Phi­lippe Var­don au mi­cro de Ra­dio Émo­tion

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - Grand Sud Carnet -

Le Ni­çois Phi­lippe Var­don, conseiller ré­gio­nal Ras­sem­ble­ment na­tio­nal était, hier, l’in­vi­té d’Émo­tion à la une, l’émis­sion de la ré­dac­tion de Nice-Ma­tin sur Ra­dio Émo­tion.

La phrase. « Mer­cre­di à Châ­teau­double dans le Var, on a eu à faire à quinze à vingt agi­ta­teurs hai­neux. Ce­la ne re­pré­sente pas du tout les ha­bi­tants de cette com­mune où Ma­rine Le Pen est ar­ri­vée en tête de l’élec­tion pré­si­den­tielle au pre­mier tour avec 30% et a fait 45,5% au se­cond tour. Dans ce vil­lage de 400 ha­bi­tants, l’Etat va im­po­ser l’ar­ri­vée de 72 mi­grants dans une an­cienne mai­son de re­traite qu’on a re­ta­pée pour l’oc­ca­sion et qu’on avait dé­lais­sée faute de moyens. Des Châ­teau­double au­jourd’hui il y en a des cen­taines en France parce qu’on a une im­mi­gra­tion non seule­ment in­con­trô­lée mais au­jourd’hui im­po­sée par Bruxelles et par l’Etat. » Son coup de gueule de la se­maine. « L’at­ti­tude du Par­le­ment eu­ro­péen vis-à-vis du pre­mier mi­nistre hon­grois Vik­tor Or­ban parce qu’il re­fuse l’im­mi­gra­tion mas­sive dans son pays. Quinze des dix-huit dé­pu­tés eu­ro­péens LR à Bruxelles ont vo­té pour ces sanc­tions ou se sont abs­te­nus. C’est ça la réa­li­té des Ré­pu­bli­cains bien loin de ce qu’ils disent sur les pla­teaux de té­lé. » Son coup de coeur de la se­maine. « Le re­tour des pois­son­niers sur la place Sain­teF­ran­çois à Nice. C’est parce qu’il y a eu une vraie émo­tion et une vraie mo­bi­li­sa­tion po­pu­laire qui a for­cé Es­tro­si à re­ve­nir des­sus. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.