L’ÉCOSSE EN AS­TON MAR­TIN DB6

La mis­sion est simple, vé­ri­fier sur une pé­riode de trois jours la res­tau­ra­tion mé­ca­nique com­plète d’une DB6 avant sa li­vrai­son au­tour d’une par­tie de chasse avec des amis en Écosse.

Octane (France) - - Sur La Route - Texte et pho­tos: Jean-chris­tophe Lan­glais

Après une tra­ver­sée de la mer du Nord en fer­ry, plai­sir sur­an­né mais tel­le­ment plus agréable qu’un vol low-cost, je ré­cu­père la voi­ture chez As­ton Work­shop, au sud de New­castle le jeu­di ma­tin. La DB6 est une de ces voi­tures qu’il faut voir en vrai pour en ap­pré­cier la sub­ti­li­té des lignes. Af­fi­chant un des­sin si­mi­laire aux pré­cé­dentes DB4 et 5, elle ap­pa­raît néan­moins plus “as­sise” avec son ar­rière fast­back et sa poupe ver­ti­cale tron­quée type “Kamm­tail” à la fa­çon des 250 GTO et autres Co­bra Day­to­na.

C’est une GT qui in­vite au voyage ra­pide et confor­table sur de longues dis­tances, grâce à un six cy­lindres double arbre nan­ti de trois We­ber en ver­sion Van­tage. Ce road trip va me per­mettre de vé­ri­fier si tel est tou­jours le cas, plus de 50 ans après la li­vrai­son de cet exem­plaire à conduite à gauche d’ori­gine, un des pre­miers de la sé­rie, dis­po­sant en­core des in­signes Su­per­leg­ge­ra et de la li­cence Car­roz­ze­ria Tou­ring, cette der­nière ayant dis­pa­ru en 1966.

Je quitte As­ton Work­shop pour ral­lier la fron­tière écos­saise sous une pluie bat­tante qui ne tarde pas à se trans­for­mer en neige. Voi­ci un ex­cellent bap­tême de feu. Le bruit du mo­teur est su­blime et se rap­proche éton­nam­ment du bruit de tur­bine de cer­tains V12 Ferrari. À 16h, la nuit tombe et le Châ­teau de Dun­trune Castle, connu comme le Sky­fall Lodge dans l’épi­sode de James Bond du même nom, est en­core bien loin. Il s’agi­ra là d’une ex­cel­lente base pour ex­plo­rer les ex­tra­or­di­naires pay­sages et routes de Glen Coe pen­dant que mes amis chassent. Alors que la tem­pé­ra­ture ne dé­passe pas les 0 °C, le désem­buage et le chauf­fage se montrent par­ti­cu­liè­re­ment ef­fi­caces. Après avoir tra­ver­sé une sé­rie d’en­vi­ron­ne­ments ur­bains en­com­brés, je fi­nis par ar­ri­ver au Parc Na­tio­nal du Loch Lo­mond et des Tros­sachs, qui marque le dé­but des belles routes et des plus beaux pay­sages d’écosse.

L’obs­cu­ri­té ne me per­met pas d’en pro­fi­ter, mais plu­tôt d’ap­pré­cier le confort et cet ex­tra­or­di­naire ta­bleau de bord qui me fait fan­tas­mer de­puis que j’ai vu, pour la pre­mière fois, Gold­fin­ger.

Je fi­nis par ar­ri­ver à des­ti­na­tion vers 21h, juste à temps pour goû­ter à un ex­cellent re­pas pré­pa­ré par An­dy Mal­colm, fils de Ro­bin Mal­colm, chef du clan épo­nyme et pro­prié­taire de­puis 1792 du châ­teau an­ces­tral (évi­dem­ment han­té).

Ré­veil à 4h30, la DB6 est cou­verte de ro­sée ma­ti­nale et la voir ain­si ga­rée de­vant le châ­teau en bord de mer évoque cer­taines sé­ries an­glaises des an­nées 60 al­lant du Pri­son­nier à Ami­ca­le­ment Vôtre. Contact, amorce de la pompe à es­sence, un peu de choke et le puis­sant ra­len­ti du 6 cy­lindres ré­sonne contre l’en­ceinte du XIIIE siècle. L’iti­né­raire du jour est le sui­vant : ral­lier Oban via In­ver­lie­ver, In­ve­ri­nan, Kil­chre­nan et Ach­na­cloich afin de faire l’ap­point de Single Malt. J’au­rais gran­de­ment ap­pré­cié de vi­si­ter Is­lay et ses dis­til­le­ries, mais il est pré­fé­rable de lo­ger sur place étant don­né les éven­tuels ef­fets se­con­daires des­dites vi­sites.

Il fait en­core nuit et la tra­ver­sée des alen­tours du châ­teau res­semble à une scène d’un film de Tim Bur­ton. Arbres aux formes im­pro­bables, ponts mé­dié­vaux en pierres, ani­maux de toutes sortes font bien­tôt place à de belles routes la­custres me per­met­tant de lâ­cher la bride et de pro­fi­ter plei­ne­ment de cette ex­cep­tion­nelle mé­ca­nique. La voi­ture est bien ré­glée et les routes écos­saises pré­sentent sou­vent des tra­cés jouis­sifs tout en of­frant des pay­sages à cou­per le souffle lui conve­nant à mer­veille.

La ville d’oban me per­met sur­tout de vi­si­ter une dis­til­le­rie an­ces­trale avant de re­prendre la route, cette fois-ci par So­ro­ba, tout en pas­sant par l’éton­nante pres­qu’île de Cuan Fer­ry.

