Les op­po­sants à l’état d’ur­gence ont bat­tu le pa­vé

Des mil­liers de per­sonnes ont dé­fi­lé dans des di­zaines de villes, dans tout le pays

Nice-Matin (Menton) - - France -

Au cri de slo­gans tels que « état d’ur­gence, État po­li­cier », des mil­liers de per­sonnes ont ma­ni­fes­té hier à Pa­ris et dans toute la France pour dé­non­cer l’état d’ur­gence et le pro­jet de dé­chéance de na­tio­na­li­té. A Pa­ris, quelque 5500 ma­ni­fes­tants se­lon la pré­fec­ture de po­lice, 20000 se­lon les or­ga­ni­sa­teurs, ont bra­vé la pluie entre la place de la Ré­pu­blique et le Pa­lais Royal, où se trouve le Con­seil d’État, qui, sai­si par la Ligue des droits de l’homme, a re­fu­sé de sus­pendre l’état d’ur­gence. Des ma­ni­fes­ta­tions se sont éga­le­ment dé­rou­lées dans en­vi­ron 70 autres villes, à l’ap­pel des col­lec­tifs « Nous ne cé­de­rons pas » et « Stop état d’ur­gence », qui re­groupent no­tam­ment des syn­di­cats (CGT, FSU, Syn­di­cat de la ma­gis­tra­ture), des as­so­cia­tions (Attac, Droit au lo­ge­ment, Droits de­vant, MRAP) et des or­ga­ni­sa­tions de dé­fense des droits de l’homme (FIDH).

« Coup d’État per­ma­nent »

Leur re­ven­di­ca­tion: la le­vée im­mé­diate de l’état d’ur­gence – alors que sa pro­lon­ga­tion jus­qu’à fin mai doit être pré­sen­tée mer­cre­di en Con­seil des mi­nistres – et l’aban­don du pro­jet de dé- chéance de na­tio­na­li­té pour les per­sonnes condamnées pour des ac­ti­vi­tés ter­ro­ristes. Dans le cor­tège pa­ri­sien, une ma­ni­fes­tante, Ca­mille, es­time ain­si que « sous pré­texte de lutte contre le ter­ro­risme, nous vi­vons un coup d’État per­ma­nent mar­qué par l’ar­bi­traire et la cen­sure » . Quant au pro­jet sur la dé­chéance de na­tio­na­li­té, c’est à ses yeux « une me­sure ra­ciste qui re­vient à dire que cer­tains sont plus fran­çais que d’autres ». « Nous ma­ni­fes­tons pour mon­trer aux dé­pu­tés qui sont ré­ti­cents qu’ils ne sont pas seuls » , ar­gu­mente de son cô­té Ca­the­rine, une autre ma­ni­fes­tante. A Bor­deaux (3000 per­sonnes, se­lon les or­ga­ni­sa­teurs), Tou­louse (1300 per­sonnes se­lon la po­lice, 1800 se­lon les or­ga­ni­sa­teurs), Nantes (800 se­lon la po­lice, 1000 se­lon les or­ga­ni­sa­teurs), Lyon (1000 se­lon la po­lice) Mar­seille (moins d’un mil­lier), les op­po­sants ont aus­si bat­tu le pa­vé. « Dé­çu de ma na­tio­na­li­té » , « As­si­gnés à Ré­sis­tance » ou en­core « Vive Mon­tes­quieu, Sé­pa­ra­tion des pou­voirs » , pou­vait-on lire sur les pan­cartes. D’autres cor­tèges ont dé­fi­lé à Nice, Tou­lon, Draguignan, Stras­bourg, Metz, Nan­cy, Nîmes, Mont­pel­lier, Li­moges, Gre­noble, Saint-Etienne, Mon­tau­ban, Bayonne…

(Pho­to AFP)

A Pa­ris, ils étaient entre   et   à s’être mo­bi­li­sés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.