CE SONT BIEN LES GROS BONNETS DU CI­NÉ­MA QUE FRIEZE CHERCHE À COURTISER EN S’IMPLANTANT DANS LES STU­DIOS DE LA PARAMOUNT.

6 DÉC./14 FÉV. MIA­MI/L.A. Mu­seum Mia­mi and the Bass Mu­seum are thri­ving, the lat­ter ha­ving been re­mo­del­led in 2017. Yet, un­like in L.A., the lo­cal art mar­ket hasn’t real­ly evol­ved – in­deed it’s so weak that Em­ma­nuel Per­ro­tin be­gan clo­sing his gal­le­ry outs

Numero Art - - La Une - 230

pas re­non­cé à son es­pace à Be­ver­ly Hills, si­gné par Ri­chard Meier, si­tué près des nou­veaux bu­reaux de Ch­ris­tie’s, ou­verts en 2017. D’autres mar­chands l’ont sui­vi : Matthew Marks, ins­tal­lé à San­ta Mo­ni­ca, ou Sprüth Ma­gers, si­tué non loin du LACMA. Last but not least, la mul­ti­na­tio­nale Hau­ser & Wirth a vu grand en s’implantant dans un an­cien mou­lin à fa­rine. Pour au­tant, la deuxième plus grande ville des États-unis peut-elle de­ve­nir la deuxième ca­pi­tale amé­ri­caine du mar­ché de l’art ?

Mal­gré la pré­sence de ga­le­ries re­nom­mées, la col­lec­tion­nite n’a ga­gné ni les jeunes en­tre­pre­nautes de la Si­li­con Val­ley ni l’in­dus­trie d’hol­ly­wood. Ce sont pour­tant bien les gros bonnets du ci­né­ma que Frieze cherche à courtiser en s’implantant dans les stu­dios de la Paramount. Pa­ris Pho­to s’y était cas­sé les dents par le pas­sé. Sans doute parce que le lieu, a prio­ri sé­dui­sant, n’in­cite guère à col­lec­tion­ner. C’est là toute l’ambiguïté d’une ex­pé­rience trans­for­mant une ac­ti­vi­té de chasse – la col­lec­tion – en pro­me­nade dans des dé­cors de ci­né­ma et des han­gars de tour­nage. L’art se mue dès lors en cu­rio­si­té, voire en ac­ces­soire.

Der­nier bé­mol, la si­tua­tion géo­gra­phique de Los An­geles. Se­lon Vic­to­ria Sid­dall, qui es­père ral­lier des ache­teurs du monde en­tier, la ville fait le pont avec l’asie et l’amé­rique du Sud. Un pont trop loin. Car elle est en pé­ri­phé­rie de l’axe São Pau­lo-new York. Et sur place, la cir­cu­la­tion est au­tre­ment plus com­plexe qu’à Mia­mi, où tout, y com­pris les soi­rées, se concentrent sur une seule ave­nue et dans le De­si­gn Dis­trict. À Los An­geles, il faut pré­voir une à deux heures pour se rendre d’un site à un autre. Or, un collectionneur coin­cé dans un em­bou­teillage est un collectionneur per­du… In L.A. it’s a whole other ball game. Lar­ry Ga­go­sian, be­gan sel­ling li­tho­graphs in Ve­nice Beach, wasn’t wrong. Al­though his em­pire has gone glo­bal, he hasn’t aban­do­ned his Be­ver­ly Hills space, de­si­gned by Ri­chard Meier, and lo­ca­ted a stone’s throw from Ch­ris­tie’s new of­fices (ope­ned in 2017). Other dea­lers have fol­lo­wed suit, like Matthew Marks in San­ta Mo­ni­ca, Sprüth Ma­gers near LACMA, or the mul­ti­na­tio­nal Hau­ser & Wirth in a for­mer flour mill. But will Ame­ri­ca’s se­cond-lar­gest ci­ty be­come its se­cond art ca­pi­tal? Des­pite the pre­sence of top-notch gal­le­ries, young tech en­tre­pre­neurs and Hol­ly­wood execs ha­ven’t star­ted col­lec­ting. But it’s pre­ci­se­ly the film-in­dus­try crowd that Frieze is ho­ping to at­tract by hol­ding its new fair in the for­mer Paramount Stu­dios, where Pa­ris Pho­to al­rea­dy went bel­ly up – pro­ba­bly be­cause the set­ting, though at­trac­tive, hard­ly in­cites col­lec­ting. The art is re­du­ced to a cu­rio­si­ty, or worse, a prop, in what is es­sen­tial­ly a stroll through yes­te­ryear’s film sets. The fi­nal down­side is L.A.’S geo­gra­phic lo­ca­tion. Vic­to­ria Sid­dal claims that the ci­ty acts as a bridge bet­ween Asia and South Ame­ri­ca – but the bridge is too far off the São Pau­lo–new York axis. And once you ar­rive in L.A., get­ting about is far more com­pli­ca­ted than in Mia­mi where eve­ry­thing, in­clu­ding the par­ties, is concen­tra­ted at the same spot. In L.A., it takes two hours to get from one place to the next; a col­lec­tor stuck in traf­fic is a lost col­lec­tor…

