Nice-Matin (Cannes)

Le confinemen­t a fait naître des rêves dans l’immobilier

Après avoir vécu deux mois d’enfermemen­t, acheteurs et locataires cherchent à concrétise­r leur souhait d’un logement plus grand avec jardin, terrasse ou balcon, verdure, et au calme

- RÉGINE MEUNIER rmeunier@nicematin.fr

Ça cliquait à fond sur les sites immobilier­s, durant le confinemen­t. Et ça continue ! Le site Particulie­r à Particulie­r (PAP) enregistre une hausse des visites de 43 % du 11 au 25 mai dans les Alpes-Maritimes par rapport à la même période l’an dernier. Elle est de 32 % dans le Var et de 31 % au niveau national.

« Les gens ont élargi leurs critères. L’évolution principale, c’est le télétravai­l. Ils sont prêts à s’éloigner de leur lieu de travail pour avoir une maison plus grande, avec une ou deux pièces supplément­aires. Ces pièces sont soit pour la chambre d’enfant, soit pour un bureau. Notre site a enregistré une hausse de 30 % dans la recherche de maisons individuel­les. Le critère du temps de transport est devenu moins important si l’on peut travailler à la maison et ne se rendre au bureau qu’un ou deux jours par semaine », explique Corinne Jolly, présidente de pap.fr.

Les villes moyennes au top du clic-parade

L’espace extérieur, que ce soit le jardin dans une maison individuel­le ou un appartemen­t avec balcon, est devenu « un vrai plus » , souligne-t-elle. Une autre tendance s’est fortement dessinée grâce au nombre de clics sur le site : les villes moyennes en périphérie des plus grosses communes ou des agglomérat­ions sont plus recherchée­s.

La Crau, proche de Toulon, a ainsi connu une hausse de 234 % des recherches sur pap.fr en maison individuel­le par rapport à la même période l’an dernier. Un record ! La Valette

suit avec 144 %, Saint-Maximin 96 %, Solliès-Pont 87 % ou Ollioules 71 %. Dans le même temps, Toulon ne grimpe qu’à 35 %, tandis que Saint-Raphaël et Hyères ne font respective­ment qu’1 % et 21 % de plus. Même phénomène dans les AlpesMarit­imes : + 91 % de visites pour les maisons sur Carros, + 87 % sur La Trinité ou encore + 86 % sur Vallauris, contre 5 % pour Antibes, 11 % pour Cannes, et 22 % pour Nice. Toutefois, relève Corinne Jolly, «il y a certaineme­nt dans ces chiffres des visites pour les résidences secondaire­s ».

Renaud Dalbera, président d’Unis Côte d’Azur – Union des syndicats de l’immobilier – reconnaît cette recrudesce­nce de demandes sur des biens au calme, sans vis-à-vis, avec une vue et surtout des extérieurs, quelle que soit leur surface.

Phénomène à confirmer

Il nuance : « Il faudra attendre juillet pour voir si la tendance qui a l’air de sortir au niveau national se confirme. Les gens cherchaien­t déjà, avant le confinemen­t, des biens en périphérie des grosses villes ou dans l’arrièrepay­s, comme Carros, Gattières, dans les Alpes-Maritimes. Je ne sais pas si les projets vont se concrétise­r en raison des prix sur le marché local. » Selon lui, malgré le confinemen­t, les clients n’ont pas repoussé leurs projets et les visites ont repris sur place malgré le Net. « L’immobilier reste une valeur refuge. Et pour l’instant, les prix de vente n’ont pas changé », précise-t-il.

De son côté, David Garavagno, président de la Fnaim Var, s’interroge : « Est-ce que ces demandes sont liées au printemps ou au déconfinem­ent ? Difficile à dire. Les résidences secondaire­s vont profiter de cette évolution post-confinemen­t, mais de là à fuir la ville pour une résidence principale avec les problèmes de transport que cela pose, je ne peux pas l’affirmer pour l’instant. C’est peut-être un phénomène que l’on observera sur Brignoles, Belgentier ou Solliès-Pont pour ceux qui veulent sortir de Toulon. »

Du rêve à la réalité ?

Les gens rêvent en ce moment de leur maison individuel­le avec piscine et jardin, mais « on ne mesure pas les avantages et les inconvénie­nts du télétravai­l sur le long terme. Les relations sociales risquent de leur manquer. Le confinemen­t a accentué la réflexion, mais il y a un risque de retomber dans la routine. Les gens étaient bloqués à la maison. Ils voulaient rêver, ils ont cliqué », poursuit-il. Cependant, pour ceux qui s’accrochent au « plus jamais ça », changer d’adresse reste lié aux prix. «Ilfaut remonter dans les terres pour avoir des produits moins chers ou équivalent­s mais avec des surfaces plus grandes ou des extérieurs, notamment pour les primo-accédants. »

Reste à savoir si la fibre optique ou, a minima, un bon réseau Internet rendra le télétravai­l compatible. Or, la couverture est inégale. Reste à savoir, aussi et enfin, si les banques financeron­t ces rêves.

 ??  ?? Que ce soit dans le Var ou les Alpes-Maritimes, les clics sur le site pap.fr concernent surtout l’arrière-pays ou les villes périphériq­ues aux grandes agglomérat­ions. (DR)
Que ce soit dans le Var ou les Alpes-Maritimes, les clics sur le site pap.fr concernent surtout l’arrière-pays ou les villes périphériq­ues aux grandes agglomérat­ions. (DR)
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France