L’eau de nos ri­vières tou­jours de meilleure qua­li­té

Nice-Matin (Menton) - - Grand Sud Carnet - P.-L. PA­GÈS pl­[email protected]­ma­tin.com

Les idées re­çues sont par­fois te­naces. Ain­si, se­lon le der­nier son­dage « Les Fran­çais et l’eau », réa­li­sé en no­vembre der­nier par le mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment, les agences de l’eau et l’Of­fice na­tio­nal de l’eau et des mi­lieux aqua­tiques, 56 % des Fran­çais pensent que la qua­li­té des eaux ne s’amé­liore pas, voire se dé­grade. Pour­tant, Laurent Roy, di­rec­teur gé­né­ral de l’Agence de l’eau Rhône Mé­di­ter­ra­née Corse, l’af­firme: « la qua­li­té des eaux s’amé­liore net­te­ment de­puis vingt-cinq ans ».

Ob­jec­tifs dé­pas­sés en Pa­ca

Les der­niers ré­sul­tats, com­mu­ni­qués ven­dre­di à Mar­seille à l’oc­ca­sion de la pré­sen­ta­tion du nou­veau Sché­ma di­rec­teur d’amé­na­ge­ment et de ges­tion des eaux (Sdage), l’ont confir­mé. « Sur le bas­sin Rhône-Mé­di­ter­ra­née, 52 % des ri­vières sont en bon ou très bon état ». Poin­tant le verre à moi­tié vide, d’au­cuns fe­ront re­mar­quer que l’ob­jec­tif fixé pour 2021 – re­trou­ver un bon état éco­lo­gique pour deux tiers des ri­vières – est en­core loin. Pas par­tout. Avec 68 % de ses cours d’eau en bonne san­té, la ré­gion Pro­vence-Alpes-Côte d’Azur dé­passe dé­jà les am­bi­tions de l’Agence de l’eau. Mais pas ques­tion de crier vic­toire trop vite. « L’or bleu » est un bien trop pré­cieux pour re­lâ­cher ses ef­forts. Car si la si­tua­tion s’amé­liore in­con­tes­ta­ble­ment, cer­tains pro­blèmes de­meurent. Pour Laurent Roy, les prin­ci­pales causes de dé­gra­da­tion sont au nombre de trois. « Qua­rante pour cent des ri­vières souffrent en­core d’un ex­cès de pré­lè­ve­ments. Il va fal­loir éco­no­mi­ser. D’au­tant plus qu’avec les chan­ge­ments cli­ma­tiques, l’eau risque de se ra­ré­fier », ex­plique le di­rec­teur gé­né­ral de l’Agence de l’eau Rhône Mé­di­ter­ra­née Corse. Il en­chaîne avec la né­ces­si­té de res­tau­rer les cours d’eau. « Les ri­vières ne sont pas des tuyaux, mais des mi­lieux vi­vants. On a eu trop ten­dances à les en­di­guer, les cor­se­ter. Or, on sait main­te­nant que main­te­nir les ri­vières dans leur état na­tu­rel s’avère, en termes de pré­ven­tion des inon­da­tions, plus ef­fi­cace et moins coû­teux. » En­fin, il re­con­naît que les po­li­tiques vi­sant à lut­ter contre les pol­lu­tions par les pes­ti­cides « peinent à pro­duire des ef­fets ». Pour conti­nuer à amé­lio­rer la qua­li­té des ri­vières et des eaux sou­ter­raines, ain­si que pré­ser­ver la res­source, le sché­ma di­rec­teur d’amé­na­ge­ment et de ges­tion des eaux pré­voit des fi­nan­ce­ments à hau­teur de 2,6 mil­liards d’eu­ros pour les six an­nées à ve­nir. Pour la seule ré­gion Pro­vence-Alpes-Côte d’Azur, pas moins de 465 M€ se­ront né­ces­saires pour, entre autres, mettre à l’abri de toute pol­lu­tion par ni­trates et pes­ti­cides vingt-six cap­tages d’eau po­table ou en­core rendre fran­chis­sables quelque cent qua­tre­vingts seuils en ri­vières.

(Ar­chives Var- ma­tin)

Même si elle est ap­pré­ciée des pê­cheurs de truites, la ri­vière Ca­ra­my en Centre Var reste un sec­teur sous ten­sion du fait des « pré­lè­ve­ments » pour l’ali­men­ta­tion du lac de Car­cès.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.