LE MO­TEUR, REMUANT COMME UN MA­LADE DE LA MALARIA, S’EST PRA­TI­QUE­MENT DÉGAGÉ DE SES SILENTBLOCS

Octane (France) - - Rallye En Géorgie -

Notre dou­zaine de pion­nières com­prend des voi­tures so­vié­tiques comme des Vol­ga et un 4x4 GAZ mi­li­taire, et quelques éton­nantes in­cur­sions ca­pi­ta­listes comme une Jeep de la Se­conde Guerre mon­diale ou une im­mense Ca­dillac des an­nées 70. Alex Tsal­ka­la­ma­nidze, un res­tau­ra­teur de Tbi­li­si, a prê­té sa Mercedes 280 SLC de 1980 à Zoë, l’or­ga­ni­sa­trice du ral­lye, ac­com­pa­gnée de son père Co­lin, alors que lui-même a en­ga­gé sa Mercedes 380 de 1978. « Je vou­lais avoir les meilleures Mercedes de Géor­gie, alors j’ai en­voyé la 380 en Al­le­magne où chaque pièce de re­change est d’ori­gine Mercedes » ex­plique Alex. L’in­fluence al­le­mande est éga­le­ment re­pré­sen­tée par un Tou­rer Opel d’avant-guerre (peut-être un bri­co­lage mai­son, à en ju­ger à son pare-brise) et une ber­line Opel ar­gen­tée – à moins que ce soit une co­pie Mosk­vitch ? Notre GAZ-21 Vol­ga, sur­nom­mée “Roubles” a dé­jà des pro­blèmes d’al­lu­mage au mo­ment de se pla­cer sur la ligne de dé­part (nous sommes se­conds) et, avec 5 jours à sur­vivre, l’énor­mi­té de la tâche com­mence à ap­pa­raître. À l’ar­rière, notre pas­sa­ger Greg, aux faux airs de Woo­dy Al­len, se penche en avant : « Hé les gars, je viens de voir une mouche s’écra­ser sur le pare-brise, se re­le­ver et re­par­tir ».

À la sta­tion-ser­vice, j’ajoute 3 litres d’huile mo­teur, 1,4 bar d’air dans le pneu ar­rière gauche, 5 litres d’eau dans le ra­dia­teur et je rem­plis le ré­ser­voir bien que la jauge in­dique qu’il soit plein – ce qui né­ces­site 34 litres d’es­sence.

Le pre­mier jour est re­la­ti­ve­ment fa­cile, avec 150 km à par­cou­rir vers Kva­re­li, à l’est. Ce n’est pas loin en termes de ral­lye, mais suf­fi­sam­ment pour nous em­me­ner à 20 km de la fron­tière russe. Le dé­jeu­ner nous per­met de dé­cou­vrir l’un des se­crets les mieux gar­dés de Géor­gie, le do­maine Tsi­nan­da­li d’alexan­der Chav­cha­vadze. Fa­bu­leux à tous les égards, il est re­con­nu comme le centre de la culture géor­gienne, avec son mu­sée et ses stu­pé­fiants jar­dins pay­sa­gers, et il est fier d’être le pre­mier do­maine vi­ti­cole du pays à mettre son propre vin en bou­teilles.

Pour l’anec­dote, la Géor­gie se vante d’être le pre­mier pro­duc­teur de vin au monde, avec une his­toire qui re­monte à plus de 8 000 ans. Et ici, sur les ver­sants pro­té­gés de la Trans­cau­ca­sie, sont pro­duits les meilleurs vins du pays. C’est un crè­ve­coeur que de par­tir. Alors que le so­leil dis­pa­raît der­rière l’ho­ri­zon, le ral­lye ar­rive au luxueux hô­tel Kva­re­li Eden Spa et les sou­ve­nirs des peu ser­viables voi­tures russes s’éva­nouissent ra­pi­de­ment.

