L’EX­PO SANS OEUVRE DE WARHOL

PHI­LA­DEL­PHIE 8 1965 OCT

Numero Art - - Octobre Sommaire - PAGE 114

L’INAU­GU­RA­TION de l’ex­po­si­tion Warhol à l’ins­ti­tute of Contem­po­ra­ry Art (ICA) de Phi­la­del­phie, le 8 oc­tobre 1965, fut un événement sans pré­cé­dent et en­core peu sou­vent évo­qué mais qui, à l’aune de ce que la vie des arts est de­ve­nue, prend au­jourd’hui une di­men­sion par­ti­cu­lière. Warhol n’est pas, en 1965, la star pla­né­taire qu’il est dé­sor­mais. De fait, les aven­tures de l’art contem­po­rain au mi­lieu des an­nées 60 ne concernent qu’une poi­gnée de spé­cia­listes, et les ver­nis­sages ne sont pas les grands ras­sem­ble­ments po­pu­laires que l’on connaît main­te­nant. À l’inau­gu­ra­tion de son ex­po­si­tion, Warhol ne vint pas seul mais ac­com­pa­gné du jeune man­ne­quin Edie Sedg­wick, ren­con­tré en mars de la même an­née et qu’il fit tour­ner dans nombre de ses courts mé­trages ex­pé­ri­men­taux. Le look de la jeune femme, tou­jours pa­rée de boucles d’oreilles over­si­zed, at­ti­rait l’at­ten­tion des ma­ga­zines. En 1965, elle fut qua­li­fiée par Vogue de “you­th­qua­ker”.

La pré­sen­ta­tion pri­vée de l’ex­po­si­tion Warhol à la presse le 7 oc­tobre sus­ci­ta un en­goue­ment in­ha­bi­tuel, les jour­na­listes ve­nant es­sen­tiel­le­ment pour voir non pas l’ar­tiste, mais le man­ne­quin (toute res­sem­blance avec l’époque contem­po­raine, etc.). Con­fron­té à cette mi­ni-émeute, Sam Green, le di­rec­teur de L’ICA, prit une dé­ci­sion ex­tra­or­di­naire. “J’ai com­pris que l’ou­ver­ture au pu­blic la nuit sui­vante [le 8 oc­tobre] al­lait être en­core plus sur­vol­tée. À la der­nière mi­nute, j’ai dé­ci­dé que la seule chose à faire était de re­ti­rer toutes les oeuvres afin qu’elles ne soient pas abî­mées. L’ou­ver­ture of­fi­cielle ne consis­tait plus qu’en un ras­sem­ble­ment de vi­si­teurs ! Edie por­tait une robe Ru­di Gern­reich, qui res­sem­blait à un long tee-shirt avec des manches de six mètres de long. En plein mi­lieu de cet événement in­croyable, elle com­men­ça à prendre le pu­blic à par­tie : elle lais­sa tom­ber ses manches sur la foule telle une trompe d’élé­phant, foule qu’elle com­men­ça à agui­cher et à ex­ci­ter. Elle dan­sait et don­nait des in­ter­views en s’em­pa­rant des mi­cros. Edie était ex­tra­or­di­naire. Elle of­frait fi­na­le­ment à tous ces gens quelque chose à re­gar­der. Elle fai­sait vrai­ment le show… Et c’était ca­pi­tal puisque, les heures pas­sant, le pu­blic se mon­trait de plus en plus in­dis­ci­pli­né et ner­veux, les murs res­tant déses­pé­ré­ment nus. En réa­li­té, l’ex­po­si­tion, ce fut Edie. An­dy était ter­ri­fié, blanc comme un linge.” (1)

Ain­si, sans même avoir dû y son­ger lui-même, An­dy Warhol in­ven­ta il y a un peu plus de cin­quante ans ce qui guette dé­sor­mais les ex­po­si­tions d’art contem­po­rain, dont les ver­nis­sages sont au­jourd’hui des mo­ments de so­cia­li­sa­tion, où les ba­dauds es­pèrent ren­con­trer des people et dans les­quels les oeuvres, fi­na­le­ment, sont ac­ces­soires : un ver­nis­sage en­fin dé­bar­ras­sé de ces choses mal pra­tiques et fra­giles que sont les oeuvres, pour que l’en­ter­tain­ment puisse triom­pher à son aise.

In 1965, An­dy Warhol was not the glo­bal art star and hou­se­hold name he is to­day. Back then, contem­po­ra­ry art concer­ned just a handful of spe­cia­lists, and ex­hi­bi­tion openings didn’t pull in the crowds they do now. For the press view of his ICA Phi­la­del­phia show on 7 Oc­to­ber, Warhol sho­wed up with Edie Sedg­wick, a young mo­del he’d met in March and who would star in ma­ny of his ex­pe­ri­men­tal shorts. Ne­ver wi­thout her gi­gan­tic ear­rings, Sedg­wick the “you­th­qua­ker” – as Vogue hai­led her – was ideal pa­pa­raz­zi prey. And at the press view she crea­ted a storm: jour­na­lists flo­cked not to see the art or the ar­tist, but the mo­del, in what turned in­to a mi­ni-riot.

That eve­ning, Sam Green, di­rec­tor of the ICA, made an extraordinary de­ci­sion: “I rea­li­zed that the pu­blic opening the next night was going to be even more fran­tic. At the last mi­nute I de­ci­ded the on­ly thing to do was take down all the pictures so the pain­tings wouldn’t be rui­ned. The grand opening was in fact just people! Edie was wea­ring a Ru­di Gern­reich dress, a long thing like a T-shirt with sleeves that must have been 20 feet long, rol­led up and bun­ched at the wrists. Then, in this in­cre­dible per­for­mance, she be­gan bai­ting the audience, let­ting her sleeves down over the crowd like an ele­phant’s trunk and dra­wing them up again, tea­sing the crowd and wor­king them up. And dan­cing and tal­king in­to the mi­cro­phone, gi­ving in­ter­views. Edie was as­to­ni­shing. She was real­ly in show bu­si­ness, gi­ving all those people so­me­thing to look at… And it was cru­cial be­cause they’d been getting more and more un­ru­ly for hours, an­gry, first of all, be­cause there were no pictures on the wall. So she, in fact, be­came the ex­hi­bi­tion. An­dy was just ter­ri­fied, white with fear.”

Wi­thout even rea­li­zing it, Warhol and Green had in­ven­ted the mo­dern art opening, where people come not for the work but to ogle ce­le­bri­ties, an event freed from the bur­den­some art­work so that en­ter­tain­ment may triumph.

(1) Edie, An Ame­ri­can Bio­gra­phy, de Jean Stein et George Plimp­ton, éd. Al­fred A. Knopf, 1982.

IL Y A CIN­QUANTE DEUX ANS JOUR POUR JOUR S’OU­VRAIT À PHI­LA­DEL­PHIE UNE EX­PO­SI­TION D’AN­DY WARHOL QUI AL­LAIT EN­TRER DANS L’HIS­TOIRE. ET POUR CAUSE. AU­CUNE OEUVRE N’ÉTAIT VI­SIBLE…

NOW LARGELY FORGOTTEN, THE OPENING OF WARHOL’S 1965 PHI­LA­DEL­PHIA SHOW PRESAGED THE HIGH-OC­TANE ME­DIA EVENTS THAT GAL­LE­RY OPENINGS HAVE BECOME TO­DAY.

Phi­la­del­phia

8 OC­TO­BER 1965: THE OPENING OF THE WARHOL EX­HI­BI­TION AT THE PHI­LA­DEL­PHIA ICA

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.