Si­lence, on tourne !

On peut hé­ber­ger le tour­nage d’un film my­thique sans pour au­tant ga­gner la Palme d’or du bon goût et de la gas­tro­no­mie. No­tés sur 10, quatre res­tau­rants pa­ri­siens vivent, sous la plume acé­rée de notre re­por­ter in­fil­tré, leur Se­maine de la cri­tique.

Numéro - - Sommaire - par Fran­çois Si­mon

5/10

LA RE­NAIS­SANCE : In­glou­rious Bas­terds, Quen­tin Ta­ran­ti­no Cha­peau bas ! Ici même, Les Ri­poux ( Claude Zi­di, 1984) furent à leur sum­mum lorsque le jeune Thier­ry Lher­mitte ( Fran­çois) ap­prend l’al­pha­bet de la truan­de­rie. Sou­dai­ne­ment, le jeune flic à l’in­no­cence pro­vo­cante voit ap­pa­raître sur la table un châ­teau- latour sous le ri­ca­ne­ment car­nas­sier de Phi­lippe Noi­ret ( Re­né). Ta­ran­ti­no pas­sa par là éga­le­ment. Il ré­nove la ban­quette rouge pour y as­seoir Mé­la­nie Laurent et Da­niel Brühl pour le film In­glou­rious Bas­terds ( 2009). La scène est calme et, au­jourd’hui même, le réa­li­sa­teur ne scal­pe­rait pas le chef pour des nour­ri­tures conve­nues, un peu à l’en­vers mais bon en­fant ( tar­tare frites, bur­ra­ta aux pi­quillos). Quar­tier au poil.

112, rue Cham­pion­net, Pa­ris XVIIIe, www. bis­trot­la­re­nais­sance.fr

5,6/10

LE TRAIN BLEU : Ni­ki­ta, Luc Bes­son Le dé­cor est en­thou­sias­mant. Et clas­sé aux Mo­nu­ments his­to­riques avec ses fresques vé­ristes, ses al­lé­go­ries du voyage. On pour­rait y pas­ser le dî­ner la tête ren­ver­sée. Ce se­rait dom­mage. Non point que l’as­siette ex­celle (elle rame ba­na­le­ment), mais le lieu est un en­chan­te­ment. Certes, il y eut le ma­ré­chal Pé­tain. Mais aus­si Dalí, qui re­vint en­chan­té des toi­lettes – “J’ai réa­li­sé un des rêves de ma vie, faire pi­pi en voyant par­tir les trains” – et Ro­wan At­kin­son ( Mr. Bean). Un des films cultes reste Ni­ki­ta (1990), où Anne Pa­rillaud se voit re­mettre pour son an­ni­ver­saire un ma­gni­fique flin­got. En­suite, ça dé­fou­raille sec dans les cui­sines re­cons­ti­tuées dans des stu­dios à Pan­tin.

Gare de Lyon, Pa­ris XIIe, www. le- train- bleu.com

6,4/10

AU­BERGE PY­RÉ­NÉES CÉVENNES : OSS 117 – Le Caire, nid d’es­pions, Mi­chel Ha­za­na­vi­cius En 2006, il fal­lait ce genre de rade pa­ri­got pour bien en­ca­drer Jean Du­jar­din dé­am­bu­lant dans sa suf­fi­sance ado­les­cente et poi­lante. Car la blan­quette de Da­niel Cons­tan­tin est fa­meuse. Fran­çoise Cons­tan­tin, la pa­tronne, l’en­tend sou­vent. “Le tour­nage a du­ré une se­maine, en pleine ca­ni­cule, la sé­quence n’a du­ré que trois mi­nutes. Il y avait un tel ba­zar ici qu’à la fin je n’osais plus ve­nir.” Vous al­lez ado­rer ce res­tau­rant gouailleur, aux blagues vin­tage qui ar­rivent aus­si vite que la vaste cas­se­role de cas­sou­let. “At­ten­tion, queue chaude !” Tout est à l’ave­nant. Pour le reste, pi­chet de brouilly, va­che­rin mai­son mo­nu­men­tal s’écrou­lant sous la crème fouet­tée.

106, rue de la Fo­lie- Mé­ri­court, Pa­ris XIe, tél. 01 43 57 33 78.

7,6/10

AUX LYON­NAIS : Mi­nuit à Pa­ris, Woo­dy Al­len Ça, c’est Pa­ris. Ou presque. Plu­tôt Lyon, avec sa cui­sine gé­né­reuse, étour­dis­sante de ca­lo­ries, sau­cières et bon en­fant. Pas éton­nant que Woo­dy Al­len ait été at­ti­ré par les charmes bis­tro­tiers de cette adresse créée vers 1890. Tout le monde lui cou­rait après, il faut dire. Le Bris­tol l’ar­ra­cha aux autres pa­laces, et le pré­sident d’alors ( Ni­co­las Sar­ko­zy) eut la sur­prise de voir son épouse, Car­la Bru­ni, sol­li­ci­tée pour un rôle de guide ( fac­tu­ré 150 eu­ros). On sa­vou­re­ra le spec­ta­cu­laire comp­toir en bois re­cou­vert de zinc et d’étain, les lu­mi­naires style pom­pier, les splen­dides glaces bi­seau­tées. Et les que­nelles sauce Nan­tua, pi­lo­tées de loin par Alain Du­casse.

32, rue Saint- Marc, Pa­ris IIe, www. aux­lyon­nais.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.