Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées)

Un parfum de regrets

Alors qu’il n’a pas démérité, mené (2-1) et envoyé sur le poteau un palet de 3-1, le Nice Hockey a buté sur Rouen (3-5), hier. Un revers concédé dans les 2 dernières minutes. Cruel…

- CHRISTOPHE­R ROUX

C’est une fâcheuse habitude qu’ils n’arrivent toujours pas à stopper. Les Aigles ont subi une énième défaite contre Rouen, hier soir (3-5). Depuis leur accession à l’élite en 2016, ils n’ont décroché qu’un succès en dix-sept matchs face aux Dragons. Une victoire obtenue le 15 octobre 2017 en Normandie (3-6) mais dont le souvenir, hier soir, n’était pas loin d’être ravivé. Le RHE76 a dû s’employer pour ramener des points de Jean-Bouin, comme l’avait déjà fait Grenoble avant lui le 26 septembre dernier (2-4). Tandis qu’Angers avait été, lui, victime de ces Niçois difficiles à manoeuvrer dans leur nid. Stan Sutor et son staff ne sont pas des scientifiq­ues ravagés par la folie. Ils n’inventent rien de farfelu sur le plan tactique.

Vieilles recettes

Pour enquiquine­r les cadors de Ligue Magnus, le coach azuréen s’appuie sur les vieilles recettes de grandmère qu’offre le hockey. Des palets envoyés derrière la cage adverse pour mettre la pression, un bloc médian chargé d’occuper la zone neutre, couper les lignes de passes et gratter des palets devant le slut adverse. Simple comme bonjour. Nice a bien été cueilli à froid, sur un lancer de Crinon et une déviation de Vigners (01, 4’), mais la réaction a été immédiate. Pressé par Knotek, Carminati relançait dans la crosse de Dusek qui remettait à Knotek (1-1, 13’). Les power-plays entraient ensuite en action dans un T2 où le cocotier normand se voulait secoué dans tous les sens.

Et si Bagin avait marqué...

Cardin filait en prison et Matai, bien aidé par le trafic devant le but de Pintaric, donnait l’avantage aux Azuréens (2-1, 27’). Sur une situation identique, Flood trompait Stojanovic (2-2, 39’), alors que Bagin venait, quelques secondes auparavant, d’envoyer son lancer sur le montant rouennais. Un tournant. Rien ne dit que les Aigles l’auraient emporté si le Slovaque avait fendu les filets, mais les visiteurs auraient pris un coup sur la carafe. Au lieu de ça, ils ont profité du T3 pour ramener trois points tirés par les cheveux. Le NHE dilapidait deux supériorit­és et Deschamps jouait le Père fouettard (2-3, 48’). Mais Hrehorcak & Co ne baissaient pas pavillon et Knotek faisait claironner Jean-Bouin (3-3, 55’). On filait droit en prolongati­on quand un changement de ligne niçois mal négocié permettait à Nesa de clouer sur place Stojanovic (3-4, 59’). Vigners, lui, sévissait pour du beurre en cage vide (3-5, 60’). Un final similaire à celui que les Aigles avaient traversé contre Grenoble en ouverture : plein de regrets. Ce revers n’empêche pas ce NHE d’avoir de la gueule. Une trogne charmante qui appelle à des lendemains joyeux. Mais il lui faudra, désormais, saisir les grandes occasions quand elles se présentent.

 ?? (Photos Dylan Meiffret) ?? Hier, face à Rouen, Kristjan Cepon et les Aigles n’ont pu rééditer la même performanc­e que contre Angers.
(Photos Dylan Meiffret) Hier, face à Rouen, Kristjan Cepon et les Aigles n’ont pu rééditer la même performanc­e que contre Angers.
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France