Paal, l’art de l’alu­mi­nium

Ins­tal­lée à Contes, l’une des ré­fé­rences fran­çaises de la me­nui­se­rie alu­mi­nium re­vampe son image en mi­sant sur les ré­seaux so­ciaux et... l’art ! Un pa­ri au­da­cieux de sa di­ri­geante

Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées) - - L’économie -

Des ra­cines en acier so­li­de­ment an­crées dans le ter­ri­toire ! Nor­mal quand on s’ap­pelle Paal (pour Pro­fi­lés Acier et Al­liages lé­gers) et que l’on est de­puis plus de soixante ans spé­cia­liste de la me­nui­se­rie alu­mi­nium. Fe­nêtres, portes, vo­lets, gar­de­corps et autres baies cou­lis­santes... n’ont plus de se­cret pour cette en­tre­prise ins­tal­lée à Contes dans la val­lée du Paillon. Di­ri­gée de­puis 2008 par Ch­ris­tine Sca­ra­moz­zi­no, la fille de l’un des deux co­fon­da­teurs, elle est de­ve­nue l’une des ré­fé­rences fran­çaises du sec­teur et sur­tout la seule en­tre­prise fa­mi­liale du mé­tier de concep­teur gam­miste qui tient tête aux grands groupes in­ter­na­tio­naux. « Un peu comme un pe­tit village gau­lois - mais dans le Sud », s’amuse la di­ri­geante qui, de­puis son ar­ri­vée, fait souf­fler un vent de mo­der­ni­té dans cet uni­vers très tech­nique, no­tam­ment en créant une Fon­da­tion d’en­tre­prise liée à l’art et en or­ga­ni­sant des concours avec des col­lé­giens.

Pour les pro­fes­sion­nels

Re­tour en ar­rière. En 1958, deux frères, Pas­cal et Do­mi­nique Sca­ra­moz­zi­no s’ins­pirent de leur père qui fait du re­cy­clage et de la re­vente de mé­taux pour se lan­cer à Nice dans le né­goce à des­ti­na­tion des pro­fes­sion­nels de pro­duits neufs et d’acier aux di­men­sions hors normes (plus de 6,5 m). Paal est né. Pres­sen­tant que l’alu­mi­nium de­vien­drait le ma­té­riau de pré­di­lec­tion en me­nui­se­rie du bâ­ti­ment pour sa du­ra­bi­li­té, ré­sis­tance et bon rap­port qua­li­té-prix, les di­ri­geants com­mer­cia­lisent des pro­fi­lés en alu et pro­fitent plei­ne­ment du boom im­mo­bi­lier azu­réen des an­nées 60-70. Après le dé­cès ac­ci­den­tel de son frère en 1970, Do­mi­nique Sca­ra­moz­zi­no, res­té seul aux com­mandes, va créer un bu­reau d’études qui lui per­met­tra d’avoir une meilleure com­pé­ti­ti­vi­té et de dé­ve­lop­per son ac­ti­vi­té de gam­miste en lan­çant ses propres lignes de pro­duits. Le ca­ta­logue de Paal compte dé­sor­mais pas moins de 7 000 ré­fé­rences dans le­quel ses quelque 700 clients font leur mar­ché.

Proxi­mi­té et ré­ac­ti­vi­té

En 1985, un di­plôme d’éco­no­mie en poche, Ch­ris­tine Sca­ra­moz­zi­no entre par la pe­tite porte chez Paal où elle fait J’y tiens, ce­la fait par­tie de notre pa­tri­moine. » Autres sin­gu­la­ri­tés de Paal : sa flexi­bi­li­té et sa ré­ac­ti­vi­té. L’en­tre­pôt de 7 000 m2 de Contes où l’en­tre­prise a em­mé­na­gé dans les an­nées 90 abrite un stock consi­dé­rable qui per­met «àun client de ré­cu­pé­rer sa com­mande sous 48 heures ». Si la tech­nique n’est pas le point fort de la di­ri­geante qui avoue s’ap­puyer sur son bu­reau d’études, elle ap­porte sa vi­sion fé­mi­nine dans ce mé­tier très mas­cu­lin « Où les plans sont au mi­cron près : c’est très violent pour la créa­tive que je suis. » Outre la fé­mi­ni­sa­tion de ses équipes - « Nous sommes pra­ti­que­ment à la pa­ri­té hommes-femmes », elle crée en 2015 un sho­wroom où sont mis en scène et en va­leur les pro­duits conçus par Paal. « Les ar­chi­tectes, pres­crip­teurs, maîtres d’oeuvre... avec qui nous tra­vaillons y viennent avec leurs clients grand pu­blic pour avoir ac­cès à nos ré­fé­rences. »

L’art dans un monde ul­tra­tech­nique

Cette même an­née a vu la nais­sance de la Fon­da­tion d’en­tre­prise Paal « parce que j’aime le monde de l’art et de l’en­tre­prise. Outre le mé­cé­nat, la fon­da­tion a pour ob­jet de créer des sy­ner­gies entre l’in­dus­trie, l’art et les études. » Une fa­çon dé­ca­lée de faire par­ler de l’en­tre­prise et de va­lo­ri­ser l’alu­mi­nium dans des pro­jets ar­tis­tiques et ar­chi­tec­tu­raux. Après avoir in­tro­duit des oeuvres d’art au sein de l’en­tre­prise pour sen­si­bi­li­ser ses col­la­bo­ra­teurs « Nous en avons une qua­ran­taine d’ar­tistes lo­caux » -, la pré­si­dente de Paal est al­lée plus loin en or­ga­ni­sant fin juin le 1er concours ar­tis­tique « On n’est rien sans les autres ». Cette fois, l’ob­jec­tif est de va­lo­ri­ser les mé­tiers tech­niques et ma­nuels au­près des col­lé­giens, tou­jours en uti­li­sant le vec­teur de l’art. « Notre mé­tier ne peut pas exis­ter si la

(Pho­to K.W.)

La di­ri­geante de l’en­tre­prise in­dus­trielle ins­tal­lée à Contes fait en­trer l’art dans un uni­vers très tech­nique : la me­nui­se­rie alu­mi­nium.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.