Nice-Matin (Nice Littoral et Vallées)

Lieuche : la Nativité de Brea, souvenir de la peste noire

Peint en 1499 pour le village, alors préservé de l’épidémie, le retable a attiré, avant le confinemen­t, des amateurs du monde entier. Une affluence accrue après l’émission SOS villages

- Textes et photos Valérie Allasia vallasia@nicematin.fr

On vient du monde entier voir le retable de Ludovic Brea. C’est extraordin­aire. » Depuis leur arrivée fin août, les nouveaux aubergiste­s du Nid d’aigle (1) gardent la clé de NotreDame de l’Annonciati­on. Ils n’en reviennent pas. Depuis leur passage dans l’émission de TF1 SOS villages, énorme vecteur, l’afflux vers le tableau s’est accru et, pour déjeuner, il faut réserver. Depuis, le confinemen­t a été acté... Lieuche a été dans les premières communes à intégrer la « route des Brea », qui mène par des lacets escarpés au retable de l’Annonciati­on. Il a passé dix-sept ans au Louvre. « C’était pour restaurati­on, on ne voulait pas nous le rendre. Il a fallu se battre » se rappelle Denise Leiboff, maire depuis trente ans et fille de la précédente édile.

Un acte de foi de  ans

La porte de la petite église accolée à la minuscule mairie franchie, l’oeil se pose sur un pur acte de foi. Vieux de 521 ans, le tableau sur bois entouré de fines colonettes dorées est l’un des mieux conservés du peintre primitif niçois (2).

La finesse et la douceur des visages qu’il a peints ont fait la réputation et celle des peintres de son atelier niçois de la rue Barillerie. Au centre, l’archange Gabriel vient faire son annonce à Marie. Tous les personnage­s subtilemen­t peints à l’huile sont auréolés d’or fin, signe de la sainteté. À gauche, au pied de Saint-Louis, évêque de Toulouse au visage expressif, le donateur et commandita­ire de l’oeuvre figure à genoux. C’est le prieur de l’église, Louis

Lausi, dont le nom est mentionné au bas du tableau, avec sa date d’achèvement : le 15 janvier 1499.

Une oeuvre en ex-voto

La commande de cette oeuvre précieuse est un ex-voto à la

Vierge Marie. Alors que la peste noire dévastait la région, le village, sur la voie de passage de crêtes entre et a été épargné. À droite, Saint-Antoine ermite et son bâton en croix de Tau. En haut, la Crucifixio­n… Où figure la colline au sud du village. Les saints, porteurs des emblèmes naïfs de leurs martyres, ornent le reste des neuf panneaux. Sur la partie centrale inférieure, de part et d’autre du Christ bénissant, qui tient le globe du monde, les douze apôtres. Il est encadré dans un style plus tardif à angelots, baroque comme le tabernacle doré à l’or fin.

Tentative de vol

Inestimabl­e, l’oeuvre a fait l’objet d’une tentative de vol voilà une dizaine d’années, sans doute pour un commandita­ire, car elle n’aurait pu être mise à la vente. Depuis, un solide système d’alarme la protège. Avec la vigilance de tout un village. 1. 04.93.02.06.83. 2. Détails sur : cerclebrea.com

 ??  ?? La Nativité de Brea, trésor du village et du patrimoine du Comté de Nice.
La Nativité de Brea, trésor du village et du patrimoine du Comté de Nice.

Newspapers in French

Newspapers from France