Le re­tour au châ­teau s’ef­fec­tue en réa­li­sant un pe­tit cro­chet par le très jo­li port de Cri­nan Fer­ry et son très par­ti­cu­lier Cri­nan Ho­tel, à l’ar­chi­tec­ture Art dé­co presque in­con­grue dans cet uni­vers pas­to­ral.

La nuit tombe, je re­tourne à Dun­trune et suis sur­pris de me voir in­vi­té à prendre l’apé­ri­tif au châ­teau en com­pa­gnie de Ro­bin Neill Loch­nell Mal­colm, 19e Laird de Pol­tal­loch et son épouse. Il sem­ble­rait que ce soit un pri­vi­lège rare et que la DB6 ait ré­veillé en lui des sou­ve­nirs d’un autre temps.

En ef­fet, en dis­cu­tant au­tour de la che­mi­née et d’un whis­ky ser­vi en tim­bale, Laird Ro­bin ra­conte avec moult dé­tails les courses noc­turnes dis­pu­tées en As­ton DB pré­pa­rées fas­troad avec son ami Sir David Brown sur Pall Mall, en plein Swin­gin’ Lon­don.

Nous re­ga­gnons en­suite nos lo­ge­ments res­pec­tifs afin de dî­ner de Saint Jacques fraîches et d’un ex­cep­tion­nel ra­goût de cerf en dis­cu­tant de nos pro­grammes res­pec­tifs du jour sui­vant : Glen Coe pour tout le monde.

De­puis que j’ai vu Sky­fall au ci­né­ma, l’as­so­cia­tion de la teinte Silver Birch de la DB5 de James Bond et des cou­leurs au­tom­nales de Glen­coe m’ob­sèdent lit­té­ra­le­ment. Je ne pou­vais donc que pré­pa­rer mi­nu­tieu­se­ment mon tra­jet en es­sayant de dé­cou­vrir quelles furent les routes uti­li­sées du­rant le tour­nage afin de les in­clure à ce road trip.

Après quelques re­cherches, je fi­nis par dé­cou­vrir qu’il s’agit prin­ci­pa­le­ment de la route re­liant Glen­coe à Loch Etive, une route par­ti­cu­liè­re­ment étroite, voire dangereuse, mais je me de­vais de ten­ter le coup. L’iti­né­raire re­liant Dun­trune à Glen­coe est ex­cep­tion­nel, les pa­no­ra­mas sont im­pres­sion­nants, et il n’est pas rare de croi­ser un cerf au bord d’une route.

Les cou­leurs pré­cé­dem­ment évo­quées sont en­core plus belles qu’en pho­to et je ne peux m’em­pê­cher d’ef­fec­tuer de mul­tiples ar­rêts. Pause dé­jeu­ner au Glen­coe Moun­tain Re­sort sur­plom­bant Bua­chaille Etive Mor, dont le do­maine skiable ouvre la se­maine sui­vante, la des­cente à ski se­ra donc pour une pro­chaine fois.

Le GPS me conduit en­suite di­rec­te­ment à la route de Glen Etive. Comme pré­vu, cette der­nière est par­tiel­le­ment gou­dron­née, étroite et la pru­dence va être de mise, la DB6 n’étant pas un De­fen­der. À mi-route je tombe sur un tour­nage de film avec une équipe nom­breuse s’af­fai­rant au­tour d’un sys­tème de brouillard ar­ti­fi­ciel qui rend l’en­droit en­core plus sur­réa­liste. Je conti­nue ma route tout en me di­sant que je de­vrais faire de­mi-tour, celle-ci s’avé­rant être de plus en plus pen­tue et étroite mais je me dois de voir ce qu’il y a au bout… Un lac tout sim­ple­ment.

De re­tour sur des routes nor­males, j’en pro­fite pour lâ­cher la ca­va­le­rie de la DB6 et vé­ri­fier que la voi­ture marche aus­si au-des­sus des 4 000 tr/min, ce que je m’étais jusque-là in­ter­dit. Le tra­vail réa­li­sé sur la mé­ca­nique est tout bon­ne­ment im­pres­sion­nant et l’as­ton at­teint avec une in­croyable ai­sance des vi­tesses peu avouables.

Le son n’est pas en reste, le bruit de tur­bine dé­crit pré­cé­dem­ment de­vient plus mé­tal­lique et dé­pas­ser 5 500 tr/min est tout à fait pos­sible. Bien évi­dem­ment les freins ne sont pas aus­si ef­fi­caces et le poids du vé­hi­cule oblige à an­ti­ci­per quelque peu.

Re­tour au châ­teau par des routes plus boi­sées et pré­sen­tant de nom­breux la­cets pro­pices à rou­ler en se­conde. La soi­rée fi­nit par une belle fête au­tour de sau­mon sau­vage et de Single Malt, bien en­ten­du…

Sens ho­raire La DB6 dans les su­perbes ga­rages d’as­ton Work­shop, prête à prendre la route. Scot­tish Bor­ders, fron­tière écos­saise, le dé­but de l’aven­ture. De longs vi­rages au bi­tume par­fait, voi­là de quoi est fait le ré­seau rou­tier écos­sais. Ro­sée ma­ti­nale, le­ver du so­leil et bord de mer.

104

Ci-des­sous, sens ho­raire Les routes boi­sées aux mille et un ves­tiges du pas­sé qui en­tourent Dun­trune Castle. Ra­vi­taille­ment à la Dis­til­le­rie d’oban.Par­tie de chasse. Le ma­jes­tueux por­tail de Dun­trune Castle flan­qué de deux cerfs, plus connu comme le Sky­fall Lodge pour James Bond.

Sens ho­raireLes monts en­nei­gés de Glen­coe, dé­cors ex­cep­tion­nels pour une DB6. La fa­meuse route de Sky­fall.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.