L’Azu­rea panse ses plaies

Pri­vés des frères Ve­bobe et du me­neur Tri­fo­gli, les joueurs de Golfe-Juan se sont in­cli­nés sa­me­di soir à Beau­jo­lais (82-70). Dif­fi­cile d’avan­cer avec tant d’ab­sences…

Nice-Matin (Cannes) - - Antibes - VI­VIEN SEILLER sports-an­[email protected]­ce­ma­tin.fr

Brice le bri­co­leur, épi­sode 72. Comme (trop) sou­vent de­puis le dé­but de sai­son, l’en­traî­neur Brice Tar­de­vet a dû se creu­ser la tête un peu plus long­temps que d’ha­bi­tude sa­me­di soir à Beau­jo­lais. Si le mé­tier de tech­ni­cien n’est dé­jà pas fa­cile à la base, la mis­sion se corse en­core un peu plus lorsque l’ef­fec­tif dis­po­nible est ré­duit à sa ver­sion mi­ni­male. Dès lors, la dé­faite su­bie par l’Azu­rea dans le Rhône peut être lo­gi­que­ment re­la­ti­vi­sée avec un peu de re­cul. Pri­vée des frères Ve­bobe [Luc-Ar­thur et Die­go] ain­si que du me­neur Axel Tri­fo­gli, la for­ma­tion golfe-jua­naise n’a pas eu d’autre choix que de com­battre avec les moyens du bord. « On a bri­co­lé, on a fait ve­nir un pe­tit ca­det du club qui est ve­nu nous dé­pan­ner, glisse d’abord le ca­pi­taine Car­lo Vul­lin, avant de sou­li­gner les bonnes choses ef­fec­tuées par son équipe. On fait un match ho­no­rable, on mène de treize points au mi­lieu du deuxième quart­temps mais on ne met plus rien en at­taque et on se re­trouve à quatre points der­rière à la mi-temps (39-35). On n’a pas été lar­gué mais c’était pre­nable avec un soup­çon d’adresse sup­plé­men­taire, no­tam­ment moi… »

« On prend une vo­lée »

Dif­fi­cile mal­gré tout de main­te­nir une vraie in­ten­si­té du­rant qua­rante mi­nutes en l’ab­sence de trois joueurs im­por­tants. L’ACGJV y a for­cé­ment lais­sé des plumes et de l’éner­gie. Et comme les co­équi­piers de Vul­lin n’ont pas tou­jours une dé­fense im­per­méable… « Comme c’était une grosse at­taque qui joue beau­coup sur jeu ra­pide on avait vrai­ment en­vie de cas­ser le rythme en nous ap­puyant sur nos deux points forts à l’in­té­rieur, Syl­vain [Mar­co] et Jo­na­than [Tor­na­to]. Mais on a des trous pen­dant 34 mi­nutes et on prend une vo­lée qui nous fait mal. Il faut qu’on ar­rive à gé­rer ces mo­ments où on dé­joue of­fen­si­ve­ment. » La se­maine pro­chaine face à Ve­nelles, Luc-Ar­thur Ve­bobe de­vrait en­fin pou­voir faire son re­tour et son mé­tier ne de­vrait pas être de trop pour per­mettre aux siens de ver­rouiller un peu plus la ra­quette en phases dé­fen­sives…

(Pho­to ar­chives J. -S. G. -A.)

Les Golfe-Jua­nais n’évo­luent que très ra­re­ment au com­plet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.