Nice-Matin (Cannes)

Les pros de santé ne paie­ront plus le sta­tion­ne­ment

Si la me­sure doit en­core être va­li­dée par les élus du con­seil mu­ni­ci­pal, un disque ré­ser­vé se­ra mis en place dans la com­mune au 1er juillet. Sa­lu­taire – et in­édit – pour les pros et les pa­tients

- P. F.

Un jour, un pa­tient ha­bi­tant en centre-ville nous a ap­pe­lés pour une prise de sang à do­mi­cile. Il a de­man­dé notre aide après le refus de 30 in­fir­mières li­bé­rales. » Le té­moi­gnage est si­gné Gé­ral­dine Rai­mon­di, ma­na­ger du la­bo­ra­toire de bio­lo­gie mé­di­cale Cer­bal­liance de Grasse. Et, s’il fait froid dans le dos, il est, pour­tant, symp­to­ma­tique d’une pro­blé­ma­tique de plus en plus pré­gnante : la dif­fi­cul­té de sta­tion­ne­ment – en par­ti­cu­lier dans les centres-villes – pour les pro­fes­sion­nels de santé. Donc, par ri­co­chet, d’ac­cès aux soins pour les pa­tients. Un «choc» , qui l’a pous­sée à agir...

«Lors de l’inau­gu­ra­tion du la­bo­ra­toire, il y a un an, de nom­breuses in­fir­mières li­bé­rales étaient là et nous en avons pro­fi­té pour en par­ler au maire. On s’est re­vus en jan­vier, pour trou­ver des solutions. » Une alerte, conco­mi­tante à celle lan­cée par Da­mien Kess­ler, pré­sident de SOS Mé­de­cins Cannes-Grasse et ré­gion [lire plus loin]. « Ils ont at­ti­ré mon attention sur les dif­fi­cul­tés ren­con­trées par les pros de santé, une pro­blé­ma­tique dont je n’avais pas conscience, concède Jé­rôme Viaud. Les sys­tèmes de sta­tion­ne­ment [abon­ne­ment de 25 € men­suels ou gra­tui­té par­tielle] n’étaient pas adap­tés à ces pro­fes­sions. »

Quand le maire vit la vie d’une in­fir­mière...

Alors, le 30 avril, le 1er ma­gis­trat a em­bar­qué en voi­ture avec Ma­rie Ar­none, in­fir­mière li­bé­rale de­puis 30 ans. En mode « Vis ma vie », pour se rendre compte « des dif­fé­rentes si­tua­tions, des op­ti­males, comme la Bas­tide des Vignes [ré­si­dence se­niors, chemin de Cante Per­drix] où le sta­tion­ne­ment est ai­sé, aux plus com­pli­quées, en centre his­to­rique. » À l’is­sue de cette ma­ti­née et de nou­velles ren­contres, une so­lu­tion est pro­po­sée : la gra­tui­té to­tale, dès le 1er juillet, pour les mé­de­cins, in­fir­mier(e) s, sages-femmes, mas­seurs-ki­nés et or­tho­pho­nistes qui se­ront équi­pés d’un disque spé­cial, qui leur coû­te­ra 3 € par an [lire ci-contre]. « C’est une grande nou­veau­té, as­sez avant-gar­diste, se fé­li­cite Jé­rôme Viaud. Ça va per­mettre de faire pro­gres­ser les condi­tions de tra­vail des pros de santé et amé­lio­rer les condi­tions d’ac­cès aux soins pour nos conci­toyens. » Condi­tion sine qua non :la­me­sure doit être va­li­dée par les élus en con­seil mu­ni­ci­pal le 25 juin. Ça de­vrait pas­ser comme une pièce dans l’ho­ro­da­teur...

 ??  ?? Dès le  juillet, fi­ni les pas­sages par l’ho­ro­da­teur pour les pros de santé er : un disque leur se­ra dé­li­vré et leur per­met­tra de se ga­rer gra­tui­te­ment lors des soins à do­mi­cile. (Pho­to illustrati­on Clément Ti­ber­ghien)
Dès le  juillet, fi­ni les pas­sages par l’ho­ro­da­teur pour les pros de santé er : un disque leur se­ra dé­li­vré et leur per­met­tra de se ga­rer gra­tui­te­ment lors des soins à do­mi­cile. (Pho­to illustrati­on Clément Ti­ber­ghien)

Newspapers in French

Newspapers from France