Nice-Matin (Cannes)

UN PEU D’HIS­TOIRE

-

Si les Ré­moises sont ap­pe­lées « pion­nières », c’est parce que le foot fé­mi­nin sous sa forme ac­tuelle leur doit beau­coup. Pour autant, des femmes avaient dis­pu­té une pre­mière ren­contre en 1917 et un pre­mier cham­pion­nat de France avait été mis sur pied dès 1919. Une com­pé­ti­tion qui a fi­ni par dis­pa­raître dans les an­nées 30. Et comme si ce pre­mier coup dur n’avait pas suf­fi, le ré­gime de Vi­chy dé­ci­dait d’in­ter­dire le foot­ball fé­mi­nin en 1941, le ju­geant in­dé­cent. Il fau­dra donc at­tendre la vo­lon­té du duo Geof­froy-Gaud pour re­mettre le foot fé­mi­nin sur les rails. La Fé­dé­ra­tion fran­çaise de foot­ball, d’abord ré­ti­cente, fi­ni par re­con­naître le foot fé­mi­nin en 1970. Le 17 avril 1971, l’équipe de France dis­pute son pre­mier match of­fi­ciel qu’elle rem­porte 4-0 face aux Pays-Bas à Ha­ze­brouck. Cette ren­contre est qua­li­fi­ca­tive pour une Coupe du monde non of­fi­cielle, dis­pu­tée par six pays au Mexique en 1971, où les Bleues, com­po­sées en ma­jo­ri­té de Ré­moises, pren­dront la 5e place. En 1974, le cham­pion­nat de France re­naît. Le Foot­ball Club Fé­mi­nin de Reims, ab­sor­bé par le Stade de Reims en no­vembre 1969, dé­cro­che­ra les trois pre­miers titres de cham­pion de France. Si Richard Gaud est tou­jours en vie, Pierre Geof­froy, lui, s’est éteint en 1994. Leur aven­ture avec le FCF Reims a fait l’ob­jet d’un film, ‘‘Comme des garçons’’, sor­ti en 2018.

Photos et re­pro­gra­phie : Cy­ril DODERGNY Textes : Christophe­r ROUX

Newspapers in French

Newspapers from France