MONS­TER CHETWYND

Numero Art - - La Une - Ra­chel Rose Mons­ter Chetwynd Ra­chel Rose

La boîte à ou­tils bi­zar­roïde de la Bri­tan­nique Mons­ter Chetwynd contient du pa­pier alu, du scotch, de la mousse de sa­von, de la fausse four­rure et des ob­jets trou­vés. Par­tant de là, elle as­semble des cos­tumes étranges, co­miques, sou­vent gro­tesques, pour réa­li­ser de nom­breuses per­for­mances col­lec­tives et des ins­tal­la­tions de pein­tures ou de sculp­tures. Lors d’un hap­pe­ning à Glas­gow fin 2016, elle a en­duit son corps de pein­ture rouge et s’est af­fu­blée de seins en pa­pier mâ­ché qu’elle por­tait pen­dus sous le buste. Dans le pas­sé, elle n’a pas hé­si­té à don­ner sa ver­sion du chat-bus de

de Jab­ba le Hutt de des sa­la­mandres à taille hu­maine, des chauves-sou­ris et autres ani­maux en mousse ou en tis­su. D’abord connue sous le nom de Spar­ta­cus Chetwynd (un pseu­do por­teur d’un mes­sage de so­li­da­ri­té et d’ac­tion col­lec­tive), elle est nom­mée pour le Tur­ner Prize en 2012, se re­bap­tise Mar­vin Gaye l’an­née sui­vante avant d’adop­ter le pré­nom Mons­ter en 2018 – en hom­mage à la lai­deur af­fi­chée dans ses oeuvres. À Turin, elle met en place une nou­velle per­for­mance et montre des oeuvres dé­ri­vées d’an­ciens cos­tumes, dé­cors et ac­ces­soires di­vers.

voi­sin To­to­ro, De­puis son mas­ter en beaux-arts de l’uni­ver­si­té de Co­lum­bia ob­te­nu en 2013, la vi­déaste Ra­chel Rose, qui vit à New York, montre un grande di­ver­si­té dans son oeuvre. Dans l’ex­po­si­tion Eve­ry­thing and More [ Tout et plus en­core] au Whit­ney Mu­seum en 2015, elle évoque, au tra­vers d’une in­ter­view avec Da­vid Woolf, l’ex­pé­rience sen­so­rielle des voyages spa­tiaux. L’as­tro­naute de la NA­SA lui dé­crit les sen­sa­tions dans un en­vi­ron­ne­ment sans gra­vi­té, sur des images psy­ché­dé­liques fil­mées à tra­vers un ré­ser­voir de li­quide dans le­quel les as­tro­nautes s’en­traînent à l’ape­san­teur. Dans l’ani­ma­tion Lake Val­ley (2016), un ani­mal plu­tôt mal en point – mé­lange de la­pin et de chien – fuit sa mai­son de ban­lieue pour une fo­rêt fan­tas­tique Bri­tish ar­tist Mons­ter Chetwynd’s rough and rea­dy DIY ar­se­nal in­cludes tape, tin­foil, card­board, foam, fake fur, bo­dy paint and found ob­jects, from which she constructs out­lan­dish, co­mic and of­ten gro­tesque cos­tumes for large group per­for­mance works, as well as pain­ted and sculp­tu­ral ins­tal­la­tions. For a 2016 hap­pe­ning in Glas­gow, Chetwynd don­ned red bo­dy paint and pen­du­lous pa­pier­mâ­ché breasts. Other out­fits and ac­ces­so­ries have in­clu­ded a cloth ver­sion of the Stu­dio Ghi­bli Cat­bus, Jab­ba the Hut, man-si­zed sa­la­ma­ders, bats and other foam and cloth beas­ties. Pre­vious­ly known as Spar­ta­cus Chetwynd (a nom de guerre adop­ted for its sug­ges­tion of so­li­da­ri­ty and col­lec­tive ac­tion), she was short­lis­ted for the Tur­ner Prize in 2012, chan­ging her name to Mar­vin Gaye the fol­lo­wing year. Mons­ter – a com­mit­ment to un­con­tai­ned un­pret­ti­ness – ar­ri­ved in 2018. In Turin she’ll be de­ve­lo­ping a new per­for­mance and ins­tal­ling works evol­ved from ear­lier props, sets and cos­tumes. Since gra­dua­ting from Co­lum­bia Uni­ver­si­ty in 2013, New York-based vi­deo ar­tist Ra­chel Rose has pro­du­ced re­mar­ka­bly di­verse work. In Eve­ry­thing and More (2015), she evokes the sen­so­ry ex­pe­rience of space tra­vel, using a te­le­phone in­ter­view with NA­SA as­tro­naut Da­vid Woolf,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.