C’EST L’UNE DES PLUS BRÈVES ex­po­si­tions de toute l’his­toire des ex­po­si­tions : The Real Es­tate Show fut inau­gu­rée le 31 dé­cembre 1979 et fer­mée de ma­nière pé­remp­toire deux jours plus tard. Elle fut or­ga­ni­sée par Co­lab (di­mi­nu­tif as­su­mé de Col­la­bo­ra­tive Pro­jects Inc.), un groupe à géo­mé­trie va­riable com­po­sé d’ar­tistes, d’écri­vains et de com­mis­saires d’ex­po­si­tion. Au cours de son exis­tence, de 1977 au mi­lieu des an­nées 80, Co­lab ras­sem­bla de 30 à 100 membres, se­lon les époques, par­mi les­quels Ki­ki Smith, Jen­ny Hol­zer, Tom Ot­ter­ness, Wolf­gang Staehle, John Ahearn… Le groupe s’était illus­tré tout au long de l’an­née 1979 par une sé­rie d’ex­po­si­tions plus ou moins sau­vages, fon­dée sur une idée de com­mis­sa­riat as­so­cia­tif et de par­ti­ci­pa­tion spon­ta­née, et par une science des titres qui fait en­vie : Bat­man Show, The Dog Show, Doc­tors & Den­tists Show et son im­payable sous-titre : Works of Art for Re­cep­tion Rooms and Of­fices [“Oeuvres d’art pour salles d’at­tente et bu­reaux”]

Dé­diée à la mé­moire de l’afro-amé­ri­caine Eli­za­beth Man­gum, tuée par la po­lice pour s’être op­po­sée à son ex­pul­sion de son lo­ge­ment à Brook­lyn, l’ex­po­si­tion The Real Es­tate Show eut lieu dans un im­meuble in­oc­cu­pé ap­par­te­nant à la ville de New York, au 123-125 De­lan­cey Street, dans le Lo­wer East Side de Man­hat­tan. Le groupe avait ar­pen­té mé­tho­di­que­ment le quar­tier au cours de l’au­tomne avant de trou­ver cet im­meuble pos­sé­dant une vi­trine. Les ar­tistes (en­vi­ron 35) s’y in­tro­dui­sirent vers Noël pour y ins­tal­ler leurs oeuvres : pein­tures, ins­tal­la­tions in si­tu et toutes formes d’oeuvres pro­duites sou­vent par des ano­nymes. L’ex­po­si­tion fut an­non­cée par des flyers pho­to­co­piés et des af­fiches pa­reille­ment réa­li­sées, col­lées sur la fa­çade de l’im­meuble. On pou­vait y lire : “The Real Es­tate Show, une ex­po­si­tion cé­lé­brant le DÉ­VE­LOP­PE­MENT UR­BAIN INSURRECTIONNEL – un buil­ding n’est pas un ob­jet pré­cieux que l’on ver­rouille – contrôle – ca­pi­ta­lise.” Le des­sin qui ac­com­pa­gnait ce texte re­pré­sen­tait une pieuvre en­ser­rant des im­meubles dans ses ten­ta­cules. Le 2 jan­vier au ma­tin, les membres de Co­lab consta­tèrent que le bâ­ti­ment avait été ca­de­nas­sé du­rant la nuit par le Ci­ty’s De­part­ment of Hou­sing Pre­ser­va­tion and De­ve­lop­ment. Leurs pro­tes­ta­tions trou­vèrent une aide in­at­ten­due en la per­sonne de Jo­seph Beuys qui, pré­sent à New York à l’oc­ca­sion de son ex­po­si­tion au Gug­gen­heim, fut pho­to­gra­phié le 8 jan­vier tour­nant au­tour de l’im­meuble fer­mé. Quelques mois plus tard, en juin 1980, Co­lab or­ga­ni­sait sur le même prin­cipe d’“au­to-com­mis­sa­riat” The Time Square Show, qui en­tra dans l’his­toire comme acte de nais­sance d’une nou­velle forme de com­mis­sa­riat d’ex­po­si­tion. It was one of the shor­test ex­hi­bi­tions in all art his­to­ry: The Real Es­tate Show ope­ned on New Year’s Eve 1979 and abrupt­ly clo­sed two days la­ter. Or­ga­ni­zed by Col­la­bo­ra­tive Pro­jects Inc. (Co­lab for short), a loose col­lec­tive of ar­tists, wri­ters and curators, it was de­di­ca­ted to the me­mo­ry of Eli­za­beth Man­gum, an Afro-ame­ri­can who had been shot dead by a po­lice of­fi­cer while re­sis­ting evic­tion from her Brook­lyn home. Shown in an unoc­cu­pied buil­ding ow­ned by the ci­ty at 123–125 De­lan­cy Street, the ex­hi­bi­tion fea­tu­red work by around 35 ar­tists and was ad­ver­ti­sed with pho­to­co­pied flyers and pos­ters that read: “The Real Es­tate Show, an art show celebrating INSURRECTIONARY UR­BAN DE­VE­LOP­MENT – a buil­ding is not a precious gem to be lo­cked – boar­ded – hoar­ded.” The ac­com­pa­nying image de­pic­ted a giant squid clut­ching buil­dings in its ten­tacles. On the mor­ning of 2 Ja­nua­ry, Co­lab mem­bers ar­ri­ved to find that the buil­ding had been pad­lo­cked during the night by the ci­ty’s De­part­ment of Hou­sing Pre­ser­va­tion and De­ve­lop­ment. Their out­cry would at­tract the unex­pec­ted sup­port of Jo­seph Beuys, who, present in New York for his Gug­gen­heim show, was pho­to­gra­phed on 8 Ja­nua­ry in front of the se­ques­te­red buil­ding. Six months la­ter, in June 1980, Col­lab put on The Times Square Show, ano­ther his­to­ric event which he­ral­ded the birth of a new form of cu­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.