Car­ros : don­nez vos idées sur l’ave­nir de la Pas­se­relle

A la feuille de route de la nou­velle di­rec­trice du centre so­cial, Cé­line Mar­ti­ni, la réé­cri­ture du pro­jet 2020-2024. Les ha­bi­tants ont un an pour par­ti­ci­per en don­nant leurs idées et les voir se concré­ti­ser

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - Cagnes Région - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR VA­LÉ­RIE ALLASIA val­la­[email protected]­ce­ma­tin.fr

Nou­velle, la nou­velle di­rec­trice du centre so­cial? Pas vrai­ment. Cé­line Mar­ti­ni a of­fi­ciel­le­ment pris le 1er no­vembre la suc­ces­sion de Fré­dé­ric Fran­zin, qui a fait va­loir ses droits à la re­traite. Jusque-là ad­jointe, elle a re­joint en 2002 feu «Pa­ri Jeu­nesse» comme ani­ma­trice et, de­puis, n’a pas quit­té Car­ros. «Un vil­lage où tout le monde se connaît, c’est ce qui fait sa force » dit de la ville nou­velle cette Gat­tié­roise, qui a été conseillère mu­ni­ci­pale dans son vil­lage. À Car­ros, le centre so­cial avait été pro­je­té en 2009 en plein sec­teur « po­li­tique de la Ville ». Il a été inau­gu­ré trois ans plus tard : Cé­line était dé­jà là, à sa créa­tion. L’équipe comp­tait alors 18 per­sonnes, contre 9 au­jourd’hui. Baisse des fi­nances et ré­or­ga­ni­sa­tion obligent. Ren­contre avec une di­rec­trice qui tient à gar­der son bu­reau « en bas, à l’en­trée du Centre. Et gar­der ma porte ou­verte pour ne pas perdre le sens du pro­jet ».

Qu’est-ce que ça change de prendre la di­rec­tion ?

D’abord la ges­tion fi­nan­cière, une grande nou­veau­té, et les re­la­tions avec les fi­nan­ceurs, pour leur ex­po­ser les pro­jets. Je vais de­voir re­cher­cher des fi­nan­ce­ments, au­près des ins­ti­tu­tion­nels de nou­veaux par­te­naires en ré­pon­dant à des ap­pels à pro­jets. La ges­tion ad­mi­nis­tra­tive aus­si, avec une vi­sion du pro­jet du centre so­cial à long terme, pour le co-construire avec tous les par­te­naires. Il fau­dra aus­si gé­rer l’ac­com­pa­gne­ment pé­da­go­gique de l’équipe, ce­lui du Conseil

Cé­line Mar­ti­ni,  ans, a pris la suc­ces­sion de Fré­dé­ric Fran­zin à la tête de la Pas­se­relle.

d’ad­mi­nis­tra­tion. Mais je conti­nue­rai les ani­ma­tions au col­lège le mar­di pour ne pas m’en­fer­mer dans ma tour d’ivoire et gar­der les pieds sur terre. D’ailleurs ce soir j’ai soi­rée ra­clette avec les ados !

Quels nou­veaux en­jeux pour le centre so­cial ?

En pre­mier lieu, créer des liens de proxi­mi­té avec le po­ten­tiel de  nou­velles fa­milles aux Plans, même si on ancre la Pas­se­relle de­puis des an­nées sur l’en­semble de la com­mune. Par exemple on ouvre aux jeunes la salle des Plans place Fres­co­li­ni tous les mer­cre­dis de  à  h, et une fois par mois à toutes les gé­né­ra­tions, on vient de le faire avec un ate­lier scien­ti­fique pa­rents-en­fants et les Pe­tits dé­brouillards. Pour fa­vo­ri­ser l’im­pli­ca­tion des ha­bi­tants dans la vie de leur ville on les aide à concré­ti­ser des ini­tia­tives ci­toyennes, on monte des ani­ma­tions de proxi­mi­té. Et puis en   on doit ré­écrire notre pro­jet pour -…

Ré­écrire le pro­jet, qu’est ce que ça veut dire ?

On monte une com­mis­sion où ha­bi­tants, par­te­naires, élus vont dé­battre et don­ner des idées (Pho­to Sé­bas­tien Bo­tel­la)

qu’on met­tra en oeuvre les quatre ans qui suivent, se­lon nos moyens. On ver­ra avec les ha­bi­tants ce qu’ils veulent chan­ger au fonc­tion­ne­ment ac­tuel, les nou­veau­tés qu’ils veulent ap­por­ter…

Quelles nou­veau­tés ?

D’abord la trans­for­ma­tion du rezde-chaus­sée en lu­do­thèque per­ma­nente, pour que le hall de­vienne un vrai lieu de vie et plus un lieu de pas­sage. Jusque-là on al­lait ap­por­ter des jeux au pied des im­meubles et au gym­nase, là on dé­mé­nage tout pour of­frir un lieu où pa­rents et en­fants pour­ront se po­ser au chaud, les ados jouer à des jeux de so­cié­té… Pour ce faire, on a dé­cloi­son­né les fonc­tions des ani­ma­teurs, ils tra­vaillent tous trans­ver­sa­le­ment, sur l’en­semble des pro­jets. De­main on or­ga­nise une grande jour­née lu­dique salle Eco­vie [voir ci des­sous], et une nou­velle ver­sion de la fête des femmes du  mars. On se­ra plus sur du fond, avec des films et des dé­bats, du théâtre fo­rum, et à la place du bien être et des loi­sirs plus de créa­tion de pro­jets. On va aus­si lan­cer des pro­jets plus struc­tu­rés pour les jeunes, les for­mer au web re­por­tage sur des ques­tions d’ac­tua­li­té. On vou­drait aus­si qu’ils aient une émis­sion sur Fré­quence K. En­fin, pour que les adhé­rents soient ac­teurs de leur par­cours cultu­rel, on ira au théâtre deux fois par mois dans tout le dé­par­te­ment. Tout ça se­ra su­bor­don­né aux fi­nan­ce­ments…

Une der­nière ac­tion ?

Le de­voir de mé­moire, la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions. ça va com­men­cer par la vi­site du « Camp des Milles» à Aix-enP­ro­vence. On va étu­dier les moyens de pas­ser du stade de mi­no­ri­té pen­sante à ce­lui de ma­jo­ri­té agis­sante, en s’as­so­ciant à la e ci­toyenne de Paul Lan­ge­vin, et en or­ga­ni­sant des tables rondes sur le ra­cisme, ain­si qu’une ac­tion avec toutes les classes de CM.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.