An­tho­ny Costes: «Me prou­ver des choses»

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - Sports - RECUEILLIS PAR PH.H.

Le Ni­çois d’adop­tion (28 ans), doc­teur en bio­mé­ca­nique et tri­ath­lète pro­fes­sion­nel de­puis deux ans - comme beau­coup de ses ca­ma­rades de jeu d’ailleurs - a fait de ce 70.3 l’un des ob­jec­tifs in­ter­mé­diaires de sa sai­son. Dé­ten­teur, de­puis l’an der­nier, de la meilleure per­for­mance fran­çaise de tous les temps sur iron­man (7h49’19’’), et vain­queur en 2018 du 70.3 de Mon­ter­rey (Mexique), il se­ra for­cé­ment l’un des hommes à suivre au­jourd’hui…

Dans quel état d’es­prit es-tu avant de prendre le dé­part de cette édi­tion ?

re Se­rein. C’est à la “mai­son” et je suis content de cou­rir ici. Et puis, c’est un pe­tit break avant l’iron­man d’Ha­waï (cham­pion­nats du monde pour les­quels il s’est, pour la pre­mière fois, qua­li­fié, NDLR) et ça fait du bien d’al­lé­ger un peu l’en­traî­ne­ment. De pou­voir se tes­ter et d’al­ler sur des in­ten­si­tés un peu plus hautes.

Prendre le dé­part de ce ., ça t’ap­porte quoi?

Pour re­mettre dans le contexte, Ha­waï est un “full dis­tance”, et ici, c’est en gros, moi­tié moins d’ef­fort. Ça ne pa­rait pas comme ça, mais les al­lures sont com­plè­te­ment dif­fé­rentes, avec des re­gistres de vi­tesse éle­vés. Donc, oui, c’est pas mal dif­fé­rent, mais c’est aus­si in­té­res­sant dans le cadre de ma pré­pa­ra­tion.

À Nice, le cadre est aus­si ex­cep­tion­nel…

Vous prê­chez un convain­cu. Ici, l’écrin est un écrin de rêve. La Pro­me­nade des An­glais, on peut dif­fi­ci­le­ment ima­gi­ner mieux. Le vé­lo, avec cet ar­rière-pays su­blime, ce col de Vence, c’est pa­reil…

Quelles am­bi­tions t’es-tu fixé sur cette course ?

Je suis là avant tout pour me tes­ter. C’est un mo­ment certes im­por­tant de ma sai­son, mais mon prin­ci­pal ob­jec­tif, mal­gré tout, reste le cham­pion­nat du monde d’Ha­waï dans quatre se­maines. Idéa­le­ment, j’ai en­vie de me prou­ver que je suis en forme, parce que je me suis beau­coup pré­pa­ré. J’ai aus­si un peu ré­cu­pé­ré pour être un peu per­for­mant ici. Donc, oui, sans se mettre de li­mites, ça risque d’être un bon test. D’être in­té­res­sant, puisque je vais pou­voir me per­mettre de prendre des risques sur les al­lures.

Quelle par­tie du triath­lon af­fec­tionnes-tu le plus ?

J’ai com­men­cé très jeune, à,  ans, et j’ai tou­jours vu le triath­lon comme un équi­libre, entre les trois dis­ci­plines. Donc, j’aime tout. L’idée, c’est d’ho­mo­gé­néi­ser son ef­fort…

(Ph.H.)

L’un des prin­ci­paux can­di­dats à la vic­toire…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.