Pas de prix

Numéro Homme - - Art -

On nous l’as­sure, l’ins­tal­la­tion ori­gi­nale de Ch­ris­tian Bol­tans­ki – mo­nu­ment vi­vant de l’art fran­çais –, dans le dé­sert d’Ata­ca­ma, au Chi­li, n’est pas à vendre. Les huit cents clo­chettes ja­po­naises d’Ani­mi­tas, fixées sur de longues tiges des­si­nant la carte du ciel vi­sible la nuit de la nais­sance de l’ar­tiste, le 6 sep­tembre 1944, conti­nue­ront donc à tin­ter en Amé­rique du Sud pour créer une “mu­sique des âmes”. À moins qu’un col­lec­tion­neur ne trouve le deal insolite qui convain­cra le Fran­çais de la cé­der. En 2009, Ch­ris­tian Bol­tans­ki a ain­si conclu un mar­ché in­édit avec le mil­liar­daire tas­ma­nien Da­vid Walsh : comme oeuvre ul­time, il a ac­cep­té d’être fil­mé nuit et jour dans son ate­lier. Les images, re­trans­mises en di­rect dans une ca­verne de Tas­ma­nie, ont été ache­tées en via­ger… pour une du­rée de huit ans. Afin de ren­ta­bi­li­ser son in­ves­tis­se­ment, l’ac­qué­reur a donc pa­rié sur la mort du plas­ti­cien avant no­vembre de cette an­née. Ani­mi­tas ( 2014), de Ch­ris­tian Bol­tans­ki.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.