Deuxième jour, et après avoir ajou­té plus d’eau, d’air et d’es­sence, Roubles re­vient

à la vie. Mais tout ne va pas bien. Le mo­teur, remuant comme un homme souf­frant de malaria, s’est pra­ti­que­ment dégagé de ses silentblocs. 5 mi­nutes plus tard, après avoir rem­pla­cé un écrou et res­ser­ré l’autre, nous re­joi­gnons la meute. Pro­chain ar­rêt, Sigh­na­ghi, pour un verre sur la place de la ville, sur­plom­bant la val­lée d’ala­za­ni (pen­sez au Com­té de Na­pa en Ca­li­for­nie). Après dé­jeu­ner et avec les monts en­nei­gés du Cau­case dis­pa­rais­sant dans le ré­tro­vi­seur, nous re­tour­nons heu­reux à Tbi­lis­si. La ri­vière Ki­ra coupe Tbi­lis­si en deux par­ties, l’une an­cienne, l’autre mo­derne. La ca­pi­tale hé­berge 1,5 mil­lion de per­sonnes, soit la moi­tié de la po­pu­la­tion de la Géor­gie. Des graf­fi­tis dé­la­vés, et d’autres moins dé­la­vés, ra­content son his­toire. La Rus­sie, tou­jours la Rus­sie, mais aus­si le Moyen-orient, l’amé­rique

Sens an­ti­ho­raire à par­tir d’en haut à gauche

Les La­da sont en­core nom­breuses et très pra­tiques. Le so­leil se lève sur une Vol­ga plus ré­cente que la nôtre. Un guide montre le vil­lage et le mo­nas­tère tro­glo­dyte de Vard­zia à Jo­na­than Tur­ner, James Black­hall et Zoë Whit­ta­ker. Fi­ru­za et le Pa­lais Bleu de Bor­jo­mi. Une Jeep amé­ri­caine. et plus ré­cem­ment l’union Eu­ro­péenne, la nou­velle gé­né­ra­tion ima­gi­nant un fu­tur cal­qué sur ce­lui des dé­mo­cra­ties oc­ci­den­tales. Notre hô­tel porte le nom ba­sique de Rooms [Chambres], mais cette an­cienne im­pri­me­rie so­vié­tique est tout sauf uti­li­taire. C’est un éta­blis­se­ment de pre­mière classe, très ten­dance et au très bon rap­port qua­li­té/prix.

3e jour et Roubles est en bonne forme, dé­mar­rant du pre­mier coup, tour­nant au moins sur trois cy­lindres et de­mi et, pour la pre­mière fois, nous ne sommes pas les der­niers à par­tir. Notre des­ti­na­tion ? Vard­zia, dans un coin de l’ouest de Tbi­lis­si plon­gé dans l’his­toire re­li­gieuse. Son spec­ta­cu­laire vil­lage tro­glo­dytes du XIIE siècle, son église et son mo­nas­tère sont creu­sés sur un ver­sant du Mont Eru­she­ti et ses 600 grottes com­prennent l’église de la Dor­mi­tion qui avec ses fresques, pein­tures et sculp­tures, ré­com­pense am­ple­ment la grim­pette.

Une telle ex­pé­di­tion de­mande du temps et c’est avec sur­prise que nous ap­pre­nons que Roubles a par­cou­ru 250 km à la tom­bée de la nuit. Mais cette fois, nous sommes ar­ri­vés au bout de la Géor­gie, la Tur­quie n’est plus qu’à 10 mi­nutes à dos d’âne, alors nous fai­sons de­mi-tour pour être prêts à re­par­tir plein nord le len­de­main et suc­com­bons au confort du Vard­zia Re­sort Ho­tel. La Géor­gie est pleine de sur­prises. Le 4e jour nous en ap­porte une autre : le Parc Na­tio­nal de Bor­jo­mi-kha­ra­gau­li de 85 000 hec­tares et la ré­serve na­tu­relle ad­ja­cente de Bor­jo­mi. Mais alors que la bruine se trans­forme en pluie plus sou­te­nue, nous ne nous ar­rê­tons pas pour ad­mi­rer la vue, mais pour ré­pa­rer la com­mande d’ac­cé­lé­ra­teur de Roubles. Au dé­jeu­ner, un chan­ge­ment de bou­gie cor­rige les ra­tés et une po­tion ma­gique ver­sée dans le ra­dia­teur cure les fuites. Notre GAZ-21 Vol­ga tourne main­te­nant aus­si bien que le jour où elle a quit­té l’usine de Gor­ky. La der­nière nuit sur la route avant de re­joindre l’ar­ri­vée à Tbi­lis­si est pas­sée dans la ville ther­male de Bor­jo­mi. Ici, pro­fi­tant du contraste, nous ob­ser­vons Fi­ru­za de­puis l’ul­tra­mo­derne hô­tel Crowne Pla­za et le Pa­lais Bleu avec son parc d’eau mi­né­rale, bâ­ti en 1892. Ici, il faut bien avouer que je pré­fère boire, mo­dé­ré­ment, un peu de vin plu­tôt que de l’eau !

93

95

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.