Tho­mas Fa­bius mis en exa­men pour faux et usage de faux

Nice-Matin (Menton) - - France/monde -

La jus­tice a Tho­mas Fa­bius dans le col­li­ma­teur. Le fils du mi­nistre des Af­faires étran­gères a été mis en exa­men ven­dre­di pour faux et usage de faux, a-t-on ap­pris hier, pour des faits pré­su­més en lien avec sa pas­sion pour les ca­si­nos. Il a en re­vanche échap­pé à une mise en exa­men pour es­cro­que­rie, blan­chi­ment de fraude fis­cale, abus de confiance et abus de biens so­ciaux, les ma­gis­trats fi­nan­ciers pa­ri­siens le pla­çant sous le sta­tut de té­moin as­sis­té pour ces chefs.

Un train de vie sus­pect

C’est sa pas­sion du jeu qui est à l’ori­gine des en­nuis ju­di­ciaires de Tho­mas Fa­bius, 34 ans, après une pro­cé­dure ou­verte fin 2011 par une plainte de la So­cié­té gé­né­rale. La banque ac­cu­sait le jeune homme d’avoir édi­té un faux mail afin de lais­ser croire qu’il al­lait pro­chai­ne­ment être des­ti­na­taire de 200000 eu­ros. Les en­quê­teurs se sont alors in­té­res­sés au train de vie du jeune homme, no­tam­ment l’achat en 2012 d’un ap­par­te­ment de près de 300 m2 bou­le­vard Saint-Ger­main, à Pa­ris, pour sept mil­lions d’eu­ros. Une com­mis­sion ro­ga­toire in­ter­na­tio­nale avait aus­si été lan­cée en 2013 à pro­pos de l’ef­fa­ce­ment pré­su­mé d’une dette de 700000 eu­ros à Mo­na­co (nos édi­tions du 31 oc­tobre der­nier). Tho­mas Fa­bius fait par ailleurs l’ob­jet de­puis fin oc­tobre d’un man­dat d’ar­rêt aux États-Unis, pour des chèques en bois d’un mon­tant de plus de 3,5mil­lions de dol­lars à Las Ve­gas mi-2012.

(Pho­to AFP)

La pas­sion du fils de Laurent Fa­bius pour les ca­si­nos est bien connue.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.