Marche pour le cli­mat : « Il est en­core temps »

Plus de 3000 per­sonnes ont mar­ché hier dans les rues de la ville pour dire l’ur­gence éco­lo­gique. Qu’il faut sau­ver le cli­mat… Pour dire aus­si que rien n’est en­core per­du...

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - Nice - STÉ­PHA­NIE GASIGLIA sga­si­glia@ni­ce­ma­tin.fr

Une pe­tite blon­di­nette a crayon­né une pan­carte. Toute seule. Comme une grande. Des im­menses fleurs cou­leur pas­tel. Des pa­pillons dis­pro­por­tion­nés. Des arbres d’un vert im­pro­bable. Et le ciel bleu que l’on de­vine si pur. Sur un bout de car­ton – re­cy­clé – c’est la na­ture, avec des yeux d’en­fants. Grande, co­lo­rée. Vi­vante à la fo­lie. Une na­ture à l’ave­nir aus­si ra­dieux que le sou­rire de la fillette… Et ces simples deux mots : « Ma pla­nète ». Si jo­lie uto­pie d’en­fant. En par­tant de la place Ga­ri­bal­di, hier, Nice a mar­ché pour le cli­mat. Et cha­cun est ve­nu avec son slo­gan. Au­cun pour ri­va­li­ser avec la naïve poé­sie de cette pe­tite fille ano­nyme…

Alertes et es­poir

Plu­tôt des prises de consciences. Des alertes. Et des mots qui ré­sonnent noir : émis­sions car­bone, dan­ger, pol­lu­tion, mort, fin du monde. Heu­reu­se­ment, de l’es­poir aus­si : « Une autre fin du monde est pos­sible », « Il est en­core temps ». Ou en­core « anticiper, c’est pré­ser­ver. Pré­ser­ver, c’est anticiper », comme on pou­vait lire sur la pan­carte bran­die par l’élue EELV de Nice, Ju­liette Ches­nel Le­roux. Alors que des cen­taines de per­sonnes af­fluent dé­jà vers le lieu de ren­dez-vous, une bafle cra­chote du Fran­cis Ca­brel, L’arbre va tom­ber. « Le monde re­garde ailleurs, L’arbre va tom­ber, Ça fe­ra de la place au car­re­four. L’homme est dé­ci­dé. Et l’homme est le plus fort, tou­jours, C’est pas com­pli­qué. Ça va pas lui prendre long­temps Tout faire dé­grin­go­ler, L’arbre avec les oi­seaux de­dans ! » Une chan­son et des prises de pa­role, pour rap­pe­ler l’ur­gence. To­po sur le rap­port du GIEC (1), par exemple, sur les hausses de tem­pé­ra­tures, sur ce cli­mat qui va à vau-l’eau et des ca­tas­tro­phiques consé­quences. Le cor­tège s’est en­suite ébran­lé pour battre le pa­vé en mu­sique sur Jean-Jau­rès puis un de­mi-tour avant la place Mas­sé­na, pour re­ve­nir au point de dé­part par Fé­lix Faure.

Tous... ci­toyens

C’est un col­lec­tif qui est à l’ori­gine de cette marche ci­toyenne. Il y a des dra­peaux de la LPO, la Ligue pro­tec­trice des oi­seaux, d’At­tac, de SOS Mé­di­ter­ra­née, de terre bleue, de l’UNEF, de Green­peace de la fon­da­tion Hu­lot, etc. Laurent Lan­quar-Cas­tiel, se­cré­taire dé­par­te­men­tal des Éco­lo­gistes des Alpes-Ma­ri­times, l’un des or­ga­ni­sa­teurs de cette marche in­siste : « C’est une dé­marche ci­toyenne. Les ci­toyens sont prêts au grand chan­ge­ment. Mais main­te­nant les dé­ci­deurs, les po­li­tiques, les in­dus­triels doivent suivre, en­clen­cher der­rière le ci­toyen». Dans la foule, Pa­trick Al­le­mand, simple ci­toyen, même si élu PS : « C’est vrai­ment bien qu’il y ait au­tant de monde. Et beau­coup de jeunes concer­nés par cet en­jeu ma­jeur. Il n’y a plus de temps à perdre sur ce su­jet ». Il y avait hier, à Nice, plus de 3000 « ci­toyens », jeune, moins jeunes, à mar­cher en chan­tant pour le cli­mat.

1. Groupe d’ex­perts in­ter­gou­ver­ne­men­tal sur l’évo­lu­tion du cli­mat.

(Pho­tos Fran­çois Vi­gno­la)

Plus de  « ci­toyens» de tous âges ont dé­fi­lé dans les rues pour la pla­nète.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.