SA­RAH LU­CAS TO BE AR­TIST OR NOT TO BE

ELLE S’EST FAIT CONNAÎTRE DANS LES AN­NÉES 90 AU SEIN DU MOU­VE­MENT DES YOUNG BRI­TISH AR­TISTS. À L’OC­CA­SION DE SA PRE­MIÈRE GRANDE RÉ­TROS­PEC­TIVE AMÉ­RI­CAINE, RE­TOUR SUR L’OEUVRE DE CETTE AR­TISTE RA­DI­CALE OB­SÉ­DÉE PAR LE CORPS.

Numero Art - - La Une - FR PRO­POS RE­CUEILLIS PAR HETTIE JUDAH. POR­TRAIT PAR JULIAN SIMMONS Nu­mé­ro art : Le New Mu­seum ex­pose un grand nombre de vos au­to­por­traits pho­to­gra­phiques, au mi­lieu de trente an­nées de sculp­ture. Que voyez-vous dans ces oeuvres plus an­ciennes ? Que reste-

DE­PUIS LE DÉ­BUT DES AN­NÉES 90, Sa­rah Lu­cas ex­plore le corps, la sexua­li­té et le genre dans un tra­vail prin­ci­pa­le­ment axé sur la sculp­ture. Ap­pa­rais­sant en 1988 dans la très in­fluente ex­po­si­tion Freeze or­ga­ni­sée par Da­mien Hirst dans les Do­ck­lands, à Londres, elle a été l’un des chefs de file d’une nou­velle gé­né­ra­tion d’ar­tistes is­sus du Gold­smiths Col­lege. En 1993, elle a co­di­ri­gé avec Tra­cey Emin une ga­le­rie éphé­mère bap­ti­sée “The Shop” qui met­tait les ar­tistes en contact di­rect avec les ache­teurs. En 2015, elle re­pré­sen­tait le Royaume-uni à la Bien­nale de Ve­nise : dans l’ex­po­si­tion I Scream Dad­dio, des murs peints d’un jaune beurre frais ser­vaient de toile de fond à la triom­pha­le­ment phal­lique Gold Cup Ma­ra­do­na, ou en­core à la sé­rie de Muses consti­tuée de mou­lages ana­to­miques en plâtre al­lant de la taille aux pieds, avec des ci­ga­rettes in­sé­rées dans des ori­fices im­pro­bables. Cet au­tomne, le New Mu­seum de New York pré­sente la pre­mière grande ré­tros­pec­tive amé­ri­caine de l’ar­tiste. Sa­rah Lu­cas : Pre­nons la pho­to­gra­phie in­ti­tu­lée Di­vine [1991], qui me re­pré­sente as­sise sur les marches du stade mus­so­li­nien de Rome. Ce cli­ché fi­gure en bonne place dans l’ex­po­si­tion du New Mu­seum. Je ne m’étais pas re­pen­chée des­sus de­puis des an­nées et l’image m’a d’ailleurs fait sou­rire. J’y vois une ver­sion de moi très butch, tout en muscles. Dif­fi­cile de dire si je suis un gar­çon ou une fille. SHE EMER­GED IN THE 1990S AS ONE OF THE YBAS (YOUNG BRI­TISH AR­TISTS), AND IS NOW BEING HONOURED WITH A MA­JOR RETROSPECTIVE AT NEW YORK’S NEW MU­SEUM. NU­MÉ­RO ART LOOKS BACK AT THE CAREER OF A RA­DI­CAL AR­TIST WHO IS OBSESSED WITH THE HU­MAN BO­DY.

Mes­sed up and pru­rient re­pre­sen­ta­tions of sex and gen­der in Bri­tish po­pu­lar culture have pro­vi­ded Sa­rah Lu­cas with rich ins­pi­ra­tion. Wor­king lar­ge­ly in sculp­ture, she’s been ex­plo­ring the bo­dy and the in­nuen­do as­so­cia­ted with it since the late 80s, when she was at the fo­re­front of the new wave of Bri­tish art that emer­ged from Gold­smiths Col­lege. She fea­tu­red in the in­fluen­tial 1988 show Freeze, cu­ra­ted by Da­mien Hirst in a di­su­sed Lon­don Do­ck­lands buil­ding, and in 1993, with Tra­cey Emin, ran The Shop, a tem­po­ra­ry gal­le­ry/stu­dio that put the ar­tists in di­rect contact with the buying pu­blic. In 2015, Lu­cas re­pre­sen­ted Bri­tain at the Ve­nice Bien­nale: for I Scream Dad­dio, the walls of the Bri­tish Pa­vi­lion were pain­ted cus­tard yel­low, the ba­ck­drop to sculp­tures such as the trium­phant­ly phal­lic Gold Cup Ma­ra­do­na and a se­ries of “muses” cast in plas­ter from the waist down­wards, with ci­ga­rettes emer­ging from un­li­ke­ly ori­fices. This au­tumn, New York’s New Mu­seum is showing her first ma­jor U.S. retrospective.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.