Têtes d’af­fiche.

Cow- boy, dé­tec­tive sombre et mys­té­rieux, dan­seur de cla­quettes ou per­vers vi­cieux… au ci­né­ma, le cha­peau est plus qu’un ac­ces­soire : il dé­fi­nit sou­vent un per­son­nage. La preuve par quatre exemples de l’his­toire du sep­tième art à imi­ter – ou pas –, clas­sé

Numéro - - Sommaire - Par Del­phine Roche, pho­tos Bru­no Car­len, réa­li­sa­tion Jean Mi­chel Clerc

1949

Sur l’af­fiche du Troi­sième Homme, de Ca­rol Reed, fi­gure Orson Welles, plon­gé dans la pé­nombre, vê­tu d’un long im­per­méable et coif­fé d’un fe­do­ra. Dans cette mer­veille ci­né­ma­to­gra­phique comme dans tout film noir, le fe­do­ra est bien plus qu’un ac­ces­soire, plus qu’un cos­tume : il par­ti­cipe à la construc­tion du ré­cit, qui voit im­man­qua­ble­ment s’af­fron­ter plu­sieurs hommes, pa­reille­ment cha­peau­tés, au­tour de concep­tions di­ver­gentes du bien et du mal. Traî­trises, in­trigues, meurtres à tous les étages : quand on vit cette vie- là, au­tant le faire avec élé­gance, en choi­sis­sant un feutre de la plus belle qua­li­té, sé­lec­tion­né par Her­mès, évi­dem­ment.

Cha­peau en feutre de la­pin, 435 e, www. hermes. com

1952

Dans la scène my­thique de Chan­tons sous la pluie, sor­ti sur les écrans en 1952, Gene Kel­ly dé­laisse son pa­ra­pluie pour s’adon­ner à un édi­fiant nu­mé­ro de cla­quettes, goû­tant béa­te­ment la pluie qui dé­gou­line de son fe­do­ra. En 2018, à l’époque des tech­no­lo­gies nu­mé­riques et de l’iP­hone, la so­cié­té a évo­lué, et il n’est plus né­ces­saire d’opé­rer un choix cor­né­lien entre un pa­ra­pluie et un couvre- chef. Sor­tez donc vrai­ment cou­verts, avec un cha­peau­pa­ra­pluie, et faites- en un em­blème de style en adop­tant ce mo­dèle frap­pé du double F de Fen­di. Pour as­su­rer le coup, por­tez- le avec un im­per­méable as­sor­ti, et vous pour­rez vous li­vrer sans crainte à n’im­porte quelle danse de rue.

Cha­peau- pa­ra­pluie en Ny­lon, 280 e, www.fen­di. com

1971

Entre les an­nées 60, où il ac­com­pagne le flegme bri­tan­nique de Cha­peau me­lon et bottes de cuir, et les an­nées 70, où il se mêle aux di­vers sé­vices exer­cés par Alex, in­ter­pré­té par Mal­colm McDo­well, dans Orange mé­ca­nique, force est de consta­ter que le couvre- chef ron­douillard et bon­homme a spec­ta­cu­lai­re­ment chan­gé de bord. Pour ten­ter d’échap­per aux fan­tômes qui lui collent en­core au feutre près d’un de­mi- siècle plus tard, vous fe­rez bien de vous en re­mettre à un cha­pe­lier pa­ri­sien qui, dans son antre du IIe ar­ron­dis­se­ment, vous conte­ra des his­toires de codes, de fan­tai­sie et d’évo­lu­tion du ves­tiaire mas­cu­lin. Sou­riez, vous êtes sau­vé.

Cha­peau me­lon en feutre de laine, 170 e, www. an­tho­ny­pe­to. com

2005

Vous connais­sez bien sûr l’his­toire tra­gique d’En­nis Del Mar et de Jack Twist, les pro­ta­go­nistes du Se­cret de Bro­ke­back Moun­tain, qui avait bou­le­ver­sé les spec­ta­teurs lors de la sor­tie du film d’Ang Lee en 2005. Ho­mo­phobe ou pas, la pos­si­bi­li­té d’un meurtre par balle n’est ja­mais tout à fait à ex­clure de nos jours, sur­tout s’il vous vient l’en­vie sou­daine d’un road- trip dans la Sun Belt ou dans le Grand Ouest amé­ri­cain. Pour faire cou­leur lo­cale, vous fe­rez bien, par pru­dence, d’adop­ter un cha­peau ad hoc : ce­lui de la my­thique marque Stet­son, née en 1865, et qui a don­né son nom au fa­meux couvre- chef du même nom, em­blème de tous les cow- boys ju­chés sur des che­vaux ga­lo­pant dans la di­vine lu­mière du so­leil cou­chant.

Cha­peau de cow- boy en feutre de laine, 169 e, www. stet­son. com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.