Montres.

Par Da­vid Cho­kron

Numéro Homme - - Sommaire - par Da­vid Cho­kron, pho­tos Bru­no Car­len, réa­li­sa­tion Jean Mi­chel Clercw

1 note L.U.C TECH STRIKE ONE, CHOPARD. Une note, c’est tout ce que joue ce mo­dèle. Il s’agit d’une son­ne­rie au pas­sage. À chaque fois que la montre at­teint l’heure sui­vante, au pas­sage donc, elle sonne un coup – “one strike”. Si la com­pli­ca­tion est clas­sique, l’exé­cu­tion ne l’est pas. Dans cette va­riante Tech, la Strike One opte pour un ca­dran ajou­ré et des chiffres ro­mains sque­let­tés ( lais­sant ap­pa­raître le mé­ca­nisme), sus­pen­dus telles des notes de mu­sique qui au­raient quit­té leur par­ti­tion. Boî­tier de 40,5 mm en or rose sur bra­ce­let en al­li­ga­tor. Ca­dran ajou­ré. Mou­ve­ment à re­mon­tage au­to­ma­tique avec heures, mi­nutes, pe­tite se­conde, date, son­ne­rie au pas­sage. 49 500 €. 2 notes ES­CALE RÉ­PÉ­TI­TION MI­NUTES, LOUIS VUIT­TON. Deux notes, c’est le grand clas­sique de l’hor­lo­ge­rie. Cette montre est une ré­pé­ti­tion mi­nutes : elle ré­pète l’heure au­tant de fois qu’on le lui de­mande, en son­nant à la mi­nute près, d’où l’ex­pres­sion. Plus de deux cents pièces mi­nus­cules et en in­ter­ac­tion sont dé­diées à l’in­di­ca­tion du temps en tin­tant har­mo­nieu­se­ment. Une note pour les heures, une croche pour les quarts, l’autre note pour les mi­nutes. Pas be­soin de re­gar­der, il suf­fit d’écou­ter, et de re­com­men­cer. Boî­tier de 44 mm en ti­tane et or rose. Ca­dran peint à la main. Mou­ve­ment à re­mon­tage ma­nuel, heures, mi­nutes, ré­pé­ti­tion mi­nutes, heures uni­ver­selles. 280 000 €. 3 notes CA­RILLON TOUR­BILLON ULTRANERO, BULGARI. Trois notes, c’est une ra­re­té. Au lieu de son­ner une croche pour in­di­quer les quarts, cette créa­tion joue un trio­let, trois notes rap­pro­chées : c’est ce que l’on nomme un ca­rillon. Elle fait ain­si bas­cu­ler dans la mo­der­ni­té une fonc­tion­na­li­té clas­sique, qui re­monte aux hor­loges de clo­cher, c’est- à- dire au Moyen Âge. Son boî­tier noir Ultranero aux formes uniques ren­ferme éga­le­ment un tour­billon, ce qui ren­force sa ri­chesse hor­lo­gère… et le spec­tacle. Boî­tier de 45 mm en ti­tane DLC noir sur bra­ce­let en al­li­ga­tor. Mou­ve­ment à re­mon­tage ma­nuel avec tour­billon, heures, mi­nutes, pe­tite se­conde, ré­pé­ti­tion mi­nutes sur ca­rillon. 250 000 €. 4 notes THE CHARMING BIRD, JAQUET DROZ. Avec quatre notes, cette pièce de pres­tige ne donne pas l’heure en mu­sique mais siffle, lit­té­ra­le­ment. L’oi­seau chan­teur était un clas­sique du XVIIIe siècle, ré­ser­vé aux grands de ce monde. Les frères Jaquet Droz en étaient des spé­cia­listes. Un sys­tème de tubes et de pis­tons crée sa mé­lo­die, qui a tout d’un pé­pie­ment. L’oi­seau est dans cette cage qu’est la montre. Mi­nia­ture, il bat des ailes, presque vi­vant, pen­dant qua­si­ment une mi­nute. Une montre unique, en­chan­te­resse. Boî­tier de 47 mm en or rouge sur bra­ce­let en al­li­ga­tor. Mou­ve­ment à re­mon­tage au­to­ma­tique, heures, mi­nutes, au­to­mate oi­seau chan­teur. 407 000 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.