAR­GOT DASQUE [email protected]­ce­ma­tin.fr

Pas la peine d’at­tendre Go­dot, y’a dé­jà un bus qui de­mande de la pa­tience. Phi­lippe El­no re­vient sur les planches avec L’Abri­bus, sa créa­tion cou­sue sur­me­sure pour Flo­rence Fo­res­ti. Dès mer­cre­di, l’au­teur et co­mé­dien par­ta­ge­ra la scène du théâtre Le Tri­bu­nal avec Cé­ci­lia Za­nin.

Com­ment avez-vous vu évo­luer cette pièce qui a plus de dix ans ?

C’est sur­tout au dé­but qu’elle a évo­lué. Mais on re­prend une ver­sion un peu dif­fé­rente. C’est sur­tout au ni­veau de l’ac­trice que ça change puisque nous avons construit un nou­veau duo en­semble.

Et au ni­veau du jeu ?

On est res­tés exac­te­ment sur la même di­rec­tion d’ac­teur. Dans l’idée : il faut sur­tout qu’on se parle et qu’on s’écoute dans nos per­son­nages, dans ce qu’on a en­vie de dé­fendre.

Vous sen­tez l’at­tente des ré­pliques phares dans la salle ?

Il faut aus­si pen­ser qu’il y a des gens qui n’ont pas vu la pièce. [rires] Mais à la sor­tie, il y a des gens qui disent qu’ils se sont re­mé­mo­rés cer­taines choses, qu’ils ont re­dé­cou­vert l’aven­ture.

Quel a été le point de dé­part de la créa­tion?

La pièce a été in­suf­flée par Flo­rence Fo­res­ti elle-même. À l’époque on était voi­sin, elle m’a dit qu’elle avait en­vie de pas­ser au théâtre mais qu’elle ne re­ce­vait pas des choses qui lui al­laient. Alors j’ai pris un ca­hier, un sty­lo. Et j’ai at­ta­qué cette his­toire-là en pen­sant à elle.

Écrire pour les autres, c’est une ha­bi­tude ?

Je ne l’avais ja­mais fait avant L’Abri­bus. Mais de­puis, ça m’est ar­ri­vé à plu­sieurs re­prises. Comme Sous les jupes qui est une com­mande au dé­part éga­le­ment. Iti­né­raire Bis c’est par­ti comme ça aus­si, ils ont joué la sai­son der­nière au théâtre Le Tri­bu­nal d’ailleurs !

Lorsque vous écri­vez, d’où par­tez-vous ?

Ce que je cherche avant tout c’est un su­jet, une idée. L’idée de base peut ve­nir quand ce n’est pas le mo­ment... En fait, c’est sou­vent comme ça. [rires] J’aime bien tra­vailler sur des per­son­nages, la ca­rac­té­ri­sa­tion. J’aime ima­gi­ner leur propre his­toire avant de les faire se ren­con­trer. Et des fois, je suis moi-même sur­pris par ce qui en res­sort.

Avec tou­jours cet hu­mour...

J’ai tou­jours ce sens-là. Je ne suis pas por­té sur le dra­ma­tique, c’est vrai. Même en écri­vant des mo­ments un peu plus calmes, po­sés, où j’es­saie de ré­vé­ler des choses il y a tou­jours une ré­plique qui va cas­ser l’at­mo­sphère et faire re­tom­ber la pres­sion, j’avoue ! [rires]

Vous écri­vez tout le temps ?

C’est vrai que j’ai tou­jours des notes, des choses com­men­cées... Après là j’ai tra­vaillé quatre ans sur le même pro­jet pour un film, donc c’est un autre exer­cice, plus long que pour écrire une pièce. Pour les co­mé­dies, je laisse les choses ve­nir. Il y a des mo­ments où ça va très vite.

Vous êtes du genre à vous

en­fer­mer pour écrire ?

Pas for­cé­ment, non. J’aime beau­coup écrire en ter­rasse à Pa­ris, re­gar­der les pas­sants...

Vous fixez-vous une li­mite, des zones à ne pas at­teindre ?

La vul­ga­ri­té. Ce n’est vrai­ment pas mon truc. J’es­saie d’évi­ter ce genre de blague fa­cile et de me creu­ser un pe­tit peu la tête quand même.

Après au­tant de re­pré­sen­ta­tions, vous mon­tez sur scène sans doute ?

Oh, il existe tou­jours un pe­tit peu. C’est évident qu’il se fait moins pré­sent au bout de la e mais il est là. Rien que le simple fait de chan­ger de théâtre par exemple. Même avec Flo­rence, on a fait quatre ou cinq théâtres dif­fé­rents et à chaque fois il fal­lait re­prendre nos marques. C’est une pe­tite zone de stress.

Mais c’est aus­si ce­la qui est in­té­res­sant en tour­née : al­ler à la ren­contre de nou­veaux en­droits, de nou­velles per­sonnes. C’est une vraie ri­chesse.

(DR)

Cé­ci­lia Za­nin et Phi­lippe El­no dé­barquent au théâtre Le Tri­bu­nal dès mer­cre­di soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.