Ne­neh Cher­ry. Pro­pos re­cueillis par Thi­baut Wy­cho­wa­nok, por­traits Wolf­gang Till­mans

Numéro - - Sommaire - Pro­pos re­cueillis par Thi­baut Wy­cho­wa­nok, por­traits Wolf­gang Till­mans

La chan­teuse my­thique de 7 Se­conds et de Wo­man re­vient sur le de­vant de la scène avec un al­bum ma­gis­tral, re­vi­si­tant ses in­fluences trip- hop à coups d’elec­tro­ni­ca ul­tra contem­po­raine. La Sué­doise ins­tal­lée à Londres in­ter­prète de ma­gni­fiques textes en­ga­gés, en écho au chaos du monde.

La su­blime in­ter­prète ré­vé­lée au pu­blic avec les tubes Wo­man et 7 Se­conds avec Yous­sou N’Dour il y a vingt- quatre ans est de re­tour, et ce come- back après quatre ans d’ab­sence est ma­gis­tral. Épau­lée par son com­pa­gnon de tou­jours Ca­me­ron McVey et par le pro­duc­teur an­glais Four Tet, comme sur son pré­cé­dent al­bum, la Sué­doise ins­tal­lée à Londres offre une réin­ter­pré­ta­tion contem­po­raine de ses an­nées trip- hop dans le sillage de Mas­sive At­tack. 3D, l’un des membres du my­thique groupe de Bris­tol, co­signe d’ailleurs le pre­mier single,

Kong. Quant à Four Tet, il ap­porte sur ce nou­vel opus son mé­lange unique d’elec­tro­ni­ca, de lan­gueur et de vio­lence conte­nue, qui va si bien à l’élé­gance de Ne­neh Cher­ry. L’al­bum est sur­tout ce­lui d’une femme en­ga­gée, qui re­prend les cé­lèbres pa­roles du groupe de poètes et mu­si­ciens afro- amé­ri­cains des an­nées 60 The Last Poets sur son titre Poem Dad­dy : Bé­nis soient ceux qui luttent/ L’op­pres­sion est pire que la tombe/ Mieux vaut mou­rir pour une noble cause que vivre et mou­rir en es­clave. NU­MÉ­RO : Dans ce nou­vel al­bum, très en­ga­gé, vous évo­quez no­tam­ment la crise mi­gra­toire. On vous a d’ailleurs vue dans la jungle de Ca­lais… NE­NEH CHER­RY : J’y ai pas­sé plu­sieurs jours avec mon meilleur ami pour pré­pa­rer des re­pas pour les ré­fu­giés. Pen­dant trois jours, j’ai éplu­ché des ca­rottes. La cui­sine où nous tra­vail­lions nour­rit quo­ti­dien­ne­ment 1 800 per­sonnes… Pour notre der­nier jour, nous avons ac­com­pa­gné l’équipe char­gée de dis­tri­buer les re­pas dans la jungle. Ce fut évi­dem­ment une ex­pé­rience in­tense… ter­rible. Mais bien plus ter­rible pour les gens qui vivent là- bas. Nous étions en plein hi­ver, il fai­sait un froid de ca­nard et les ré­fu­giés étaient là, ten­tant pé­ni­ble­ment de se ré­chauf fer dans des abris pré­caires. Des bâches en plas­tique bleu, des ca­banes en bois. Nous sommes pas­sés de­vant une tente. Un homme se te­nait à l’en­trée. Il s’est ap­pro­ché et nous a de­man­dé : “Vou­lez­vous en­trer pour prendre le thé ?” Voi­là,

l’hu­ma­ni­té est ex­tra­or­di­naire.

Ce nou­vel opus est- t- il le signe d’un en­ga­ge­ment po­li­tique plus af­fir­mé ?

Je ne suis pas une ac­ti­viste. Je ne fais que m’en­ga­ger dans les causes qui croisent ma route. En juin 2017, une tour ré­si­den­tielle brû­lait dans le quar­tier de North Ken­sing­ton à l’ouest de Londres. Soixante et onze per­sonnes ont pé­ri. Et cette tra­gé­die a tou­ché ma com­mu­nau­té, alors comme beau­coup de gens de ma com­mu­nau­té je me suis por tée vo­lon­taire pour ve­nir en aide aux vic­times. Tant que ma conscience et ma voix pour­ront chan­ger les choses, je m’en­ga­ge­rai.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.