Le com­por­te­ment dé­pla­cé d’un faux psy­cho­thé­ra­peute

Un homme qui usur­pait le titre de psy­cho­thé­ra­peute avait des jeux étranges avec un en­fant en dif­fi­cul­té. Il a été con­dam­né mer­cre­di soir à 18 mois de pri­son avec sur­sis

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - Nice - CH­RIS­TOPHE PER­RIN chper­[email protected]­ce­ma­tin.fr

Créa­teur de re­la­tions, pas­sion­né de dé­ve­lop­pe­ment hu­main, d’écoute ac­tive ». C’est ain­si que se pré­sente Ro­ger Lan­te­ri, 60 ans, che­mise sau­mon et pull jac­quard, un pré­ten­du psy­cho­thé­ra­peute ins­tal­lé à Nice. L’homme com­pa­raît sur­tout pour avoir eu un com­por­te­ment in­adap­té avec Mar­cel 1, 10 ans, un en­fant en grande dif­fi­cul­té pour le­quel il s’est pris d’af­fec­tion. Fin 2017, les pa­rents ré­cu­pèrent leur fils après une séance chez Ro­ger Lan­te­ri com­plè­te­ment stres­sé et apeu­ré, le pan­ta­lon dé­gra­fé. La mère ques­tionne l’en­fant. Ses ré­ponses sont claires : « On a fait des gui­lis. On a en­le­vé nos vê­te­ments parce que Ro­ger dit que ce sont des bou­cliers, qu’il faut les en­le­ver. Mais c’est un se­cret entre nous. » « De­puis un pe­tit mo­ment, il se di­sait fa­ti­gué et ne vou­lait plus al­ler voir Ro­ger, ra­conte sa mère qui culpa­bi­lise. Je l’in­ci­tais pour­tant à conti­nuer les séances. »

« J’au­rais dû lui dire stop »

La pré­si­dente du tri­bu­nal, Lau­rie Du­ca, de­mande au pré­ve­nu des ex­pli­ca­tions : « Cet en­fant dé­crit un mal de dos lors de la der­nière séance, il mé­lange tout », af­firme-t-il, sûr de lui et vo­lon­tiers of­fen­sif. La ma­gis­trate in­siste en fron­çant les sour­cils : « Pour­quoi ce pe­tit gar­çon se re­trouve en slip avec un adulte lui aus­si en slip sur une table de mas­sage en train de se faire des cha­touilles. Com­ment une telle proxi­mi­té cor­po­relle peut-elle être pos­sible ? » Le pré­ve­nu perd de sa su­perbe. « Je me suis lais­sé em­por­té af­fec­ti­ve­ment [...] Il est très tac­tile. Il s’est désha­billé de lui-même, j’au­rais dû lui dire stop », se dé­fend le faux psy qui n’est ins­crit sur au­cune liste of­fi­cielle de pra­ti­ciens. À l’époque des faits, les pa­rents de Mar­cel de­vaient af­fron­ter la ter­rible ma­la­die de leur plus jeune gar­çon. Eux aus­si étaient vul­né­rables. Ro­ger Lan­te­ri s’était lié d’ami­tié avec eux et avec Mar­cel. « Rien de sexuel » , af­firme, main sur leur coeur, ce­lui qui rêve par­fois d’être en­tou­ré d’en­fants nus sur une île dé­serte ! L’avo­cat de la par­tie ci­vile, Me Ca­rol Sa­nos­sian bon­dit. Elle iro­nise sur la ques­tion de Ro­ger Lan­te­ri à un psy­chiatre : « Suis-je pé­do­phile ? » « M. Lan­te­ri qui a soi-di­sant fait tant d’études, de­vrait avoir la ré­ponse… » « C’est un char­la­tan qui ment à tous ses pa­tients et à sa femme. Pour moi, les « gui­lis », sont des pré­li­mi­naires. Ce n’est pas ju­ri­dique, mais ça s’ap­pelle comme ça. » Le pro­cu­reur Bri­gitte Fu­nel s’at­tarde sur l’usur­pa­tion du titre de psy­cho­thé­ra­peute, s’in­quiète de cet homme sans di­plôme qui pra­tique l’hyp­nose erick­so­nienne ou l’EMDR, une mé­thode de gué­ri­son psy­chique qui peut être aus­si un moyen d’em­prise.

Vio­lences vo­lon­taires et non at­teintes sexuelles

Le pro­cu­reur re­quiert deux ans de pri­son mais de­mande la re­qua­li­fi­ca­tion des at­teintes sexuelles, qui ne sont pas avé­rées, en vio­lences sur mi­neur de moins de 15 ans par per­sonne ayant au­to­ri­té. Me Anne-So­phie La­pierre, l’avo­cate de la dé­fense, rap­pelle que son client a une ex­cel­lente ré­pu­ta­tion même si elle ad­met que son client a dé­ra­pé. Le tri­bu­nal suit les ré­qui­si­tions et es­time que les gestes dé­pla­cés du psy ne peuvent être consi­dé­rés comme des at­teintes sexuelles. En re­vanche, le pseu­do-thé­ra­peute ni­çois est con­dam­né à 18 mois de pri­son avec sur­sis, deux ans de mise à l’épreuve, trois ans de sui­vi so­cio­ju­di­ciaire, une obli­ga­tion de soins, une in­ter­dic­tion d’en­trer en contact avec des mi­neurs. Il de­vra éga­le­ment ver­ser 7 550 eu­ros de dom­mages et in­té­rêts. (1) un pré­nom d’em­prunt

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.