Cliiink : des bons plans pour se mettre au verre

Le dis­po­si­tif qui per­met de ga­gner des re­mises chez les com­mer­çants en tri­ant le verre porte ses fruits : les ha­bi­tants de l’ag­glo­mé­ra­tion dé­posent de plus en plus de conte­nants dans les bornes

Nice-Matin (Cannes) - - Grasse Région - SANDIE NAVARRA

De­puis l’ar­ri­vée de Cliiink dans l’ag­glo­mé­ra­tion gras­soise – la pre­mière du dé­par­te­ment à l’avoir mis en place en juillet 2018 – le dis­po­si­tif ne cesse de faire des adeptes. Le prin­cipe ? Dé­po­ser ses conte­nants en verre dans des bornes connec­tées, cu­mu­ler des points qui de­viennent des bons d’achat à dé­pen­ser chez les com­mer­çants lo­caux (lire ci-contre.) « C’est une so­lu­tion lu­dique et pé­da­go­gique qui per­met d’in­ci­ter les gens à trier, d’ap­por­ter du pou­voir d’achat, de re­dy­na­mi­ser l’ac­ti­vi­té des com­mer­çants, et même de faire des dons à des as­so­cia­tions », énu­mère Ni­co­las Cle­tien, char­gé de mis­sion pour l’op­ti­mi­sa­tion de la col­lecte sé­lec­tive, et co­or­di­na­teur des am­bas­sa­deurs du tri.

« Un le­vier pour in­ci­ter les per­sonnes àtrier»

130 bornes ont été ins­tal­lées sur les 11 com­munes de l’ag­glo. « On les dé­place se­lon les be­soins. Pour les mettre, par exemple, dans les zones d’ac­ti­vi­té, no­tam­ment aux Bois de Grasse, à Sainte-Mar­gue­rite ou sur les par­kings de centres com­mer­ciaux. Nous re­nou­ve­lons aus­si au fur et à me­sure les bornes afin qu’elles soient ac­ces­sibles aux per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite et aux en­fants. »

La ville de Grasse, mau­vaise élève en ma­tière de tri, a ces der­niers mois rat­tra­pé son re­tard : « avant l’ins­tal­la­tion de Cliiink, les ha­bi­tants re­cy­claient en moyenne 12 ki­los de verre par an. De­puis, on est pas­sé à 16,5 ki­los. »

Sur l’en­semble de l’ag­glo­mé­ra­tion, le chiffre est pas­sé de 24 ki­los par an et par ha­bi­tant à 30,5.

« On re­marque aus­si des chan­ge­ments de com­por­te­ments : les gens achètent par exemple plus de pots de yaourt ou jus de fruits en verre pour ga­gner des points. C’est aus­si un le­vier pour in­ci­ter cer­taines per­sonnes qui ne fai­saient pas du tout de tri. Et c’est un cercle ver­tueux car ils se mettent aus­si à trier les autres flux. » Les com­mer­çants bé­né­fi­cient aus­si de ce sys­tème ;

11 500 « re­mises » ont été uti­li­sées pour un mon­tant de près de 35 000 eu­ros.

« Et pour chaque tonne de verre col­lec­té – 3 008 en 2019 par exemple – l’ag­glo­mé­ra­tion re­verse 3,05 eu­ros à la Ligue contre le can­cer », pré­cise en­core Ni­co­las Cle­tien. Bon pour la so­li­da­ri­té, le porte-mon­naie, et pour l’en­vi­ron­ne­ment : « la col­lecte de ces 3008 tonnes a per­mis d’évi­ter de re­je­ter 1255 tonnes de C02 l’an der­nier ! »

Pour chaque tonne de verre col­lec­té –   en  par exemple – l’ag­glo­mé­ra­tion re­verse , eu­ros à la Ligue contre le can­cer. (Pho­tos DR)

La per­sonne qui a dé­po­sé le  mil­lio­nième ob­jet dans une borne Cliiink a rem­por­té un bap­tême en pa­ra­pente fil­mé pour deux per­sonnes à Saint-Val­lier. Une ac­ti­vi­té zé­ro em­preinte car­bonne en adé­qua­tion avec le dis­po­si­tif. Les heu­reux ga­gnants ont ré­cu­pé­ré leur prix il y a quelques jours en pré­sence du pré­sident de l’ag­glo et maire de Grasse Jé­rôme Viaud, des re­pré­sen­tants de Ter­ra­do­na (Cliiink) et de l’école de pa­ra­pente Spi­rit Pa­ra­pente.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.