Nice-Matin (Cannes)

Le for­mi­dable jo­ker de Do­nald Trump

- Di­rec­teur ad­joint des ré­dac­tions du groupe Nice-Ma­tin edi­to@ni­ce­ma­tin.fr Donald Trump · Walt Disney World Resort · Brazil · Jair Bolsonaro · Shinzō Abe · Europe · Italy · Matteo Salvini · United Kingdom · Boris Johnson · America · Mexico · Orlando

« Do­nald est le lea­der d’un monde qui les fait fan­tas­mer. »

Vi­ve­ment de­main. Vi­ve­ment l’été. Que com­mence enfin la pé­riode of­fi­cielle de l’insoucianc­e, des va­cances et du ro­sé bien frais (avec modération). Do­nald Trump n’en abu­se­ra pas : notre vin, il ne le boit pas, il le taxe. In­quiet du suc­cès dans son pays du côtes-de-pro­vence, des bons bor­deaux et des somp­tueux bourgogne, il vou­drait les rendre hors de prix pour as­su­rer la to­tale suprématie des vins de Ca­li­for­nie. Ça vous (nous) choque ? Et alors, Do­nald a bien l’in­ten­tion de conti­nuer à rendre din­go les Eu­ro­péens, quatre ans de plus.

« Four more years », c’est ce que scan­dait sur l’air des lam­pions la foule de ses sup­por­ters réunie mar­di soir dans une am­biance de fête fo­raine à Or­lan­do, tout près de Dis­ney World. Ils ont de quoi être eu­pho­riques : leur cham­pion n’a pas per­du les élec­tions à mi-man­dat au mois de no­vembre,

le nombre de ses

alliés dans le monde est plus im­por­tant qu’à son ar­ri­vée, au coeur d’une im­pro­bable coa­li­tion des grandes gueules al­lant du Bré­si­lien Jair Bol­so­na­ro, au net­te­ment moins agi­té Ja­po­nais, Shin­zo Abe. La ré­vo­lu­tion li­bé­rale et conser­va­trice qu’il im­pulse sé­duit jus­qu’en Eu­rope de l’Ouest : l’Ita­lie de Mat­teo Sal­vi­ni, le Royaume-Uni, sur­tout si Bo­ris Johnson en de­vient cet été l’ébou­rif­fant re­pré­sen­tant. L’im­mense pa­ra­doxe trum­pien n’est pour eux qu’ap­pa­rent : « Ame­ri­ca first », au­tre­ment dit, des re­la­tions qui avan­tagent l’un aux dé­pens des autres, le slo­gan de­vrait ré­vul­ser leurs coeurs pa­triotes, voire na­tio­na­listes. Et bien non ! Do­nald est le lea­der d’un monde qui les fait fan­tas­mer. Et dont des mil­lions d’Amé­ri­cains conti­nuent de rêver. Mal­gré ses échecs – le mur avec le Mexique – ses ar­ran­ge­ments pe­tits et grands avec la vé­ri­té, mal­gré les son­dages dé­fa­vo­rables, il bé­né­fi­cie d’une carte majeure, un for­mi­dable jo­ker : un taux de chô­mage à , %. Le meilleur de­puis...  ans. Et les sa­laires aug­mentent (+ , %), bien plus vite que l’in­fla­tion. Certes, la guerre com­mer­ciale avec les autres grandes puis­sances freine de­puis peu le nombre de créa­tions d’em­plois, mais c’est la grande leçon de ce man­dat trum­pien, que les autres di­ri­geants de la planète peuvent re­te­nir : quand l’em­ploi va, tout va. Et le reste prend soudain si peu d’im­por­tance. C’est ce que confir­me­ront – ou pas – les élec­teurs amé­ri­cains, le jour du scru­tin, le  no­vembre .

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France