Comment l’OGC Nice a dé­ni­ché You­cef Atal

En­tré à l’heure de jeu contre Rennes, le dé­fen­seur al­gé­rien a cre­vé l’écran et chan­gé le cours du match. La cel­lule de re­cru­te­ment ni­çoise semble avoir dé­ni­ché une nou­velle pé­pite

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - La Une - VINCENT MENICHINI

C’est en al­lant scru­ter la per­for­mance d’un autre joueur que l’OGC Nice, et plus par­ti­cu­liè­re­ment Serge Re­cor­dier (dé­bau­ché cet été par l’AS Mo­na­co), est tom­bé sous le charme de You­cef Atal. On est en avril der­nier, Mous­cron re­çoit Cour­trai dans le cham­pion­nat belge. Les di­ri­geants ni­çois sont en quête de la perle rare en at­taque et suivent le Ni­gé­rian Tai­wo Awo­niyi (21 ans), prê­té par Li­ver­pool à Mous­cron. Or, ce n’est pas lui qui crève l’écran mais un pe­tit ar­rière droit, in­con­nu au ba­taillon, qui évo­lue dans le camp d’en face et qui en­chaîne les al­lers-re­tours sur son cô­té. Cet ov­ni, c’est You­cef Atal. Dès son re­tour à Nice, Re­cor­dier, res­pon­sable de la cel­lule de re­cru­te­ment, pousse Ju­lien Four­nier, le di­rec­teur gé­né­ral du club, à ou­vrir les né­go­cia­tions au plus vite. Il an­nonce qu’il faut y al­ler les « yeux fer­més ». La re­va­lo­ri­sa­tion du contrat d’Ar­naud Sou­quet, qui évo­lue au même poste, semble bien loin, dé­jà...

Lu­cas Rou­geaux : « Ça fait cro­chet et ça court tout le temps »

« Atal ? Il ne fal­lait pas pas­ser à cô­té, ça a été une évi­dence. » La veille de la ré­cep­tion de Rennes, de pas­sage dans les lo­caux de Ni­ce­Ma­tin, Jean-Pierre Ri­vère avait ra­con­té la gé­nèse de ce dos­sier. L’en­trée to­ni­truante de l’Al­gé­rien face aux Bre­tons est ve­nue don­ner du poids aux pro­pos pré­si­den­tiels. Alors que son équipe était me­née et que Jal­let n’avait pas dé­mé­ri­té, loin de là, Atal a chan­gé l’his­toire du match et, peut-être, la sai­son du Gym. Lors de sa pre­mière contre Reims, l’Al­lianz Ri­vie­ra avait été char­mé par l’in­sou­ciance de ce joueur qui évo­luait en­core en Di­vi­sion 2 al­gé­rienne, il y a un an. Nice a po­sé entre deux et trois mil­lions d’eu­ros pour se payer Atal que Lu­cas Rou­geaux a cô­toyé en Bel­gique. L’an­cien dé­fen­seur de l’OGC Nice n’est

« pas éton­né » par les per­for­mances de son pote qu’il a hé­ber­gé chez lui la sai­son der­nière. « Il va à 3000, il s’en­gage sans cal­cu­ler, c’est une pile, ra­conte le vain­queur de la Gam­bar­del­la 2012, qui se re­met d’une opé­ra­tion du ge­nou. Fran­che­ment, je sa­vais qu’il al­lait jouer mais je pen­sais qu’il al­lait mettre un peu plus de temps à s’adap­ter, no­tam­ment sur le plan tac­tique. Ce sché­ma en 3-5-2, ça lui va à mer­veille. Il ne fait pas de pas­se­ments de jambe, etc. C’est as­sez ba­sique. Lui, ça fait des cro­chets et ça court tout le temps. Il en­voie aus­si dans les duels. C’est frais comme joueur, le vrai la­té­ral mo­derne et un très bon gar­çon. » Jeu long alerte, dé­ca­lage par­fait pour My­ziane, ac­cé­lé­ra­tions dé­vas­ta­trices, si­mu­la­tion et im­pact dans les duels : contre Rennes, Atal a fait le show. Son ca­pi­taine Dante, qui a été im­pres­sion­né dès les pre­mières séances d’en­traî­ne­ment à ses cô­tés, a ado­ré. « C’est pour ça que le coach l’a fait en­trer. Il a ap­por­té sa fo­lie, son in­sou­ciance. Il dé­gage de la joie, de la fraî­cheur. Il nous a fait un bien fou mais Ch­ris­tophe (Jal­let) avait éga­le­ment fait le bou­lot avant lui. » Pa­trick Viei­ra ne s’en plain­dra pas, mais il de­vra tran­cher entre deux de ses hommes en forme lors du dé­pla­ce­ment à Mont­pel­lier.

(Pho­to Sé­bas­tien Bo­tel­la)

You­cef Atal a fait le show, ven­dre­di soir, à l’Al­lianz Ri­viei­ra contre Rennes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.