Christine Angot, Syl­vie Ohayon, Ab­del­lah Taïa, Marcela Iacub

Numéro Homme - - Guest List -

Dès la pu­bli­ca­tion de L’In­ceste en 1999, qui se ven­dra à près de cin­quante mille exem­plaires, la critique s’est re­pue de l’écri­ture crue et cli­nique de Christine Angot, sans trop sa­voir com­ment en jouir plei­ne­ment. Entre le ré­cit du viol que lui a fait su­bir son père, son his­toire d’amour avec le rap­peur Doc Gy­né­co et ses deux pro­cès pour at­teinte à la vie pri­vée, l’au­teur de Ren­dez-vous – prix de Flore en 2006 – n’a ja­mais quit­té les feux des pro­jec­teurs. Pour cette adepte de la vé­ri­té sans fard, et mo­ra­liste au­to­pro­cla­mée, glo­ser ici sur le culte de l’élé­gance (p. 208) de­vient une sa­lu­taire oc­ca­sion de re­mettre les pen­dules à l’heure en raillant le mau­vais goût des (nou­veaux) riches. Loin de can­ton­ner la vie à un vul­gaire par­cours hip­pique, Syl­vie Ohayon s’at­tarde pour­tant, dans ses deux ro­mans, sur le saut d’une bar­rière : celle qui sépare Pa­ris de sa ban­lieue. Ori­gi­naire de La Cour­neuve, l’an­cienne étu­diante en lettres de­ve­nue plus tard publicitaire dé­crit, à tra­vers ses ré­cits pé­tris d’hu­mour, la né­ces­saire adap­ta­tion qui fut la sienne. Elle se livre ici à une ana­lyse douce-amère du pou­voir de l’ar­gent sur les es­prits (p. 196), et dis­tille dans son texte les ob­ser­va­tions tendres dont elle fait aus­si preuve dans Les Bour­geoises, son der­nier ou­vrage, pa­ru après Pa­pa Was Not a Rol­ling Stone – prix de la Clo­se­rie des Li­las 2011. Exi­lé à Pa­ris pour cause d’ho­mo­sexua­li­té ou­ver­te­ment dé­cla­rée, le Ma­ro­cain Ab­del­lah Taïa dé­ploie sa prose de­puis la ca­pi­tale fran­çaise, telle une main ten­due au-des­sus de la Mé­di­ter­ra­née. À ses jeunes com­pa­triotes dont les dé­si­rs d’éman­ci­pa­tion ploient sous le poids des tra­di­tions, il offre des ro­mans tels que L’Ar­mée du sa­lut, Le Jour du roi – qui lui vau­dra le prix de Flore 2010 – ou In­fi­dèles (2012). À tra­vers ses ré­cits truf­fés de dé­tails vé­ri­diques, l’au­teur ci­sèle une fresque nour­rie de vio­lence aveugle. Hon­ni des is­la­mistes mais sou­te­nu par Fré­dé­ric Mit­ter­rand, grand connais­seur des beau­tés nord-afri­caines, Ab­del­lah Taïa exa­mine ici le culte du se­cret ( p. 140). Avo­cate à Bue­nos Aires à l’âge de 21 ans, puis cher­cheuse au CNRS, le par­cours en ligne droite de Marcela Iacub se confirme avec la pu­bli­ca­tion de deux ou­vrages ( Le crime était presque sexuel et Une so­cié­té de vio­leurs ?). Pour­fen­deuse de la mo­rale, par­ti­sane du droit à la pros­ti­tu­tion, l’écri­vaine pousse l’in­con­ve­nance jus­qu’à éta­ler, dans Belle et Bête, son pre­mier ro­man, les dé­tails de sa liai­son avec Do­mi­nique Strauss-Kahn. En évo­quant le culte de la jeu­nesse pour Nu­mé­ro Homme (p. 170), cette vé­gé­ta­rienne, convain­cue que l’on peut trou­ver du bon dans le co­chon, in­ter­roge la ma­croé­co­no­mie so­ciale ta­pie dans l’ombre des pe­tits com­merces nar­cis­siques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.