Nou­méa : Ma­nuel Valls face aux ur­gences de la Nou­velle-Ca­lé­do­nie

Nice-Matin (Menton) - - France -

Le temps est comp­té. L’an­née 2017 se­ra une an­née d’élec­tions (...) Il im­porte d’au­tant plus que l’an­née 2016 soit plei­ne­ment une an­née utile » pour pré­pa­rer l’ar­chi­pel au ré­fé­ren­dum où les Ca­lé­do­niens se pro­non­ce­ront sur l’in­dé­pen­dance, au plus tard en no­vembre 2018, confor­mé­ment à l’ac­cord de Nou­méa (1998).

« Ne jouons pas la montre »

Voi­là comment Ma­nuel Valls a mis, hier, la pres­sion sur les res­pon­sables ca­lé­do­niens, à deux ans du ré­fé­ren­dum d’au­to­dé­ter­mi­na­tion, pour qu’ils se mo­bi­lisent en vue de cette échéance cru­ciale tout en ve­nant à la res­cousse du sec­teur du ni­ckel en crise. Et pour que les choses soient claires, le Pre­mier mi­nistre a lan­cé une mise en garde à ceux qui se­raient ten­tés par les ater­moie­ments à l’oc­ca­sion des élec­tions pré­si­den­tielle et lé­gis­la­tive de l’an­née pro­chaine.

Échan­ger dès main­te­nant

«Ne jouons pas la montre. D’abord, vous ne sa­vez pas ce qui se pas­se­ra en 2017 (...) Il ne faut pas ima­gi­ner que tel ou tel chan­ge­ment, s’il y a chan­ge­ment, pour­rait ve­nir au se­cours de telle ou telle thèse ». Pa­ris consi­dère que quel que soit le ré­sul­tat de la consul­ta­tion, les dif­fé­rentes par­ties ca­lé­do­niennes, in­dé­pen­dan­tistes ou an­ti-in­dé­pen­dan­tistes, doivent échan­ger dès main­te­nant sur les fu­turs contours ins­ti­tu­tion­nels et po­li­tiques de l’ar­chi­pel.

Ma­nuel Valls, ici en com­pa­gnie de Gil­bert Tein, le pré­sident du Sé­nat cou­tu­mier, est ve­nu de Pa­ris avec plu­sieurs pro­po­si­tions pour sou­te­nir le ni­ckel. (Ph. AFP)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.