31 ans et fu­tur pré­sident de l’OGC Nice

Gau­thier Ganaye va de­ve­nir dans les pro­chains jours pré­sident de l’OGC Nice. Agé de 31 ans, il oc­cupe ac­tuel­le­ment le poste de di­rec­teur gé­né­ral à Barns­ley (D3 an­glaise). Por­trait

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - La Une - VINCENT MENICHINI

ANice, la ré­vo­lu­tion est en marche. Elle a été pré­ci­pi­tée par l’an­nonce des dé­parts de Jean-Pierre Ri­vère et Ju­lien Four­nier qui vont être rem­pla­cés dans les pro­chains jours par un seul homme, en la per­sonne de Gau­tier Ganaye. Agé de 31 ans, il oc­cupe ac­tuel­le­ment le poste de di­rec­teur gé­né­ral à Barns­ley (D3 an­glaise), club qu’il a re­joint à l’été 2017. C’est un ami bri­tan­nique - il a vé­cu six mois à Leeds - qui le pré­vient qu’un ca­bi­net de re­cru­te­ment a été man­da­té pour dé­ni­cher la perle rare. Ganaye n’hé­site pas une seule se­conde, se rend à Man­ches­ter pour un pre­mier en­tre­tien. Il y en au­ra d’autres. A chaque fois, le na­tif du Pas-de-Ca­lais fait forte im­pres­sion avec sa connais­sance très poin­tilleuse de l’en­vi­ron­ne­ment de Barns­ley ou sa maî­trise par­faite de la langue de Sha­kes­peare. Au bout d’un long pro­ces­sus, Ganaye est l’heu­reux élu. Il n’a que 30 ans, mais cet an­cien joueur ama­teur à Saint-Omer, do­té d’une bonne patte gauche, n’est pas du genre à perdre du temps. C’est au Ra­cing club de Lens qu’il se fait les dents, dont cer­tains es­timent qu’elles « rayent le par­quet », et qu’il dé­ve­loppe son ré­seau tout en re­pous­sant la no­to­rié­té. « Un mec de l’ombre, qui ne cher­chait pas à se mettre en avant », se sou­vient An­toine Pla­cer, jour­na­liste à la Voix du Nord et en charge du sui­vi du Ra­cing à l’époque. Au sein de son club de coeur, ce fan d’Eric Si­ko­ra gra­vit tous les éche­lons. Un stage, d’abord, en pa­ral­lèle de ses études en droit des af­faires, puis un poste de res­pon­sable du ser­vice ju­ri­dique après avoir ter­mi­né ma­jor de sa pro­mo­tion à l’uni­ver­si­té de Lille et ré­di­gé un mé­moire sur les moyens ju­ri­diques, fi­nan­ciers et fis­caux per­met­tant d’ac­croître la com­pé­ti­ti­vi­té des clubs fran­çais. Chez les Sang et Or, il ac­com­pagne Ger­vais Mar­tel quand ce der­nier re­prend la main, en 2013, avec l’ap­pui du Cré­dit Agri­cole et de l’im­pro­bable re­pre­neur aze­ri Ha­fiz Mam­ma­dov. Ra­pi­de­ment, Ganaye tourne en rond et ne se contente plus de la ré­dac­tion des contrats. Il le fait sa­voir à son su­pé­rieur Xa­vier Thui­lot (exLOSC), l’un de ses men­tors dans le mi­lieu du foot­ball à qui il a an­non­cé, dès sa­me­di, qu’il al­lait de­ve­nir pré­sident de l’OGC Nice. « Au bout de six mois, il est ve­nu me voir pour me dire qu’il vou­lait évo­luer. Mais au­des­sus de lui, c’était moi, nous a confié Thui­lot, qui porte un re­gard bien­veillant sur son an­cien pro­té­gé qui prend sa re­lève en 2016 pour de­ve­nir di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment du club ar­té­sien. Son im­pa­tience, c’est son pe­tit dé­faut mais rien d’anor­mal compte te­nu de son âge. » « Ce­la s’est très bien pas­sé entre nous, pour­suit l’an­cien di­rec­teur gé­né­ral ad­joint du RC Lens. C’est un mec vrai­ment in­tel­ligent qui a fait preuve d’écoute du­rant toute notre pé­riode de col­la­bo­ra­tion. Il n’était pas pré­ten­tieux mais n’aime pas quand ça ron­ronne. C’est une bonne nou­velle pour le foot­ball fran­çais d’avoir de nou­veaux vi­sages. Il a un énorme po­ten­tiel et sort d’une belle ex­pé­rience à l’étran­ger. » Ma­rié à une Ecos­saise et père d’un pe­tit gar­çon, Ganaye mène une vie à cent à l’heure. Hy­per-con­nec­té, adepte des ré­seaux so­ciaux et ins­pi­ré du mo­dèle an­glo­saxon dans la ges­tion d’une en­tre­prise, il a un oeil sur tout et n’au­rait pas l’in­ten­tion de s’ad­joindre les ser­vices d’un di­rec­teur spor­tif. « Il a eu un pe­tit coup de pouce du des­tin car quand il va à Barns­ley les pro­prié­taires ne sont pas en­core ceux qui dé­tiennent Nice », es­time Thui­lot. A 31 ans, Ganaye au­ra-t-il les épaules pour ac­com­pa­gner le pro­jet du Gym ? Qu’en se­ra-t-il si les ré­sul­tats ve­naient à dé­grin­go­ler et à su­bir les pre­mières pres­sions d’un pu­blic pas tou­jours com­mode ? En mai der­nier, il avait fait front, au cô­té de son en­traî­neur, pour af­fron­ter l’agres­si­vi­té des mé­dias bri­tan­niques ve­nus lui de­man­der des comptes après la re­lé­ga­tion de Barns­ley. « Il est cos­taud », as­sure Thui­lot, op­ti­miste pour l’ave­nir du club. « Ce­la peut don­ner un nou­veau souffle au pro­jet de l’OGC Nice. » Une hy­po­thèse que n’ont pas dé­men­tie Jean-Pierre Ri­vère et Ju­lien Four­nier, ven­dre­di, face aux jour­na­listes. « Des di­ri­geants comme nous, il y en a plein », a pré­ten­du “JPR” qui va donc pas­ser le té­moin à Gau­thier Ganaye, de trente ans son ca­det et qui ne s’at­ten­dait pas à un tel em­bal­le­ment. « Il va chan­ger de di­men­sion, pose Xa­vier Thui­lot qui lui pro­met des pro­chaines se­maines très in­tenses. Il ar­rive dans un grand club, bien pla­cé en Ligue 1 et va de­voir ré­pondre à un tas de de­mandes. » Les nôtres, pour l’heure, sont res­tées lettres mortes. Le fu­tur boss a fait le choix de ne pas se dis­per­ser à un mo­ment char­nière de sa vie et de gar­der toute son éner­gie avant sa prise de fonc­tions qui de­vrait in­ter­ve­nir après le mer­ca­to hi­ver­nal.

‘‘ Un dé­faut ? Son im­pa­tience mais c’est de son âge” ‘‘ Barns­ley est un an­cien bas­sin mi­nier qui a du mal à mu­ter éco­no­mi­que­ment, avec ses dif­fi­cul­tés éco­no­mi­co-so­ciales. Tu sens que la vie ici, ce n’est pas la Côte d’Azur.” Dans So Foot, oc­tobre 2017

(Ph. Barns­ley FC)

Gau­thier Ganaye a in­for­mé ses proches qu’il al­lait de­ve­nir pré­sident du Gym. Un im­mense dé­fi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.